Extraits des JMO des 25°, 26° et 120° division.
Journée du 01 Avril 1917:
25° division: Le 13°CA relève le 14°CA (EM du CA à Ham), le 13°CA a à sa gauche la IV°Armée britannique et à sa droite le 35°CA.La 25°DI à gauche relevant la 28°DI (QG à Dury).La 26°à droite relevant la 27°DI (RM à Ollizy).
Limite entre les 2 DI : canal de St-Quentin de Sommette-Eaucourt à Fontaine-les-Clercs.
Zone de stationnement de la 25°DI limite au S. par la ligne Eppeville (inclus) à Ham (inclus), Vert Galand (inclus), Sommette-Eaucourt (exclus).
Dans la nuit du 31 mars au 1er avril le 16°RI est placé en 1ere ligne, 1 Btln à Roupy, 1 Btln à Fontaine-lès-Clercs, 1 Btln en réserve à Appremont.Le 98° qui est en route pour Eppeville reçoit l'ordre de se placer en 2eme ligne, le 2 au matin, 1 Btln à Fluquières, Douchy, 1 Btln à Aubigny, 1 Btln à Villers-St-Christophe.
L'escadron divisionnaire de la 25°DI rejoint St-Sulpice le 2 avril.
26° division: (JMO ID26 26N313/7)
08h0, le 139°RI fait mouvement et se porte dans la région St-Simon et Ollizy EM et 1 Btln, Brouchy 1 Btln, Cugny 1 Btln.Le lieutenant-coonel Cdt le 139° ira recevoir les instructions du général Cdt la 27°DI pour le stationnement de son régiment.
10h45, un Btln du 121° avec la musique et le drapeau se rendent à Noyon pour rendre les honneurs au Président de la République accompagné des Présidents du Sénat et de la Chambre des Députés.
13h00, l'ordre d'opération N°1187/G de la 26°DI en date du 1er avril annonce la relève du 14°CA par le 13°.La gauche du 13°CA sera en liaison avec l'armée britannique, le dispositif sera le suivant au Nord du canal de St-Quentin la 25°DI, au Sud la 26°DI avec leurs QG respectifs à Dury et Ollizy.LA 120°DI en réserve, QG à Golancourt.La 26°DI relève la 27°DI, 2 groupes de l'AD/27 restent en position après la relève.Toute l'AL reste en place soit un groupe Filloux 155C.Le 13°CA a son QG à Ham.TC de la 26°DI avec leurs unités, TR autour de Berlancourt.Le départ de l'infanterie est fixée à 07h00.Le 139° cantonnera à St-Simon, Ollezy, Brouchy, Cugny.
13h45, le Rgt Lejeune rend compte que la relève s'est effectuée normalement sans la nuit du 31 marsau 1er avril est s'est terminée à 04h30.
14h00, le colonel Poigon accompagné du capitaine Berger et du lieutenant Tézenas va visiter le nouveau secteur.
21h00, le colonel Poignon envoie le compte-rendu de sa reconnaissance de secteur  à la 26°DI.Il rend compte d'une opération effectuée par la 9°Cie du 92°RI sur Giffecourt et la côte 103 par ordre du Gal Barthelemy.Cette reconnaissance avait pour but de voir si l'ennemi occupé sérieusement.La Cie s'est heurtée aux fils de fer.Des mitrailleuses et des feux d'infanterie combinés avec un tir de barrage ont causé des pertes sérieuses à la Cie.Une vingtaine d'homme est l'adjudant Parragon sont mis hors de combat.Un compte rendu du colonel Lejeune donne les emplacements occupés par ses divers éléments : 1 Btln en réserve à Sereaucourt-le-Grand avec le PC du colonel, TC à St-Simon, TR à Berlancourt.
Ravitaillement par camions autos à Le Plessis-Patte-d'Oie.
Pertes de la journée 92°RI 11 tués, 29 blessés, 16 disparus.      
120° division: La division commence son mouvement à 07h00 du matin.Le QG quitte Ricquebourg à 08h30 et s'installe à Golancourt.
Le stationnement en fin de journée est le suivant :
QG, section télégraphique, section de projecteurs Golancourt.
EM AD/120 Ham, EM de l'ID Golancourt.
38°RI 1 Btln ferme Bourneuil, 1 Btln Esmery-Hallon, 1 Btln Golancourt.
86°RI 1 Btln Esmery-Hallon, 1 Btln faubourg de Ham (au Sud de la voie ferrée), 1 Btln Buverchy.
408°RI 1 Btln Golancourt, 1 Btln Freniches, 1 Btln Le Plessis-Patte-d'Oie.
Dépôt Divisionnaire Libermont, ferme de l'Hôpital.
72°RIT EM et 1 Btln Libermont.
Cavalerie St-Sulpice.
Génie Villette, Muile-Villette 
AC en position, AT Golancourt
GBD , Ambulances, SHO , SSA Esmery-Hallon.
PAD/120 Grécourt, Ollizy.
CVAD Libermont, RVF Noyon.
Cie routière Flavy-le-Meldeux.

Journée du 02 Avril 1917:
25° division: Stationnement des unités de la 25°DI, en fin de journée le 2 avril.
EM DI, QG, Prévôté, Justice Militaire, EM AD/25 Dury.
Intendance, Trésor et Postes Ham.
EM ID Tugny.  
16°RI 1 Btln à Roupy, 1 Btln à Fontaine-lès-Clercs, 1 Btln et EM à Happencourt.
98°RI 1 Btln et EM à Aubigny, 1 Btln à Fluquières et Douchy,  1 Btln à Villers-St-Christophe.
105°RI 2 Btlns à Ham, St-Sulpice. 1 Btln et EM à Dury.Section de discipline à Douchy.
Cavalerie à St-Sulpice.
3 groupes AD/28, 1 groupe AC/14 en position au N. et au N-O. d'Happencourt.1 groupe de 155C Le Hamel.
Génie EM, Cie 13/1, 13/51, Cie de Parc 13/21, section de projecteur Rue d'Alva
PAD28, PAD25, ISMI, Bie 136/53 à Muille-Villette.
Dépôt Divisionnaire Ognolles, Cie routière Villers-St-Christophe.
70°RIT EM à Ham, 2Cies Dury, Rue d'Alva.
Ambulances Ham, SSA et GBD à Dury.
TR de la DI Eppeville, CVAD Esmery-Hallon
26° division
08h00, des reconnaissances envoyées par le 92° rendent compte que Giffecourt et Grugies et la côte 103 sont toujours occupés par l'ennemi.La côte 103 parait sérieusement tenue.
10h00, l'EM de l'ID relève l'EM de l'ID/27.Le colonel Poignon prend le commandement du secteur.Le 121°RI fait mouvement il cantonnera à Flavy-le-Martel (EM), Détroit Bleu, Petit Détroit, Annois.Le 71°RIT dont le mouvement est réglé par le colonel Poignon va cantonné à Villeselve (6°Cie et 2CM).Le 139° occupe Grand-Seraucourt, Artemps, St-Simon, Avesnes. 
10h00, l'ordre N°23 de l'ID/27 définit le front du secteur pris par l'ID/26 après relève Castres, Essigny, station.Le PC du Cdt de l'ID/26 est à Artemps.Le PC du colonel Cdt le 92° à Grand-Seraucourt.
L'ordre N°3109/D de la 27°DI en date du 30 mars donne l'organisation des travaux de défense.Ces travaux portent sur deux lignes : une ligne de couverture d'artillerie de Grand-Seraucourt à la ferme Bougie.Une ligne principale au Sud du canal, du château Savriennois à Ollezy.Entretien des routes Cugny-Ham et Cugny-Berlancourt.
12h15, le colonel Poignon rend compte qu'il relèvera la 27°DI à ses emplacements actuels.Un modification de la limite faite entre le 14°CA et le 35°CA n'a pas été approuvée par le 13°CA.La modification aurait pour but d'allonger le front de 500m à l'Est de la voie ferrée, le long du chemin Castres-Essigny le Grand.Le colonel Poignon demande que l'on ne mette pas en vigueur cette modification en raison de l'allongement exagéré du front (4Km400).Il en prévient la 92°Bri qui était à sa droite.
12h35, les anglais tiennent la côte 138 au Nord de l'Epine de Dallon, Francilly, Selency, Villeselve (renseignements 26°DI).
14h30, des comptes-rendus de patrouilles parviennent la 10°Cie du 92° a reconnu les abords de Grugies.Grugies est occupé.La côte 103 est reconnue occupée.Aucun renseignement nouveau.
15h30, ordre préparatoire N°161 donné par le chef d'EM.Le haut commandement prescrit que les opérations ente Somme et Oise soient reprises.Le 13°CA devra occuper demain 3 avril la ligne Epine de Dallon, Grugies, côte 103, (Urvillers, etc... au 35°CA à droite) H=15.La limite entre la 25°DI et la 26°DI sera le canal entre le 35°CA et le 13°CA, Clastres-Essigny le Grand-Urvillers (au 35°CA).
15h30, le colonel Poignon envoie les consignes en cas d'alerte aux régiments.Le colonel Cdt la 92° a sous ses ordres 2 Btlns en 1ere ligne (2° et 3°), 2 Cies du 1°Btln en réserve alertées à Sérancourt-le-Grand.La 3°Cie du 1°Btln du 92° à la disposition de l'ID occupe le pont du canal.2 Cies du 139° sur la ligne de protection d'artillerie côte 99 à ferme Bourgies.1 Cie du 139° en réserve avec le chef du Btln sur le chemin Seraucourt côte 100.Les éléments sont sous le commandement du chef de Btln du 139°.
Organisation des liaisons optiques entre le PC du 92° et l'ID26.
16h00, ordre général N°37 du 35°CA a fixé les mmesures à prendre pour la relève des éléments du 417°RI par les troupes de l'ID sur la route Essigny-Contescourt 600m N., station Essigny 500m E. voie ferrée.L'occupation nouvelle sera réalisée à 20h00.Des modifications dans les zones de barrages sont apportées.
17h15, ordre du colonel Poignon au colonel Lejeune Cdt le 92°RI de faire exécuter trois reconnaissances légères sur Giffécourt, côte 103 et 108.
22h00, le colonel Poignon envoie l'ordre préparatoire pour le 139° de pousser dans la 2eme partie de la nuit un Btln sur la route Castres-Essigny le Grand à cheval sur la voie ferrée St-Quentin 400m à l'Est et 600m à l'Ouest.Le 92°RI fera appuyer à gauche le Btln d'Oullenbourg, gauche sur le chemin de Grand Seraucourt à la sucrerie de Grugies, sa droite reliée au 139°RI. 
