Le 14 août 1914
, conformément à l'ordre général N° 5. Le 13° corps a pris l'offensive vers 06h30 sur la ligne Montigny , St Pôle , Pexonne.
Les attaques s'éxécutent par division accollées.
La 25° DI dans la zone entre la ligne exclue Migneville , Clair-Bois (a), côte 318 et la ligne incluse St Pôle, lisière est du bois des Haies (d), Montreux , la lisière est du bois de la Tour (f), clocher de Cirey. La 49° brigade en avant, la 50° en réserve à la lisière sud-ouest de Merviller .
Dispositif d'attaque, le 86° à droite de la route avec 2 bataillons et le 3° à disposition du général cdt la 49° brigade, attaque la lisière sud-est du bois des Haies, le 38 à gauche avec un bataillon, le 2° à disposition du général cdt la 49° brigade à 2 km nord de Merviller et le 3° à disposition du général cdt la 25° DI est rassemblé vers Neuviller.
08h30: les sections d'avant garde du bataillon Prunier (cdt du 1° btln) du 38 abordent la côte 327 (1500 m nord de Montigny), à la même heure le 1° btln du 86 occupe la côte 314, le 2° en arrière franchit La Blette.
09h30: le général cdt la 25° DI établit son poste de commandement 500 m sud de Montigny. Le 86 aborde le bois des Haies (e); le 38 s'empare de la côte 327 et progesse sur la 325 (?). Ancerviller est encore occupé par l'ennemi.
10h30: le 1° btln du 38 s'empare de la côte 325.
Le 2° btln du 38 est envoyé en renfort, mais attend pour reprendre son mouvement en avant que le 8° CA à sa gauche et la 26° DI à droite soit à sa hauteur.
16h00: le 2° btln du 38 atteint le bois des Chans (?) et la crête entre ce bois et bois Banal (b).Le 1° se reforme à la côte 325, le 3° est en réseve à l'ouest d'Ancerviller.Le bataillon de tête progresse sur Halloville.A la même heure le 86 a atteint avec 2 bataillons Nonhigny  et Montreux, son 3° est en réserve à Ancerviller. Le 1° groupe de l'AD/25 (artillerie divisionnaire, soit le 36° RAC s'installe en batterie à la côte 338  pour appuyer l'attaque du  86 sur le bois de la Tour (f), les 2 autres groupes entre le bois Banal et le bois des Chiens (c).
La 50° brigade arrive à St Maurice, l'artillerie du corps (53° RAC) à Vacqueville.
19h00: Le 86 atteint la lisière nord-ouest du bois de la Tour avc 2 btln, le 3° à l'ouest d'Ancerviller soutient l'artillerie du corps. Le 38 occupe Harbouey avec 2 btln, le 3° est à Ancerviller;
En fin de journée la 49° brigade, l'AD/25 et la compagnie de génie (13/1 cie) stationne dans la zone Nonhigny, Montreux, Ancerviller.La 50° brigade dans la zone Neuviller, Badonviller. Le QG de la 25° DI est à Ancerviller




















La 26° DI à 06h30 attaque par brigades succéssives la 51° en tête, régiments accolés, part du ravin de la Verdurette entre Vacqueville et Neuf-Maisons , la 52° rassemblée dans les bois sud-est de Neuf-Maisons (92° RI et 139° RI) à Veney .
09h30: le 139° RI attaque St Maurice, la 51° brigade Fenneviller , le 121° RI est à Pexonne se dirigeant sur Fenneviller, le 105° RI dans le bois à l'est de Fenneviller. Le poste de commandement du général cdt la 26° DI est situé à la sortie nord-est de Pexonne.
10h10: le 139° a dépassé St Maurice  et attaque Neuviller avec 2 btln et un groupe de l'AD/26 (gr du 36°RAC), le 121 borde la lisière de Fenneviller, mais n'ose pas attaquer Badonviller , sur lequel on a des renseignements peu précis, le 105 est dans les bois à l'est pour déborder Badonviller, le 92° est en réserve.
10h50: Badonviller est occupé sans résistance, il n'y avait que quelques cavaliers.Le poste de commandement de la 26°DI à Badonviller.
11h30: Le 105 continue sur Brémenil, le 121 arrive lentement, le 139 débouche de Neuviller sur Montreux.
13:30: Poste de commandement à Bréminil, la 51° brigade se dirige sur Petitmont et Val-et-Chatillon .
vers 14h00: Parux  est occupé par le 139 qui se porte sur le bois de la Tour et du Haut de la tour, le 121 et le 105 sont à Petimont.
vers 18h00: La 26° DI attaque Cirey , par un mouvement combiné du 139 et d'un groupe de l'AD/26 venant de Parux ainsi que du 105 et 121 partant de Petimont et soutenus par le reste de l'AD/26. Le 92 est en réserve de la division.
Le mouvement était commencé quand vers 18h45 la sonnerie de charge fût sonnée, sans qu'on est pu savoir par qui, à ce signal les lignes d'infanterie se précipitérent à l'assaut sur un glacis dépourvu d'abris et à plus de mille métres des tranchées ennemies.
Le feu de l'artillerie et des mitrailleuses allemandes fauche les assaillants et arrête complétement leurs attaques.Les pertes sont considérables, la nuit est venue et ce n'est non sans peine que les officiers survivants essayent de reconstituer leurs unités aux abords de Petitmont.

(?) lieu non localisé et/ou identifié
Cliquer sur la carte pour l'agrandir