Légion d'honneur, médaille militaire, étendards, fourragères, croix de guerre

La Légion d'honneur

Le 19 mai 1802, fut promulguée la loi portant création et organisation de la Légion d'honneur, après avoir été adoptée par le Corps législatif .La nouvelle Institution se voulait un corps d'élite destiné à réunir le courage des militaires aux talents des civils, formant ainsi la base d'une nouvelle société au service de la Nation. Le 4 mai 1802, Bonaparte déclarait en effet au Conseil d’État : "Si l'on distinguait les hommes en militaires ou en civils, on établirait deux Ordres tandis qu'il n'y a qu'une Nation. Si l'on ne décernait des honneurs qu'aux militaires, cette préférence serait encore pire car, alors, la Nation ne serait plus rien."

A sa création, la Légion d'honneur était composée de quatre grades (légionnaire, officier, commandant, grand officier).

Source

La médaille militaire ou le bijou de l'armée.

 La médaille militaire est incontestablement la plus belle décoration française. Non hiérarchisée, ne comportant ni grade, ni degré, elle est attribuée aux militaires non officiers de toutes armes. Elle fut instituée en 1852 par le prince Louis Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, en écho à la création par Napoléon Ier, 50 ans auparavant, de la Légion d'honneur, concédée, elle, aux seuls officiers. Depuis lors, elle pend sur la poitrine d'hommes, de femmes et d'enfants, comme autant d'exploits insoupçonnables que la nature humaine révèle dans des circonstances exceptionnelles. Elle décore drapeaux et emblèmes et honore parfois l'insolite.

Source


Étendards et Drapeaux

L'étendard 64 cm de côté est l'insigne de tous les régiments français de traditions montées (arme blindée cavalerie, artillerie, train, ainsi que l'Aviation légère de l'armée de terre, et le matériel). Il est de plus petite taille et fixé sur une hampe plus courte que le drapeau 90 cm de côté (infanterie, génie, transmissions, écoles militaires). Il porte dans ses plis sur l'avers les mots « République française » et le nom du régiment. Sur le revers sont inscrits les mots « Honneur et Patrie » (l'étendard de la Légion étrangère est le seul à porter l'inscription « Honneur et Fidélité », les légionnaires n'étant, par définition, pas français) suivi des noms de batailles dans lesquelles s'est distinguée l'unité. L'ensemble est encadré par 4 feuilles de chênes et de lauriers. Une cravate tricolore au sommet de la hampe sur laquelle sont cousues les décorations et les fourragères que l'étendard reçoit au nom de l'ensemble du régiment pour l'action héroïque de ses hommes.   
  
Source

Les fourragères

Les fourragères militaires ont pour origine la corde à fourrages que portaient autrefois les dragons autrichiens autour de l’épaule gauche et que les hussards et les artilleurs du premier Empire adoptèrent comme ornement, lequel fut supprimé en 1870. 
 La circulaire ministérielle du 21 Avril 1916 est véritablement l’acte de création de la fourragère militaire. Elle en fait un insigne de distinction honorifique accordé définitivement à une formation militaire : "Il est créé un insigne spécial destiné à rappeler les actions d’éclat de certains régiments et unités formant corps cités à l’ordre de l’armée. Cet insigne sera constitué par une fourragère aux couleurs de la croix de guerre." 
 Certains régiments ayant obtenu plusieurs citations à l’ordre de l’armée, le commandement estima nécessaire d’établir une distinction basée sur le nombre de citations à l’ordre de l’armée. Une circulaire en date du 22 février 1918 officialisa les nouvelles dispositions.


Source 1 - Source 2

La croix de guerre 1914-1918

Au début de la guerre de 1914-1918, le besoin s'est fait sentir de créer une récompense pour les combattants courageux qui obtenaient une citation.  
En effet, les distinctions de l'époque : Légion d'Honneur et Médaille Militaire ne répondaient pas à cette préoccupation. C'est ainsi que Maurice Barrès demandait "la création d'une nouvelle récompense militaire, d'une médaille, pour que le chef puisse décorer ses plus braves soldats sur le champs de bataille après chaque affaire".  
Le député Bonnefous et plusieurs de ses collègues déposèrent le 23 décembre 1914, une proposition de loi tendant à instituer pour les combattants, une médaille dite de la "Valeur Militaire" destiné à commémorer les citations individuelles. 
Le 28 janvier 1915, le député Driant, rapporteur de la commission de l'armée, remit un rapport favorable à la création d'un ordre récompensant la Valeur Militaire, mais en lui donnant un nom bref, qui sonne fièrement et qui, à lui seul, exclue la faveur et l'ancienneté... Appelons cette nouvelle décoration, "la Croix de Guerre", devait-il conclure.

Source 
Barrette ou ruban de la croix de guerre 1914-1918
A suivre...