22h30, le compte rendu du 92°RI fait connaître que l'activité de l'artillerie allemande de gros calibre a été sérieuse sur le terrain occupé par le 92° en particulier sur la route Grand Seraucourt-Contescourt.Six avions ennemis nous ont survolé.Quelques mitrailleuses sont signalées vers Grugies et la voie ferrée au passage endessous de la route Castres-Urvillers. 
Pertes : 92°RI 1 tué, 4 blessés, 5 disparus.
L'ordre de la 26°DI N°2461/I donne la limite Est de la 26°DI station d'Essigny-le-Grand (35°CA), côte 109 1500m N. d'Essigny-le-Grand.Un rapport détaillé de la reconnaissance faite par la 9°Cie du 92° le 1er avril est envoyé par le colonel Lejeune.Les pertes ont été d'une centaine d'hommes dans cette affaire.
120° division: La division, qui a relevé la 62°DI (14°CA) est en réserve de la III°Armée.Elle est en position d'attente et fournit des travailleurs à différents services : services routiers, génie, etc... 

Journée du 03 Avril 1917:
25° division: Ordre d'opérations pour la journée du 3.
Attaquer les allemands sur la ligne Hindenburg entre la Somme et St-Quentin (inclus) et l'Oise en liaison avec la IV°Armée britannique, à droite avec la VI°Armée.
Zone d'action de la 25°DI.Limite Sud avec la IV°Armée britannique Canisy, Villers-St-Christophe, Douchy, Fluquières, Roupy, Savy et voie ferrée, Savy, St-Quentin jusqu'à la recontre avec le chemin de terre Savy-St-Quentin, ce chemin jusqu'au tranchée allemandes (saillant de Rocourt) la route, puis, à travers St-Quentin le rue et la route Rocourt.
Limite avec la 26°DI canal de St-Quentin.
Objectif de la 25°DI la croupe située entre l'arrêt de la voie ferrée et l'Epine de Dallon, Dallon, sortie N-E. de Dallon.
Le colonel Cdt l'ID dispose du 16° (troupes d'attaque et d'occupation du secteur) et du Btln du 98° de Fluquières-Douchy (réserve d'ID).L'opération est conduite par le colonel Cdt le 16° qui a ses 2 Btlns de tête accolés. 
A 13h15, le ballon 41 signale une grosse explosion près de la gare de St-Quentin.
A 15h00, aucune réaction de l'artillerie ennemie sur le front de la division.
A15h13, la 10°Cie arrive à hauteur des premières maisons de l'Epine de Dallon.A 15h20, les allemands exécutent un tir de barrage entre l'Epine de Dallon et la côte 99.A 15h50 le Btln Grapin du 16 occupe l'Epine de Dallon et Dallon, pentes Sud de l'éperon de la côte 138.Le Cdt Grapin est légèrement blessé d'un éclat d'obus.Une forte explosion a été remarqué au cimetière de Gauchy.Les allemands fuient vers St-Quentin à 15h00.Les troupes ont atteint leurs objectifs, excepté la ferme sortie N. de Dallon.A 1?h00, nous occupons Oestres.Cette avance rectifie la ligne avec le front anglais, conformément aux instructions du 13°CA du 2 avril (la 25°DI se portera le plus tôt possible à hauteur de l'avance anglaise).
Des reconnaissances ont pu être pousser hier soir jusqu'àu saillant de Rocourt (faubourg de St-Quentin) qui ne parait pas fortement défendu.
La division continue l'opération envisagée, après avoir pris pied sur la croupe 138, cimetière d'Oestres, elle reconnait le saillant de Rocourt, dont la démolition est entreprise par l'artillerie.
Cette ligne faiblement occupée est attaqué aussitôt avec vigueur, en vue de pousser ensuite les détachements sur St-Quentin.
Pertes : le sous-lieutenant Dercot blessé, 1 tué et 11 blessés.
Ces opérations successives sont menées en liaison intime avec la 4°Armée britannique.
Le 70°RIT compte à la division.
26° division: 
0h40, Ordre pour la journée du 3 de la 26°DI N°2422/G.Liaisons : assurés par TSF, TPS, optique, coureurs, cyclistes entre les éléments de l'avant.Les PC des régiments et de l'ID.Des avions seront utilisés pour les renseignements, ainsi qu'un ballon.
06h00, rien de nouveau c'est produit pendant la nuit sur notre front.
08h30, l'heure H de l'attaque est définitivement fixée à 15h00.L'ordre d'attaque de la 92°Bri, qui doit opérer en liaison avec l'ID/26 donne les détails sur les opérations qu'elle effectuera (ordre N°288C/4 du 2 avril 1917).
08h50, le Btln d'Oullembourg du 92°RI (2°) signales des travailleurs ennemies à la côte 103 avec des lignes de tirailleurs.Des fils de fer protégent Grugies à contre-pente.
09h40, le colonel de Certain réclame l'agent de liaison qui doit détacher le groupe qu'appuie le Btln d'attaque (1° du 139°).
10h15, le compte-rendu du 92° fait ressortir l'état des pertes de ce régiment pour la période du 2 au 3 avril 1 tué, 6 blessés.
Le 139° signale des travailleurs ennemis vers le Piré Aller, il estime leur effectif à 2 Cies.
Le 92° sera appuyé à raison d'un groupe par Btln pour son attaque du soir.Un groupe d'accompagnement se tiendra prêt.Ces trois groupes appartiennent à l'AD/120.
Les diverses patrouilles de la nuit confirment l'occupation des côtes 108, 103, Grugies et Giffécourt par l'ennemi.L'escadrille F.19 donne les mêmes renseignements avec plus de précisions.De nombreux groupes ennemis ont été vus autour de Grugies et de la côte 103 pendant la matinée.
12h30, la limite définitive entre la 92°Bri du 35°CA et la 26°DI est fixée de la façon suivante : station d'Essigny, point à mi-distance entre les côtes 111 et 109 entre Pontchu et le Cornet d'Or.Le colonel Béraud-Raynaud qui commande la 92°Bri demande confirmation des mesures prises pour assurer la liaison entre ses éléments et ceux de l'ID/26 pour qu'il puisse y avoir aucune erreur possible.Toutes les mesures sont donc prises d'accord pour que les deux brigades progressent sans perdre la liaison.Un peloton du  3°RCC est mis sous les ordres du colonel Poignon.Deux cavaliers sont envoyés à la 92°Bri ferme Lamothe en liaison.Le reste du peloton sous les ordres du lieutenant Jarricot se porte vers la station d'Essigny pour couvrir le lanc du Btln d'attaque du 139°RI.
13h05, la division fait connaître que des prisonniers ont donné le dispositif du 170°RI allemand, 2Cies en avant-postes sur la ligne 103-108, 2 Cies dans les tranchées Hindenburg vers moulin de Tous Vents, 1 Btln à St-Quentin, 1 Btln à l'E. de la ville.La préparattion d'artillerie se poursuit méthodiquement sur les lignes ennemis par réglages par avion.Le colonel de Certain signale un travail insuufisant à 14h00.
14h15, le 13°CA fixe à nouveau la limite entre la 26°DI et la 92°Bri : station d'Essigny, côte 91.Ces deux points au voisin.La ferme Le Pontchu est encore contestée.Le colonel Poignon prend ses dispositions pour diriger sur cette ferme un Btln au cas où la 92°Bri ne s'en emparait pas.
14h55, les allemands ripostent énergiquement avec leur artillerie principalement sur Castres.Notre tir redouble d'intensité.Le colonel du 139° porte son PC à la station d'Essigny.Toutes les liaisons fonctionnent entre le 92° et le 139°.
15h00, l'avion d'accompagnement d'infanterie survole nos lignes au déclenchement de l'attaque.Il signale que l'infanterie a atteint à 15h15 le carrefour côte 103 et le carrefour 300m S-E. côte 103.La division a devant elle au Nord la 25°DI et devant elle au Sud la 35°DI.Un drachen s'est élevé aux abords de la cathédrale de Soissons.Une explosion est aperçue au cimetière  de Gauchy et on voit nettement des hommes fuir tout autour.
15h10, ordre au Cdt Weiss (3°Btln du 139°) de se porter avec son Btln réserve de DI à la lisière N. de Grand-Séraucourt pour garder la lisière du village (ligne de protection d'artillerie sur la proposition du colonel Poignon).
15h23, l'ACD/120 fait connaître que les allemands réagissent violemment avec 105 et 150, renseignement confirmé par les régiments et le lieutenant Martin en observation au calvaire d'Artemps avec un poste de signaleurs de brigade.
15h27, la côte 103 est occupée par notre infanterie.
15h35, le Btln du gauche du 92° est arrêté par les coups de feu partant de Giffécourt tandis que le Btln de de droite est arrêté de son côté par les feux de mitrailleuses de la côte 108.Des pertes sont subies surtout par ce 92°RI.L'artillerie prévenue tire sur bois situé entre Dallon et Giffécourt, Giffécourt, Grugies, la côte 103 et la côte 108.Toutefois le 105 en raison du terrain ne peut dire sur la sucrerie de Grugies.
16h00, un message lesté d'avion précisé sur un plan directeur atteint par l'infanterie.Le 92°RI occupe une ligne à 200m au Sud de Giffécourt et au Sud de la sucrerie.Le 139°RI n'a pas dépassé la côte 109.Bombardement très sérieux affectant la ferme d'un barrage de 150 et 105.
16h15, aucun renseignement direct n'étant parvenu du 139°, le téléphone étant coupé, le colonel Poignon l'invite à en fournir par coureurs.
16h45, le 3°Btln du 92° est arrêté devant un réseau de fils de fer au Sud de Grugies.Il se retire légèrement pour permettre à l'artillerie de faire des brèches.L'AL exécute des tirs de destrucrion sur la sucrerie d'où partent de nombreux coups de feu et sur le Nord de Grugies.
16h49, on suspend le tir de l'AL en attendant des précisions sur la situation du 92°RI.A 17h00, le 92° demande le tir de l'AL sur la sucrerie de Grugies et le Sud du village.
17h00, le 2°Btln du 139° en soutien du 1°Btln d'attaque pousse quelques éléments à l'Ouest de la voie ferrée à 200m au Nord de la route Castres-Essigny pour appuyer la progression du 1°Btln arrêté par des feux de la côte 108 et de la voie ferrée.La ferme N-E. de Dallon est occupée par les éléments de la 25°DI.A droite des éléments de la 92°Bri sont arrêtés aux lisières Sud d'Urvillers.L'artillerie française bombarde fortement  les lisières de ce village, la ferme Lambay, Aresy sont entre les mains de la 92°Bri.Elle a un Btln échelonné sur les pentes de la manufacture.
17h50, le colonel Cdt le 139° rend compte des mesures de détail prises  pour faire appuyer son 1°Btln d'attaque par son 2°Btln.Le Btln Rappenne tient les 3 maisons situées au G de Giffécourt, la progression en avant de la côte 103 est toujours gênée par les mitrailleuses de Grugies.Un fortin allemand est signalé à l'O. de Giffécourt sur le chemin Giffécourt à la côte 103.On signale deux prisonniers allemands blessés.    
Un drachen allemand aurait été descendu.
La résistance se prolonge à Grugies, mais le Cdt d'Oullenbourg chargé de l'attaque rend compte qu'il estime que l'ennemi peu nombreux mais pourvu de mitrailleuses. 
Le Gal Cdt la DI donne l'ordre de faire donner l'artillerie à fond sur les lisières de Grugies, pour se débarrasser des mitrailleuses qui gênent notre progression.Le 139° (2°Btln) signale une mitrailleuse qui serait sur la voie ferrée au pont de Gauchy (?) ou de Grugies.Ordre à l'artillerie de faire tirer le 155 sur la sucrerie de Grugies.L'AD/27 sur les brèches dans les réseaux de fil de fer au Sud de Grugies.Tirs sur la sortie N. de Giffécourt.L'AD/120 exécutera un tir de barrage sur la côte 108.
18h00, le 1°Btln du 139° que pris à partie par des feux d'infanterie, de mitrailleuses partant de la côte 108, il ne peut atteindre la route Urvillers-Castres.Il n' a pas de liaison avec le 417°.Il demande le tir de l'artillerie sur la côte 108 et sur les pentes Sud.Le colonel de Certain fait appuyer son 1°Btln par tout son 2°.Il demande que tout ou partie du 3°Btln soit mis à sa disposition.
18h27, contrairement à un renseignement reçu précédemment, la ferme Lambay n'est pas occupé par la 92°Bri.Cet élément n'occupe que les pentes D. et S-O. d'Urvillers.La ferme Lambay est soumise par nous à un tir de préparation énergique.
18h30, les Btlns doivent reprendrent la marche en avant, mais le téléphone coupé avec le Btln Rapenne empêche l'ordre de lui parvenir à temps.Le Btln d'Oullembourg rend compte qu'il est arrêté par un réseau de fil de fer non détruit.Le Btln Rapenne de son côté rend compte des mêmes choses.En plus les mitrailleuses du fortin l'arrêtent toujours.Un officier allemand a été fait prisonnier blessé quelques papiers interressants pour l'ordre de bataille ont été trouvés sur lui.Le 92° signale des pertes sous-lieutenants Mathieu, Vidal tués, Fabre blessé.
18h45, ordre est donné aux troupes de s'arrêter sur place avec AP de combat.L'artillerie exécute un tir de destruction sur les différents obstacles signalés.
19h00, un nouvel ordre de la division prescrit à l'artillerie de continuer sa préparation sur tous les obstacles pour permettre de reprendre la marche en avant dans le plus bref délai.La 25°DI occupe entierement le village de Dallon et l'Epine de Dallon.Son artillerie tire sur Oestres et La Biette.Le colonel Poignon signale à la DI que les éléments voisins ne progressent plus.
18h57, le colonel Poignon confirme la situation d'ensemble de l'infanterie.Il rend compte que les obstacles ne sont pas détruits et que la progression est impossible dans ces conditions.Le Cdt Weiss 3°Btln du 139° que le 1°Btln du 139° n'ayant pu atteindre la côte 108, il n'a pas pu pousser d'éléments dans le ravin de la côte 93.Il a son Btln groupé à Grand-Séraucourt.
19h05, le Btln Rinacher reprend la marche en avant .Le colonel de Certain rend compte que le 417° ne progresse plu et qu'il n'en a pas reçu l'ordre.Le Gal Linder Cdt le 13°CA a demandé au Gal Cdt la 25°DI de s'entendre avec la 26°DI pour faire passer sur la rive Est du canal des éléments légers destinée à appuyer la 26°DI pour la prise de Giffécourt.Sur ces entrefaits, la 92°Bri fait connaître qu'elle n'est pas entrée dans Urvillers.
19h27, le Cdt Rapenne reprend la marche en avant sur Giffécourt.Le Btln d'Oullembourg après reconnaissance rend compte que les réseaux de fil de fer de Grugies sont toujours peu détruits.Il est trop tard...
120° division: La division demeusre en position d'attente.

Journée du 04 Avril 1917:
25° division: L'objectif fixé par ordre d'opérations étant atteint le Général Cdt la 25°DI confirme son ordre de reconnaissances sur la tranchée du faubourg entre le canal et la route (exclue) de Savy à St-Quentin par le saillant de Rocourt.La reconnaissance pénètre dans Rocourt et pousse jusqu'aux premières maisons de St-Quentin.
Le Capitaine d'EM Goudin arrive ce jour à la division en remplacement du capitaine Durand.
Pertes : Le Cdt Grapin blessé légèrement  a conservé son commandement, 1 Cdt de Cie assez grièvement blessé, 6 gradés ou hommes tués, 32 blessés.
26° division: Les interrogations des prisonniers confirment que le 117° est devant nous avec le 176° à sa gauche.Il existe devant St-Quentin une ligne de tranchées bétonnées avec abris solides et de larges réseaux de fil de fer.En arrière une 2eme ligne en construction et enfin une 3eme ligne à peine ébauchée.Le régiment allemand aurait le dispositif suivant : 2 Cies à cheval sur la route Essigny-St-Quentin, 2 Cies dans la ligne Hidenburg au Piré-Aller, un Btln à St-Quentin, le dernier Btln dans une localité à l'Est de St-Quentin.Le 35°CA reprendra l'attaque le 4.les objectifs de la 121°DI qui doir attaquer en liaison avec la 26°DI sont les suivants : Urvillers, Le Pontchu, le Cornet d'Or, le Nouveau Monde, le mamelon 109 (N-O. du bois d'Urvillers), s'établir à 500m environ à l'Est de la route, face à la position Hindenburg.
L'infanterie de la 26°DI reprendrala marche en avant à 10h00 pour être en concordance avec le 35°CA qui reprend la marche en avant.Objectifs à atteindre côte 108, Grugies, chemin Nord de Grugies à Dallon où se fera la liaison avec la 25°DI.Pour l'artillerie rien n'est chngé.La limite de droite de la 26°DI est définie : ligne côte 109 et 91.
02h40, le colonel Cdt le 139° rend compte que sa liaison avec le 92° n'existe pas, parce que ce Rgt n'a pas poussé sa droite à 200m à l'Est de la voie ferrée St-Quentin, conformèment à l'ordre.Le Cdt de Gourcuff fait connaître que la droite du 92° est à 200m Est de la voie ferrée.Pendant toute la nuit une canonnade très sérieuse.Le 92° donne des objectifs à l'ALC pour la journée du 4, Oestres, Gauchy.Il confirme des pertes sérieuses : 141 hommes.Il réclame aussi de la contre-batterie.Il rend compte qu'il a poussé une 3eme section de son Btln de réserve pour pousser sa droite en liaison avec le 139°
08h30, le colonel Poignon demande à l'AL de serrer son tir sur Grugies, où des reconnaissances vont être poussées.Le Btln de gauche a une section au cimetière de Grugies, une section à cheval sur la route Giffécourt-Grugies.Le Btln de droite envoie une reconnaissance sur la sucrerie de Grugies.Le colonel Cdt le 92° quitte Grand-Séraucourt pour porter son PC à Contescourt.
09h30, la 92°Bri fait connaître que l'heure H qui était auparavant 10h00 sera reculée pour la 121°DI.Elle fera connaître deux heures ? (mot manquant) avant la nouvelle heure fixée.
La Cie 13/52 est mise à la disposition de l'infanterie, elle viendra cantonner à Artemps.
L'ordre est donné au 139° de pousser conformément aux ordres reçus la droite de son Btln d'attaque à 750m de la côte 88 E. de la route d'Urvillers, la brigade de droite a rendu compte que le 139°RI n'avait pas encore atteint ce point.
Le tir de l'artillerie lourde n'ayant pas cessé immédiatement, on apprend après renseignements que l'AL anglaise appuie notre action sur Grugies.Un croquis fixe la zone de marche affectée au 92° et 139°, la ligne à occuper, le barrage final de l'artillerie.
10h17, le Btln Runacher a atteint ses objectifs sans pertes, dispositions prises pour parer à toute contre-attaque.
10h24, tout va bien, l'ennemi n'a pas réagi.
10h35, la 92°Bri fait connaître qu'elle attaquera à 12h30.Un renseignement fait connaître que deux piéces allemandes placées sur les pentes N. de la côte 108ont été détériorées par notre artillerie la veille.Une escouade de cavaliers du 3°RCC vient assurer les liaisons.
11h45, la 92°Bri est aux lisières Sud d'Urvillers.La droite de la 121°DI occupe la ferme Lambay et progresse à l'Est d'Urvillers.
Le colonel Poignon soumet un projet de ligne à établir en fin d'action à la brigade de droite pour entente.Le lieutenant Desfaudais accompagné du sous-lieutenant Martin ont pour mission d'aller reconnaître la liaison entre le 139° et le Rgt de la 92°Bri et les positions occupées par le 139°.La mission est terminée à 18h00.Le 139° occupe bien les positions fixées par l'ordre et la liaison réalisée avec le 417° régiment de gauche de la 92°Bri à l'Ouest de la côte 91.Le 417° tient la ferme Butcher.Le 121° qui étair en réserve de CA à Flavy-le-Martel reçoit l'ordre d'envoyer un Btln à Artemps en liaison avec le régiment Lejeune.
11h00, le colonel Cdt le 92° rend compte que tous ses objectifs sont atteints, mais que ses Btlns ont été éprovés par le mauvais temps et les petes de la journée précédente.Il estime une relève nécessaire dans le plus bref délai.Il a poussé le Btln Sevin (sa réserve) sur la position de départ, moins une Cie qui fournit les coureurs et la liaison entre la gauche du 139° et la droite du 92°.La Cie 13/2 est poussée aux Carrières.
11h15, trois patrouilles sont poussées en avant une sur moulin de Tous Vents, une sur Gauchy, l'autre sur Piré-Aller.
12h07, Oestres est pris par la 25°DI.Le 417° fait son mouvement avant 12h30 pour appuyer le 139°.
13h10, les lisières Nord d'Urvillers sont dépassées par la 92°Bri, qui se dirige sur le Cornet d'Or.
13h25, ordre est donné par le colonl Poignon au peloton du 3°RCC mis à sa disposition de se porter en liaison avec le 139° et du 417°, prêt à intervenir par le feu en cas de contre-attaque ennemie sur le flanc de la 26°DI.
13h30, le 417° atteint les lisières N. et N-E. d'Urvillers.Il va progresser sur le Cornet d'Or et la ferme Le Pontchu.Le 139° établira sa liaison à la ferme Pontchu que le 417° est chargé de tenir.
Le colonel Poignon donne l'ordre aux colonels Cdt l'ACD/27 et l'ACD/120 de se préparer à poussr leur artillerie placée à l'Est de Grand-Séraucourt en vue de l'offensive future.
14h00, le colonel Poignon communique sur un croquis la ligne occupée par notre infanterie et notre barrage.
14h20, la reconnaissance poussée sur Gauchy a trouvé le village évécué, la cvôte 121 occupée.Le Gal Cdt la DI donne l'ordre d'occuper Gauchy.Quatre prisonniers faits par une patrouille du Btln d'attaque du 139° sont conduits au PC il appartiennent au 455°.
14h35, ordre est donné par le colonel Poignon au 92° d'établir la liaison avec la 25°DI au pont entre Gauchy et Oestres.Toutes les reconnaissances envoyées sur ce front ont été arrêtées par le feu ennemi.La ligne Hindenburg est donné tenue.
La relève de l'ACD/27 par l'ACD/26 sera effectuée dans la nuit du 4 au 5 pour les deux premiers groupes et dans le nuit du 5 au 6 pour le 3eme.
16h02, la 26°DI donne l'ordre à l'artillerie de commencer au plus tôt les destructions des organisations ennemies de la position Hindenburg.L'aviation collaborera le plus possible.L'artillerie ennemie réagit assez violemment sutout sur le ravin de la côte 62 et de la côte 88, par un tir très désordonné.
L'infanterie française organsise sa position sans subir de pertes. 
Un des prisonniers du 455° a déclaré que sa Cie avait 60 hommes de pertes sur 160 dans la journée du 3.La côte 108 aurait été occupée par tout le 455° le 3.
17h00, ordre est donné aux éléments de faire reconnaître les ponts de Gauchy et Castres en vue de voir ce qu'il y auraa à faire pour les remettre en état le plus tôt possible.
17h15, ordre est envoyée par la DI de faire pouser les groupes d'AC dans le ravin de Castres et de Grand-Séraucourt.L'organisation de la position comprendra deux lignes, côte 103-côte 109 uitilisée comme ligne de résistance principale et Contescourt-côte 109 comme ligne de soutien.
17h30, le dispositif est le suivant : Gauchy occupé Grugies, côte 108, ferme Pontchu (exclue).Les troupes s'organisent sur leurs nouvelles positions.La liaison est réalisée entre les deux régiments à la côte 62.Entente est faite entre le colonel Poignon et le colonel Cdt la 92°Bri pour établir des lignes de concordance.Notre ligne est poussée au Nord de la côte 62 à contre-pente de la côte 121.Le Btln Duplouy est en soutien du Btln Runacher aux environs de la route Urvillers-Castres.Il signale l'artillerie allemande vers Neuville St-Amand.
18h45, l'ordre du colonel Poigon aux colonels Cdt les deux Rgts, prescrit une liaison intime entre les éléments et d'occuper les positions telles qu'elles ont été définies dans les ordres précédents.
120° division: Pas de modification depuis la veille.

Journée du 05 Avril 1917:
25° division: Occupation de la ligne Oestres, croupe 138.
Pertes connus pour le 3°Btln 4 tués dont 1 aspirant et 7 blessés.
Dans la nuit du 4 au 5 avril, le 16°RI a été relevé en première ligne par le 105°RI et placé en réserve, le 98° restant en 2eme ligne.
Zones de stationnement afféctées aux régiments après relève (tranchées et villages).
Stationnement de la 25°DI du 5 avril.
EM DI, QG, Prévôté, Justice Militaire, EM AD/25, détachement télégraphique Dury.
Intendance, Trésor et Postes Ham.
EM ID L' Ecluse.
16°RI 3 BtlnS et EM à Ham et faubourgs..
98°RI Hamel (PC), Happencourt, Castres, Contescourt.
105°RI Epine de Dallon, Oestres, Dallon, Fontaine-lès-Clercs (PC).
Cavalerie à St-Sulpice.
Artillerie batteries en position, Parc  Pithon, Dury, Bie 136/563 Ham. 
Génie Cie 13/1 Roupy, 13/51 1/2 à Fontaine-lès-Clercs et 1/2 à Ham, 13/21 Rue d'Alva, section de projecteur en ligne et Rue d'Alva.
Dépôt Divisionnaire Ognolles, Cie routière Villers-St-Christophe.
70°RIT 6 Cies et 2 CM Villers-St-Christophe, Aubigy et Rue d'Alva, 6 Cie Tugny.
TR de la DI Eppeville, CVAD Verlaines.
26° division: Les régiments poursuivent leur organisation sur le front Le Pontchu, côte 62, Gauchy.Pendant la nuit, le secteur a été violemment bombardé.Le tir ennemi a manqué de précision.Le mauvais temps qui a commencé le 4 au matin n'a pas cessé pluie, neige, vent.Les troupes sont très fatiguées.Un officier du 92° a été blessé et un homme tué.
11h30, les 1eres lignes sont violemment bombardées.Le colonel Poignon demande un tir de repésailles sur le Piré-Aller et le moulin de Tous Vents.Le tir est exécuté par l'AC/27 et l'AC/26.L'ALC actionnée par la division tire sur les lignes ennemies.
La division prescrit d'étudier les mesures de contre-attaques à exécuter en cas d'attaque ennemi.Le colonel Poignon donne l'ordre à son AC de se mettre en mesure d'exécuter ses tirs de barrage et de régler ses tirs pour appuyer nos contre-attaques éventuelles.
Il prescrit à l'infanterie de se tenir prête à contre-attaquer au cas où les boches attaqueraient nos lignes.Le bombardement continue, les coups semblent venir d'Itancourt.
La 92°Bri est prévenue à 11h58.
L'ALC effectue un tir de contre-préparation de 300 coups.L'ACD/120 a mis 3 Bies en représailles sur la 1ere ligne allemande, une sur la 2eme ligne, les 3 autres sont prêtes à faire barrages.
12h25, des reconnaissances ont été envoyées à notre gauche sur Rocourt, où elles ont été accueillies à coups de fusil.
12h50, le tir de l'artillerie ennemie ayant à peu près cessé, le colonel Poignon demande que notre ALC arrête ses tirs.
13h00, l'AC reçoit l'ordre de cesser son tir, le 1°Gr du 16° a tiré 90 coups sur le moulin de Tous Vents.
13h18, le tir de l'ennemi ayant repris sur Gauchy, Grugies, Castres, côte 203, le 92° demande que l'AC reprenne son tir.L'AC recommence à battre les lignes ennemies.
L'ennemi semble avoir fait sauter, St-Prix, Rocourt, le faubourg S. de St-Quentin, la sucrerie de la Biette.L'aviation ennemie qui se montre active est fortement cannonnée par nos pièces spéciales.
14h15, le tir des batteries allemandes a cessé, ordre est donné à nos batteries de rentrer dans le silence.
14h40, l'ID/25 fait connaître le résultat de sa reconnaissance poussée sur Rocourt.Elle a trouvé un triple réseaux de fil de fer, des mitrailleuses et une position paraissant solidement tenues.Le fil de fer traverse le canal et s'étend vers la sucrerie de la Biette.
17h50, le bombardement avec gros calibre de nos 1eres lignes a repris.L'ordre d'opérations N°2529/I de l'ID/26 prescrit la relève d'une partie du front de la 26°DI par les troupes de la 25°DI.La nouvelle limite entre les 2 DI est la suivante : le canal jusqu'à Le Hamel, lisière Est de Contescourt et Castres (25°DI), église de Grugies (26°DI) points 9857, 0157 (ces points à la 25°DI) carrefour 86 sur la route nationale N°44 (ce carrefour à la 26°DI), Harly (25°DI) jusqu'au carrefour S-E. sur la route de Mont d'Arigny.Ce nouveau dispositif sera réalisé le 6 au matin.Dans la nuit du 6 au 7 le 121° relèvera les 3° et 1°Btln du 92°.Le nouveau dispositif suivant sera réalisé.Un Btln du 121° en 1ere ligne jusqu'à la côte 62, un Btln du 139° jusqu'à la ferme Le Pontchu (exclue).Un Btln de soutien derrière chacun des deux Btlns de 1ere ligne, un Btln du 139° réserve de l'ID, un Btln du 121° réserve de DI.Le 92° réserve de CA.
Pour l'organisation des travaux, chaque colonel est chargé de l'organisation de la 1ere ligne de son secteur, avec son régiment.Un Btln du 92° stationné à Artemps est chargé de la ligne 103-108.Un Btln du 71°RIT fait la position Castres-Essigny sous la direction du Cdt du génie de la division.2 sections de la Cie 13/2 à la disposition du 121°, 1 section de la 13/2 à la disposition du Btln du 92° d'Artemps, 1 section de la 13/2 à la disposition du Cdt du génie pour la position Castres-Essigny, 2 sections de la 13/52 à la disposition à la disposition du colonel Cdt le 139°, 2  sections de la 13/52 à la disposition du Cdt du génie pour la position Castres-Essigny.
Des relèves intérieures ont lieu au 35°CA dans la nuit du 5 au 6.Le 42°BCP remplace en 1ere ligne le 417°, le 55°BCP le Btln de soutien du même régiment, le PC de la 92°Bri sera à la ferme Bourge, le 7 à midi.
19h00, un renseignement envoyer par le Btln Runacher par pigeon voyageur fait connaître que les batteries de 105 et 150 exécutent des tirs sur la côte 108.Le Cdt Runacher demande un tir de représailles sur le Piré-Aller, côte 120, N-O. de Neuville-St-Amand.Demande de contre-batterie est faite par l'ID.Un enntonnoir est créé par une mine ennemie au carrefour de la route Castres-Essigny et GrandSéraucourt-Grugies devra être comblé dès ce soir pour pouvoir pousser en avant du 155C.Le lieutenant Desfaudrais va vérifier l'exécution de l'ordre.
120° division: Aucune modification ne survient dans la situation de la division qui demeure en réserve d'armée dans les conditions précédement indiquée.Exercice et travaux.(Pas d'annotation avant le 12 avril).

Journée du 06 Avril 1917:
25° division: Grande activité de notre artillerie.Tirs de destruction sur les réseaux.
A 19h00, le 4, une vingtaine d'explosions sont constatées dans St-Quentin.A 10h00, le 5 trois explosions sont constatées dans St-Quentin.
Grande activité de l'artillerie ennemie.
Mouvement du 98° 2 Btlns passent sur la rive droite du canal.Pertes : 1 officier d'artillerie et 3 hommes blessés.
La ligne Douchy-Happencourt est franchie par les derniers éléments relevès le 5 à 05h00 du matin.Le régiment de 2eme ligne est en place à la même heure.Le colonel Leclerc passe le le commandement en 1ere ligne au colonel Camors le 5 avril à 09h00.
26° division:
01h00, de très violentes explosions avec d'énormes lueurs sont observées vers St-Quentin.
Un ordre d'urgence des travaux en 1ere ligne à effectuer est fixé par le colonel Poignon.Il en est de même pour les travaux de la ligne 103-108.Des patrouilles et petites reconnaissances sont exécutées chaque nuit sur le front des régiments.Le 92° fera une reconnaissance ce soir même entre le Piré-Aller et le moulin de Tous Vents.Le 139° enverra une reconnaissance semblable sur la tranchée de la Drave à l'endroit où la route nationale N°44 coupe la tranchée ennemie.Ces reconnaissances seront exécutées avant minuit.Le mauvais temps continue.Le bombardement bien qu'intermittent est sérieux sur les 1eres lignes, les ravins et les crêtes arrières.
Pertes de la journée : sous-lieutenant Maraval du 139° blessé ainsi que 7 hommes.
120° division:

Journée du 07 Avril 1917:
25° division: Grande activité des deux artilleries.A 19h00, violent bombardement de Fontaine-les-Clercs.
26° division: L'artillerie a commencé à faire des brèches dans les réseaux de la position Hindenburg, le colonel Cdt l'ID prescrit que des patrouilles aillent le soir reconnaître le résultat, accompagnées de gradés d'artillerie, cette mesure sera exécutée jusqu'au jour de l'attaque.
L'artillerie allemande tire par intermittence, mais sans grande énergie.L'infanterie est très nerveuse et tire sans cesse.Elle a fait déclencher des tirs de barrages sans motifs.Les brèches dans les réseaux sont vérifiées par les patrouilles envoyées au cours de la nuit.Le mauvais temps continue.
Pertes de la journée : 139°RI 1 tué et 6 blessés, 121°RI capitaine Chabrolet blessé, 1 tué et 13 blessés. 
120° division:

Journée du 08 Avril 1917:
25° division:  Reconnaissances très actives délèments avancés davant les brèches faites par notre artillerie en cours de la journée.
Tirs de destructions et de représailles 540 coups de 155 et 4800 de 75.
Pertes : 3 pièces de 155 Filloux sont mises hors de service.3 tués et 11 blessés. 
Vers 08h30, quelques explosions ont été entendu sans St-Quentin et dans Rocourt.Vers 11h30 de grosses fumées sont aperçues près de la cathédrale de St-Quentin.
A 15h35, le ballon 41 de la division vient d'être incendié par un avion ennemi.L'observateur l'adjudant Duhamel a sauté en parachute et est arrivé à terre sain et sauf.
26° division: Le 3°Btln du 139° relève le 1°Btln du 139° très éprouvé par le mauvais temps.L'artillerie allemande a été très active pendant la nuit, causant quelques pertes.
En vue des futures attaques sur la position Hindenburg la route GrandSéraucourt-Grugies-moulin de Tous Vents soit être rendu viable.Elle sera la seule grande route comprise dans l'axe de marche de la division.Il importe donc de dégager le passage en dessous de Grugies.Reconnaissance effectué par le lieutenant Desfaudais pour estimer le travail à faire et préciser l'emplacement exact de la tranchée de 1ere ligne sur la voie ferrée de St-Quentin.La 13/2 est chargée du déblaiement du passage à niveau de Grugies.
Journée calme, artillerie allemande peu active.Des avions allemands survolent nos lignes, l'un d'eux attaque et incendie le drachen de la 25°DI.
Le tir de l'artillerie de campagne pour ouvrir des brèches est très active favorisée par une belle journée.
14h00, le colonel Poignon va conférer avec le Gal Cdt la DI au sujet des opérations.En rentrant, il va conférer avec le colonel Bourg sur les mêmes sujets.
Le soir un gros incendie est observé à St-Quentin.Des patrouilles vont vérifier les brèches ouvertes par l'artillerie dans la journée.Elles ne reçoivent pas de coups de fusil, plusieurs pénètrent dans les tranchées du Piré-Aller, où elles ne rencontrent personnes.
Une patrouille allemande rencontrée en cours de route par une patrouille du 139° est mise en fuite laissant entre nos mains trois prisonniers du 455° tous jeunes et misérables.
Les travailleurs aux diverses lignes Gauchy, Le Pontchu et 103-108 sont sérieusement bombardés et subissent quelques pertes : 1 tué et 5 blessés au 139°, 3 tués et 4 blessés au 121°RI.
120° division:

Journée du 09 Avril 1917:
25° division: Actif service de surveillance.Tirs d'interdiction exécutés par nos mitrailleurs sur le réseau ennemi.Cinq reconnaissances exécutées sur le front, la nuit, trois à l'Est, deux ont été arrêtées par un violent barrage sur voie ferrée, à l'Est de Gauchy et pente N. de la côte 103 et deux à l'Ouest.La reconnaissance d'officier qui a suivi le réseau puis le canal jusqu'à la voie ferrée rend compte que les tranchées sont fortement occupées (nombreux coups de fusil, mitrailleuses).
Activité de notre artillerie : Tirs de destructions, tirs de brèches.Consommation 2415/155 et 10510/75.
Pertes : 3 pièces hors service.4 tués, 23 blessés dont 2 officiers.
De nombreuses explosions sont signalés vers Rocourt.  
Dans la matinée, incendie à la sucrerie de la Biette, violent incendie dans St-Quentin (quartier de l'Hôtel de ville à 21h00).
26° division: Les prisonniers sont interrogés.Leurs renseignements indiqueraient une relève probable de leur régiment par des éléments bavarois.En conséquence des tirs sérieux seront exécutés sur les lignes allemandes par l'artillerie dans la région du Piré-Aller.
Le colonel Poignan accompagné du colonel Bourg va conférer avec le Gal Cdt la DI.
Un allemand armé de grenades à main et d'un recolver attaque la tranchée du 121° au Nord de la voie ferrée.Il est tué, c'est un soldat du 455°RI.
L'ID/25 nous fait connaîtreque sur son front à côté du canal, 6 allemands armés de revolvers et grenades se sont glissés jusqu'à une sentinelle.Ils l'ont blessé, mais ont du se retirer sans autres résultats (05h30).L apréparation d'artillerie continue toute la journée sur la kigne Hindenburg.
L'ennemi réagit, mais sans énergie et seulement avec son artillerie et son aviation qui se montre très active.
Reconnaissance du sous-lieutenant Fournier agent de liaison du 121° sur la 1ere ligne de son régiment pour fixer le tracé entre Gauchy et la voie ferrée.Reconnaissance du lieutenant Desfaudais sur la ligne 103-108 pour voir l'état des travaux, leur avancement et l'emplacement.Ordre est donné au 121° d'exécuter une forte reconnaissance au cours de la nuit sur le Pirè-Aller.
L'artillerie exécutera de son côté, sur la tranchée de l'Euphrate, la route Pirè-Aller, le boyau des Pillards, la route 44, barrage roulant entre la tranchée de l'Euphrate et la route de St-Quentin à Neuville-St-Amand des tirs énérgiques destinés à gêner la relève annoncée chez les allemands par les prisonniers.
Pertes de la journée : 139°RI 2 tués et 9 blessés, 121°RI 1 tué et 2 blessés.
120° division:

Journée du 10 Avril 1917:
25° division: Sept reconnaissances faites la nuit devant le front de la division reconnaissant les brèches.Il résulte des comptes-rendus de ces patrouilles que le 1er réseau seul est détruit, le 2eme ne l'est que sur certains points, les 3eme et 4 eme sont intacts.En outre entre le canal et la voie ferrée en particulier, les réseaux étant à contre pente sont réparés la nuit malgré les feux de mitrailleuses exécutés sur les brèches.
Déplacement du PC.Le PC de la division s'établit à l'écluse de Sereaucourt, le QG restant à Dury, le PC de l'ID est transféré au Hamel, celui du colonel du 98° à Contescourt.
Journée assez calme, grande activité de notre artillerie qui continuent les brèches, l'artillerie allemande fait surtout de la contre batterie.Pourtant tir assez violent l'après-midi sur Fontaine-lès-Clercs.
Pertes : 3 blessés. 
26° division: 
00h00, la reconnaissance du 121° exécute son mouvement sur le Pire-Aller, mais elle rencontre la tranchée ennemi solidement occupée par l'ennemi qui accueille la reconnaissance à coups de mitrailleuses et de fusils.Un tué et un blessé grave chez nous.
Les reconnaissances de brèches ont exécutés apr le 139° sans incidents.L'ennemi fait tous efforts pour refermer ses brèches.
L'ordre 1247/G 26°DI place le dépôt divisionnaire à Villeselve.
Un Btln du 30°RI mis à la disposition de l'ID/26 travaille pendant la nuit à la ligne 103-108 sous la direction du génie Cie13/2.
L'artillerie allemande arrose toujours nos 1eres lignes et la ligne 103-108 par moments, elle tire également sur notre artillerie.Elle est cependant moins active que les jours précédents.
L'infanterie de la division change de PC en vue des opérations futures.Le colonel Poignon s'intalle à Grand-Séraucourt  dans une cave de la sucrerie.Des reconnaissances sur les brèches sont effectuées dans la nuit sur le front des deux régiments.
Pertes de la journée : 139°Ri 2 tués et 9 blessés, 121°RI 1 tué et 2 blessés.
120° division:

Journée du 11 Avril 1917:
25° division: Des reconnaissances sont faites la nuit sur le front de la division.
Trois reconnaissances d'officiers ont été faites à l'Ouest du canal (105°) pour reconnaître les brèches.Des renseignements rapportés il résulte 1) devant le Btln de droite il est impossible de passern il n'existe qu'une seule brèche difficilement praticable dans les deux premiers réseaux, le 3eme étant intact.Devant le Btln de gauche, les destructions sont un peu plus avancées (4 brèches dans les 2 ou 3 premiers réseaux).Les brèches auraient besoin d'être améliorées et il se trouve un 4eme réseau en construction prè des tranchées.
2) les tranchées sont fortement occupées, des mitrailleuses interdisent le paddage des brèches.
Deux reconnaissances d'officiers ont été faites à l'Est du canal.Il en résulte qu'il existe environ 4 passages dans les 1er et 2eme réseaux entre la butte et la voie ferrée, 8 dans la 1ere, 2 dans la 2eme entre la voie ferrée et la division voisine.Il existe encore au moins un réseau derrière, mais il semble qu'il existait un certain nombre de passages possibles au milieu des réseaux bousculés et cissaillés par les obus.
Journée relativement calme.Destruction de mitrailleuses, tirs de brèches, tirs d'interdiction.Tir de 30 bombes par la Bie de tranchée pendant la nuit du 10 au 11 sur le point 9857.
L'artillerie ennemie se montre assez active sur les Bies et la ligne Dallon, ravin de Fontaine-lès-Clercs, Castres (provenance des coups S-E de St-Quentin, Rouvroy, Itancourt).L'ennemi possède à Itancourt une position remarquablement avantageuse pour son observation d'artillerie.Il y aurait lieu, comme cela a éré déjà demandé de faire aveugler et détruire cet observatoire par le 35°CA.
Pertes : Infanterie 7 blessés dont un offisier (sous-lieutenant Guillemin) au 98°RI (relève de Btln).
3..75, 1..155 Filloux hors service.
26° division: La journée est très active, mais il fait un temps épouvantable, pluie glaciale et neige, intempéries qui rendent l'existence rès pénibles pour les troupes qui sont en pliein champ sans aucun abri.Il y a pas mal de gelures sur les pieds des hommes.
Les ordres d'attaque sur la position de moulin de Tous Vents et de Piré-Aller et la route nationale 44 sont envoyés par la 26°DI (ordre 1245/G).
Le colonel Poignon établir un plan d'engagement N°2610/I.Ce plan d'engagement  fixe la limite droite de la DI de la façon suivante : canal jusqu'à Le Hamel, lisières Est de Contescourt ey Castres (à la 25°DI), église de Grugies (26°DI), point 01547-0559 (ces points à la 25°DI), carrefour 86 sur la route nationale N°44 (ce carrefour à la 26°DI), Harly (25°DI) jusqu'au carrefour Sud-Est sur le Mont d'Arigny.A droite Guiscard, Villeselve, Cugny, Flavy-le-Martel, Castres, station d'Essigny, côte 109, Le Pontchu, carrefour à mi-distance entre Neuville et Itancourt.
Deux régiments attaqueront sur le front de la 26°DI.Le 121° à gauche, le 92° au Sud, la limite entre eux est la ligne générale côte 93(Est de Contescourt) carrefour côte 62 sur la route de Grugies à Pontchu, point 1856 sur la tranchée l'Euphrate, côte 100 (N-O. Mesnil-St-Laurent) ces points au régiment Sud. 
Le régiment de droite doit s'emparer d'une ligne allant du Pontchu à la tranchée de la Drave au point 1450, 500m à l'O. de la route nationale 44. S'emparer de la tranchée de la Drave de ce point ci-dessus de la tranchée de l'Euphrate depuis son croisement avec la route nationale 44 et s'établir sur une ligne allant de la côte 91 (embranchement de la route du Pontchu avec la route nouvelle et aboutissant à la tranchée de l'Euphrate incluse (300m à l'Est de la route nouvelle).
Le régiment de gauche s'emparera
1°) de la tranchée de la Drave depuis le point 1450 inclus, du Pirè-Aller à la tranchée du Pirè-Aller, du saillant du moulin de Tous Vents, de la tranchée Duiester jusqu'a 100m au Sud du point 9956.
2°) de la tranchée de l'Euphrate depuis un point situé à 200m à l'Ouest de la route nationale, de la tranchée du Maugabé, du moulin de Tous Vents, des tranchées du Niemen et de Fribourg jusqu'à l'embranchement exclu du boyau des Rondins.
3°) de la tranchée de Tartarie et de l'ouvrage Tabora.S'établir sur une ligne allant du point 1450 inclus sur la tranchée de la Drave à la maison isolée qu'est située sur le chemin de terre du mulin de Tous Vents à St-Quentin inclus.
2eme phase : S'emparer de la tranchée de l'Euphrate jusqu'à la route nouvelle exclue, du boyau des Pillards, de la route nouvelle depuis la tranchée de l'Euphrate jusqu'au carrefour 86 inclus et s'établir sur une ligne sensiblement parallèle à cette route et à une distance de 300 à 500m à l'Est.
Les régiments auront deux Btlns chacun en 1ere ligne, un Btln en soutien.Un Btln du 139° réserve du colonel Cdt l'ID entre la voie ferrée et la côte 103 au Sud de Grugies.Un Btln du 139° réserve de DI et un Btln du 139° réserve de CA.Un Btln territorial du 71° sera garnison de tranchée côte 168.
Trois sections de la Cie 13/52 à la disposition du 92°RI, 1 section au colonel Cdt l'ID.La Cie 13/2 à la disposition du 121°.
Deux pelotons de cavalerie surveilleront le flanc droit de la division sous les ordres du capitaine Barot.
Le 1°Btln du 92° relévera le soir le 3°Btln du 139° qui occupe la droite du secteur ferme Le Pontchu, chemin de terre du Piré-Aller à Urvillers.
Le 3°Btln doit aller après relève à Flavy-le-Martel.La 92°Bri, le 98°RI qui sont les éléments en contact de la gauche et de la droite de la DI envoient leur ordre d'attaque.
La 25°DI attaque à notre gauche depuis notre limite juqu'au canal de St-Quentin et du saillant de Rocourt.Le colonel Poignon demande au Gal Cdt la 26°DI de choisir cinq heures comme heure de l'attaque.De nombreux observatoires de St-Quentin verraient de suite les troupes se former pour ce départ de l'unique tranchée existant en 1ere ligne avec la tranchée de doublement.Une reconnaissance est prescrite au 121° sur le front du Piré-Aller pour la nuit du 11 au 12 avril.
Les reconnaissances faites par le 121° et une reconnaissance du 139°RI donne comme renseignements des brèches faites dans les réseaux, mais quelquefois imparfaites.La tranchée ennemie parait solidement occupée et a gênée beaucoup les reconnaissances effectuées.
Un ordre fixe le PC de la 26°DI à Artemps pour le 12.Le 3°Btln du 22°RI a exécuté toute la nuit des travaux à la côte 103 sous la direction du capitaine Cdt la 13/2.
Pendant toute la journée et toute la nuit l'activité de l'artillerie allemande a été considérable en réponse à nos tirs préparatoire et des brèches.6 blessés par éclats d'obus.Le 2°Btln du 121° a relevé avec 2 Cies, la Cie de gauche du Cdt de la Pomélie.Le Btln de la Pomélie occupe la partie du secteur qui lui revient avec 2 Cies.
120° division:

Journée du 12 Avril 1917:
25° division: Reconnaissance des brèches.Trois à l'Ouest du canal.
Entre le canal et la route N°30, un passage dans le 1er réseau, un passage dans le 2eme au bord du canal.
Entre route N°30 et voie ferrée, 3 brèches dans le 1er réseau, une sentinelle double placée entre le 1er et 2eme réseaux  a signalé la reconnaissance, qui n'a pas poussé plus loin.
Au Nord de la voie ferrée, cinq brèches dans le 1er réseau reconnu, une forte patrouille ennemie a obligé la reconnaissance à rétrograder.
Deux reconnaissances à l'Est du canal.
Devant La Biette à l'Ouest de la route Gauchy-La Biette : 1er et 2eme réseau, 4 brèches agrandies à la cisaille, 3eme réseau intact.Le génie a fait exploser deux charges allongées.
Entre la route Gauchy-La Biette et limite avec la division de gauche, 1er réseau passage très facile (les brèches ont été améliorées par cisaille et charges allongées, 2eme réseau 4 brèches dont 2 très larges, au 3eme réseau existe à 100 ou 150m derrière, n'a pu être reconnu.
Les reconnaissances ont reconnu en outre la vigilance de l'infanterie ennemie (coups de fusil et de mitrailleuses).Une de nos reconnaissances a été poursuivie par une forte patrouille ennemie (l'ennemi réparait vraisemblablement ses réseaux détruits et avec pour se couvrir la fraction qui a essayé de cerner notre reconnaissance).Les traces d'une autre patrouille ennemie ont été vues sur la neige.
Relève pendant la nuit du 11 au 12 du 105°RI par le 16°RI.Le Btln du 98° d'Happencourt (Btln Humières) se parte à Roupy.Le 105° va au repos (2 Btlns à Ham, 1 à Happencourt).
Journée marquée par notre artillerie qui continue ses destructions et réglages, ses brèches, malgré les rafales de neige.L'ennemi réagit sutout sur les batteries, sur Castres.(Le capitaine Bendedetti y est griévement blessé). 
26° division: L'ordre d'opérations N°44 du 13°CA fixe le jour J de l'attaque au 13 avril à 09h00.
Le colonel Poigon estime que le manque de tranchées de départ et de boyaux, la présence d'observatoires allemands comme ceux de St-Quentin nécessitent une autre heure d'attaque et en principe une heure matinale, où la visibilité soit mauvaise.Il propose 05h00.Etant donné la relève en cours du 139° par le 92°, il demande de retarder le jour J de 24 heures.
Dans le Btln du 71°RIT, deux Cies seront chargées du transport des munitions et matériel pendant les opérations, l'une est affectée au 92°, l'autre au 121°.Elles stationnent à Grand-Séraucourt (ordre N°2676/I de l'ID).  
Dans la première partie de la nuit du 12 au 13 aura lieu la relève du 2°Btln du 139° par le 2°Btln du 92° venant de Flavy-le-Martel.Le 3°Btln du 92° relèvera le 1°Btln du 139° à la côte 108.L'EM du 139°RI stationnera à Grand-Séraucourt.
L'ordre N°2686/I de l'ID prescrit à la dernière Cie du Btln Molitor et à sa CM de se tenir dès 05h00 sur la ligne Essigny-Contescourt à l'Ouest et près de la voie ferrée.
Dans la matinée, le lieutenant Desfaudais et le lieutenant Bertrand vont reconnaître les 1eres lignes du front du régiment de droite.Le lieutenant Bertrand visite le front du Btln Sévin entre la ferme Pontchu et le chemin de terre Urvillers-PiréAller.Le lieutenant Desfaudais du chemin Urvillers-Piré-Aller à la côte 62 route d'Esiigny au Piré-Aller.
Les tranchées sont continues sur la 1ere ligne.A 100m en arrière des éléments dits tranchées de doublement.Les allemands exécutent des tirs d'interdiction et de surprise sur les arrières de la division.Une seule grand'route pour assurer la circulation des convois sur le terrain St-Simon, Séraucourt, Grugies, faubourg Sud St-Quentin, Homblières.
Les tirs d'artillerie se sont poursuivis sans répit sur les positions allemandes.L'aviation à la suite de ses reconnaissances donne un état de destructions opérées dans les tranchées et les réseaux allemands.D'autre part les reconnaissances ont été exécutées dans la nuit du 11 au 12, celle du 121°RI s'est heurtée à des tranchées fortement occupées au Piré-Aller, les autres se sont également heurtées à des réseaux peu détruits ou à des tranchées occupées.
Le Btln du 22°RI qu'avait été mis à disposition de la 26°DI quitte Artemps à 11h00 du matin. 
20h00, toute communication téléphonique est rigoureusement interdite en 1ere ligne (ordre 1284/G de la 26°DI).
Toutes les liaisons sont en place.Téléphone entre les chefs de Btln et les Cdt de groupe, entre le PC des colonels et les Cdt d'unités.Liaisons optiques entre le PC de Grand-Séraucourt du colonel Poignon et le relai de la côte 103 Sud de Grugies appartenant au 121° et le poste de la côte 108 du 92°RI.Des coureurs sont échelonnés de ces PC à la côte 103 Sud du ravin de Castres-Urvillers.De la côte 103 au PC de Grand-Séraucourt un relai de cavaliers (éclaireurs montés du 121°).pour le 92°, les coureurs sont échelonnés de la côte 108au ravin situé à l'Est de la voie ferrée au Nord de la route Grand-Séraucourt à essigny.
Un poste observatoire sur la route Artemps-Grugies à l'Est du cimetière de Grand-Séraucourt permet d'embrasser l'ensemble du secteur et de voir une grosse partie des premières lignes.Un arbre organisé par les allemands en observatoire est utilisé ainsi qu'une maison détruite à proximité. 
120° division: Dans la soirée l'ordre est donné à la division d'être rassemblée le lendemain 13 à 05h00 en formation articulée dans la zone de Ham, Aubigny, Dury, Ollezy, Eaucourt, Golancourt. 

Journée du 13 Avril 1917:
25° division: Reconnaissances des brèches faites dans la soirée du 12.
En vue de l'attaque décidée pour le 13, le Btln du 105°RI d'Happencourt se porte dans la nuit à Grand-Sereaucourt, ceux de Ham à Happencourt, la cavalerie se porte à Happencourt.Le Btln du 70°RIT désigné dans l'ordre d'attaque comme garnison de tranchée se porte en position.
Grande activité de notre artillerie au cours de la nuit (obus spéciaux).
L'attaque est déclenchée à 05h00 (la 26°DI attaque à droite) saillant de Rocourt, La Biette, 9954.
Deux Btlns du 16° attaquent à l'Ouest su canal, Btln Grapin à droite, Btln Debenedetti à gauche.Le 1er est très échelonné en profondeur, a ses éléments de tête arrêtés devant les fils de fer intact et ne peut progresser.Du Btln Bendedetti deux Cies (Peyriol et Pupat) parviennent à progresser dans les tranchées du saillant de Rocourt, soutenues en arrière et à gauche par le Btln d'Humières en liaison avec les anglais.
Fortes pertes par suite des tirs de mitrailleuses sous abris bétonnés intacts.
Une contre-attaque ennemie ramène nos troupes déjà éprouvées derrière le talus du chemin de fer.
L'attaque à droite du canal est menée par le 98° (Btln Lyet).La droite du Btln est arrêtée devant les fils de fer incomplétement détruits.La gauche malgrè les feux de mitrailleuses pénétre dans La Biette.Une forte contre-attaque et le tir des mitrailleuses l'oblige à regagner les tranchées de départ.
A 10h00, la situation est la suivante, à droite du canal on est revenu au point de départ.A gauche le Btln Grapin est devant les fils de fer à cheval sur la grande route N°30, le Btln Debenedetti derrière la voie ferrée, le Btln d'Humières en arrière et à gauche.
Pertes assez sérieuses, on signale déjà capitaine Peyriol, sous-lieutenant Vannier du 16° disparus, plusieurs autres officiers blessés, beaucoup de blessures par balles.Il a été constaté que la position ennemie fortement occupée est défendu par un grand nombre de mitrailleuses sous abris bétonnés, impossible à détruire avec du 155, 40 prisonniers (de la 25°DI).
Le Gal Cdt la division prescrit de se maintenir à gauche sur sa position que l'on occupe, à droite du canal, on avancera la ligne, à la nuit de façon à être assez près pour reprendre les destructions, s'aidant au besoin des batteries de tranchées.
A 15h00,le Gal Cdt l'Armée prescrit d'occuper avant 16h00 avec les seuls moyens dont on dispose en artillerie les trois premières lignes de tranchées.
Le temps matériel manquant pour prévenir tout le monde, l'attaque est fixée à 16h30.Le Btln du 105° de Grand-Sereaucourt se porte à Castres, Contescourt, illisible de ceux d'Happencourt serre à Grand-Sereaucourt.
L'artillerie continue ses tirs de destruction secondée par l'artillerie anglaise.
A 18h30 l'attaque reprend.
A l'Ouest du canal, 16°RI Btln Grapin à droite, Thomas à gauche.Des éléments de gauche pénétrent jusque dans la 3eme tranchée, alors que la droite est encore arrêtée devant les fils de fer.Une violente contre-attaque la raméne au point initial derrière la voie ferrée, après un terrible corps à corps.Pertes très sérieuses de part et d'autre.
A l'Est du canal, 98°RI Btln Ferrard.La Cie de droite fauchée par les tirs de mitrailleuses perd tous ses cadres, s'abrite d'abord dans des trous d'obus, puis replie vers les tranchées de départ.La Cie de gauche est vue pénétrant malgré les feux de mitrailleuses dans La Biette.On ne la revoit plus.
A 10h00 du soir la situation est donc la même que 12 heures plus tôt.Pertes très élevés.
Quatre prisonniers pris au saillant de Rocourt signalent l'importance des pertes boches.
On signale également pour nous :
5 officiers tués lieutenants Millet, Pacros, Bucaille, Saby du 16°, Fontenilles du 98°
6 disparus probablement tués capitaine Peyriole et sous-lieutenant Vannier du 16°, capitaine Baleydier, sous-lieutenant Deligny, Bletterie, Paolacci du 98°.
18 officiers blessés (Cdt Thomas (garde son commandement), capitaines Voisin et Durin, lieutenants Reynaud, Jaupart, Jalady, Serraix, Demars Ayme du 16°).(capitaine Blanchet, lieutenants Senéchaut, Moreau, Echelart, Thiaroni, Vogel, Domas du 98°, (lieutenants Silloux et Barillet du 70°RIT). 
1200 hommes environ tués, blessés ou disparus.
Au cours de la journée grande activité des avions de réglage et d'observation.Deux saucisses abattu par les avions de chasse ennemis vers 19h00.Un drachen abattu dans l'après-midi.Au cours de l'attaque du soir les allemands allument eux mêmes des bengales pour tromper notre avion sur notre progression. 
26° division:  
04h00, toutes les troupes sont en place pour l'attaque.Le 92° à droite, le 121° à gauche.Btlns Sévin, d'Oullenbourg, de la Pomélie, Kremp.
PC du colonel Cdt le 92° à la côte 108.PC du colonel Cdt le 121° à Grugies dans une cave.Le Btln Bastiani réserve du 121° garnit les tranchées de départ, le Btln Rapenne les tranchées de la côte 62 à la ferme Le Pontchu.
Une Cie et une CM du 71°RIT sous les ordres du Cdt Molitor occupent la côte 108, les 2 pelotons du 3°RCC ont laissés leurs chevaux dans le ravin Est de la voie ferrée de St-Quentin entre le ravin d'Urvillers-Castres et la route Grand-Séraucourt à Essigny.Les hommes sous les ordres du capitaine Barot, du lieutenant Janicot vont occuper la côte 108 aux environs de la ferme Le Pontchu, pour faire face à droite et préserver le flanc droit de toute attaque par le feu des fusils mitrailleurs.A l'heure H (05h00) l'attaque part sur toute la ligne, l'artillerie allonge son tir.
05h02, l'AL13 demande si elle peut cesser le tir sur les batteries allemandes placées à 1500m N. de Piré-Aller, elle en reçoit l'ordre, son feu serait dangereux pour les fantassins.
05h10, les allemands envoient des fusées éclairantes ainsi que des fusées signaux.Le tir de barrage allemand est déclenché.La fusillade éclate nettement perçue de l'observatoire d'infanterie.
05h30, sur la côte 103, le Btln Runacher (1° du 139°) rend compte qu'il occupe son emplacement de combat, réserve d'infanterie.
05h33, la division par l'ordre N°1288/G met à la disposition du colonel Poignon deux Cies de travailleurs d'un nouveau Btln du 71°RIT pour être employées au transport de métériel et de vivre aux unités d'attaque.
05h40, le Cdt d'Oullenbourg fait connaître que ses éléments progressent normalement.
05h50, le ballon 36 fait son apparition, il observe au profit du commandement et de l'artillerie, de même l'aviation commence ses reconnaissances, malheureusement l'air est trop brumeux encore pour permettre de bonnes vues.Le tir allemand d'abord très violent s'est ralenti tout doucement.
05h58, le Btln d'Oullenbourg rend compte que sa Cie de gauche a pris la première tranchée allemande.
06h05, l'infanterie de la 25°DI rend compte qu'elle occupe La Biette et y a fait des prisonniers.
06h10, le colonel Poignon donne l'ordre au Btln Runacher de suivre attentivement les mouvements du Btln Bastiani et de remplacer ce Btln dès da marche en avant.
06h40, le Cdt de la Pomélie fait connaître que sa situation est critique, qu'il a beaucoup de tués et blessés.Il est pris avec son Btln sous le feu d'innombrables mitrailleuses non détruites et des réseaux protégeant le Piré-Aller.Le capitaine Entz et le capitaine de la Chaume seraient tués. 
Le Cdt Krempp fait connaître que sa Cie de gauche a atteint la 2eme ligne allemande.La 3eme ligne parait fortement tenue.Il demande le maintien du tir de l'artillerie sur la 3eme ligne allemande.Son PC est au saillant du moulin de Tous Vents.
La situation de Cdt de la Pomélie est communiquée au 92°RI et ordre lui est donné de l'aider le plus possible.
Le 92° rend compte qu'il a atteint ses objectifs et qu'il envoie des patrouilles en avant reconnaître les lignes allemandes suivantes.Il devra par ordre de l'ID essayer et prendre à revers les éléments qui résistent au Btln de la Pomélie, en se portant à l'attaque des tranchées de la Drave et de l'Euphrate suivant l'axe de la route N°44.
06h48, le colonel Poignon prévient le Colonel Bourg qu'il donne l'ordre au Btln Runacher de se tenir peêt à se porter dans la tranchée de départ à la droite du Btln Bastiani.
En 1ere ligne, le 121° n'est pas en liaison avec le 98°, le Btln Bastiani est en liaison avec le 98°.Les mitrailleuses sont nombreuses sur le front du 121° et la gauche du 92°.Toute progression est impossible tant que les destructions nécessaires n'auront pas été effectuées par l'artillerie lourde.Le colonel Cdt le 121°RI estime que dans ses conditions il est inutile d'engagerson Btln de réserve.
07h35, la situation des éléments du Btln Krempp est la suivante : 5° et 6°Cie arrêtées devant la 2eme ligne allemande, 7°Cie en réserve sur le chemin qui est dans l'entre-ligne.
Le colonel Poignon demande à l'ID/25 de faire connaître sa situation, il est inquiet des renseignements reçus su 121° lui signalant le manque de liaison en 1ere ligne avec la droite du 98° régiment de droite de la 25°DI.
07h45, ordre au 92° du colonel Poignon de faire avancer une unité avec la route N°44 comme axe, pour prendre à revers la ligne allemande qui résiste au cdt de la Pomélie.Le Colonel Cdt l'ALL fait connaître qu'il tite sur Neuville-St-Amand pour annhiler les mitrailleuses qui tirent sur le Btln d'Oullenbourg.
08h00, la résistance se prolonge devant le front du Btln Krempp et du Btln de la Pomélie.
La présence de nombreuses mitrailleuses sous béton se confirme sur le front du 121°RI.page 51
17 prisonniers ch 455° faits par le 92°RI sont envoyés à l'ID pour y être interrogés par l'interprête.
L'activité de l'artillerie allemande augmente
Le 92°RI fait connaître que la Cie Chiron s'est emparée de la tranchée de la Drave et qu'elle progresse vers l'Euphrate.Des renseignements d'avions par TSF et par messages lestés indiquent une progression plus considérable que cellle indiquée par les régiments.Ces erreurs se produisent en particulier vers la droite, à la tranchée de l'Euphrate où les fantassins français sont signalés.
08h50, 4 avions allemands survolent nos lignes.
08h55, la division prescrit que l'ID actionne directement l'ALL pour la contre-batterie.La sitaution du Btln de la Pomélie se précise.Depuis 03h45, les 9° et 10°Cie sont au Piré-Aller et dans la tranchée de l'Est du Piré-Aller.La 11°Cie est en réserve aux abords de la côte 121.  
Des renseignements parvenus de la 25°DI indiquent qu'à sa gauche une Cie du 16°RI est dans la 2eme ligne du saillant de Rocourt.Sur le reste du front, l'attaque est dans le réseau de fil de fer sous le feu des mitrailleuses.Des avions allemands font des réglages sur nos nouvelles positions.
09h15, la 25°DI occupe la sucrerie de la Biette.Ordre a été donné au colonel Bourg à un peloton au Btln Bastiani de renforcer la Btln de la Pomélie.La 25°DI fait connaître que le 98° s'est replié entre la 1ere ligne allemande et l'ancienne 1ere ligne française à l'Est de Gauchy, pris ous un fort tir de barrage et le tir des mitrailleues de la côte 121.Ordre est donné à la 26°DI de couvrir ce flanc.
09h40, Ordre N°32.Le 92° organisera la Drave et l'Euphrate aussitôt après s'en être emparé.Le 121° continuera son effort vers l'avant.Le btln Runacher poussera dans l'ancienne 1ere française à la gauche du Btln Bastiani, une Cie pour couvrir son flanc gauche.
09h50, le général Linder Cdt le 13°CA sonne l'ordre à la 25°DI de reprendre l'attaque pour occuper la tranchée allemande à la gauche du Btln Krempp.Le colonel Bourg Cdt du 121° demande au moins 2 Cies du Btln Runacher en renfort.
Le colonel Poignon refuse avant que le colonel Cdt le 121° ait employé tout son Btln de réserve.
On signale 2 Cies allemandes au faubourg d'Isles.Un drachen allemand s'élève dans la direction du moulin de Tous Vents, c'est le 2eme en observation.
10h00, le Btln Runacher par ordre du colonel Poignon envoie deux Cies dans l'ancienne 1ere ligne française à la gauche du Cdt Bastiani.On demande l'artillerie lourde pour écraser les ouvrages devant notre front.
10h23, l'ennemi a tenté de régir sur la tranchée de la Drave.Le Btln Oullenboug a demandé le tir de l'artillerie.L'ordre lui est donné de pousser sur l'Euphrate pour avoir des vues immédiates sur la cuvette placée à l'arrière des lignes ennemies.L'artillerie lourde à laquelle on a demandé le tir sur moulin de Tous Vents n'a pu exécuter car le tir est dangereux pour l'infanterie, l'objectif étant trop rapproché des lignes occupées par nous.
10h35, la gauche du Btln Krempp a été légèrement refoulée à la grenade dans la tranchée occupée.Une Cie du Btln Bastiani est envoyée en renfort pour étayer la gauche du Cdt Krempp.Les allemands ont essayé de sortir de leurs tranchées, mais un tir de barrage déclenché immédiatement les a arrêté net.Le Btln Krempp occupe bien les tranchées du Bambou et du Roseau.
11h00, Ordre N°39.Le Btln Weiss se portera sur la côte 108 sans la dépasser jusqu'à nouvel ordre, il se mettra en liaison avec l'infanterie à Grand-Séraucourt.
11h20, le 121° demande à récupèrer ses coureurs échelonnés entre Grugies et l'infanterie.Le colonel Poignon le lui accorde et les fait relever par des coureurs du Btln Runacher.
11h30, le 121° qui a beaucoup souffert demande le concours des brancardiers divisionnaires.
11h45, des rassemblements allemands sont signalés vers le moulin de Tous Vents, un tir de contre-préparation est immédiatement réclamé à l'AC et à l'AL.La DI de son côté donne l'ordre à l'ALC de tirer sur la 3eme tranchée ennemie depuis la tranchée Cameroun jusqu'à la route N°44.
12h35, l'infanterie communique la situation à l'artillerie lourde longue, appuyée d'un croquis des emplacements occupés par nous.Les coureurs fournis par le Btln Runacher sont remplacés par des coureurs du Btln Weiss.
13h45, le Btln Weiss reçoit l'ordre de se porter sur la côte 103 au lieu de la côte 108.Le Btln Runacher est dans l'anncienne 1ere ligne française à cheval sur la voie ferrée.Un renseignement précis écrit, confirme la mauvaise situation dans laquelle se trouve le régiment Bourg.
14h15, le Gal Cdt l'Armée precrit sans retard une nouvelle préparation sur les parties des 2eme et 3eme lignes qui résistent et de recommencer l'attaque.Le 139° pourra être employé en entier.La 26°DI notifie l'ordre de reprise de l'attaque pour une heure que choisira le colonel Poignon.Cette note fait connaître que la 25°DI a choisi 18h00.Le colonel Poignon pour assurer la simultanéité des efforts choisit aussi 18 heures.Conformément à l'ordre, il donne des objectifs à l'AC et l'ALC (ordre 1294/G de la 26°DI et 2691/I de l'ID).
Les colonels sont prévenus par téléphone d'avoir à prendre de suite leurs dispositions pour attaquer dès ce soir, en attendant l'ordre écrit et détaillé.Le colonel Bourg Cdt le 121° insiste pour affirmer que les mitrailleuses sous casemate bétonnées demeurent intactes ainsi que beaucoup de réseaux de fils de fer.La préparation d'artillerie de quatre jours a donc été induffisante.les pertes sont fortes et les troupes paraissent peu capables dans de telles conditions d'enlever la position.
Le 1°Btln du 139° sous les ordres du Cdt Runacher gardera le falnc gauche de la division, le Btln Weiss occupera les 1eres lignes françaises de départ, le Btln Duplouy se tiendra sur la ligne de la côte 103.Une Cie et 1 cie (mitrailleuses) du 71°RIT Btln Saulou sous les ordres du chef de Btln vont renforcer les positions de la côte 108 à côté du Cdt Molitor qui l'occupe depuis le matin.
16h25, le tir de l'artillerie lourde sera repris jusqu'à 18h00.Le flanc droit de la DI reste sous la surveillance des pelotons du capaitaine Barot jusqu'à 20h00, heure à laquelle il devra rentrer à Grand-Séraucourt au bivouac.
L'avion d'infanterie est pris en chasse par deux avions allemands qui le forcent à se retirer en baissant.
17h00, les positions conquises devront être organisées et reliées à l'ancienne 1ere ligne par des boyaux dès que la nuit le permettra.Le Cdt du génie vient au PC de l'infanterie pour régler ces travaux de concert avec le colonel Poignon.
Le Gal Cdt le GAN adresse aux troupes toutes ses félicitations.
Les avions allemands commencent à se montrer très actifs.Contrairement aux premiers ordres donnés, seule la CM du 71°RIT du Btln Saulou ira renforcer le Btln Molitor à la côte 108.La préparation d'artillerie se poursuit sur le front des 25° et 26°DI.
17h50, la 26°DI fait connaître que la 25°DI a retardé l'heure du soir d'attaque de une demi-heure.Le colonel Poignon n'a pas eu le temps de contre mot non lu son attaque, ce qui est mauvais étant donné la situation du flanc gauche.
18h00, l'attaque se déclenche, mais les mitrailleuses reprennent leur activité.Elle est bientôt arrêtée et se poursuit seulement à coups de grenades.Deux drachen, un à la 28°DI, l'autre à la 25°DI sont  incendiés par les allemands.
La place manque pour loger à la gauche du Btln Bastiani le Btln Runacher en entier.Il loge ses éléments en arrière de la 1ere ligne dans le talus de la voie ferrée.
18h30, la 25°DI déclenche son attaque.Elle est arrêtée de nouveau par les mitrailleuses et le tir de barrage.
19h50, sur la gauche de la 26°DI des fusées demandent le tir de barrage.Un contre-attaque de 3 Cies a essayé de s'infiltrer sur notre flanc gauche.Elle a été repoussée grâce à la rapidité avec laquelle le tir de barrage s'est déclenché et grâce à l'énergie des troupes qui luttent à la grenade.Le colonel de Certain depuis 17h45 a pris le commandement du Btln Weiss et du Btln Runacher par ordre du colonel Poignon.Il a établi son PC à la hauteur du passage à niveau de la route Grugies-Urvillers dans le talus du chemin de fer.
En raison du terrain très repéré, le colonel de Certain arrête le Btln Duplouy à la route Essigny à Grand-Séraucourt.
L'ordre 1297/G prescrit de vérifier la liaison des Btlns avec les groupes d'artillerie pour être prçet à repousser toute contre-attaque. 
120° division: La division se porte dans la zone indiquée savoir : Ham, Aubigny, Dury, Ollezy, Eaucourt, Golancourt. 
EM de la DI, de l'ID, de l'AD, du génie, Médecin divisionnaire, section de projecteurs et télégraphique Estouilly.
Sous-Intendance, Trésor et Postes, Prévoté, Justice Militaire Ham 
Infanterie
38°RI EM et 1 Btln Dury, 1Btln Ollezy, 1 Btln Pithon, TC entre Eaucourt et Ollizy. 
86°RI EM et 1 Btln Ham (sortie Nord), 1Btln St-Sulpice, 1 Btln Aubigny, TC entre Verlaines et Ham.
408°RI EM et 2 Btlns Muilles-Villette (partie voisine de la voie ferrée), 1Btln et TC Golancourt.
Génie Cie 26/3, 26/56, 8/22, Cie routière Rue d'Alva.
72°RIT EM et les éléments restants Golancourt.
Formations sanitaires entrée Ouest de Verlaines.
Dépôt Divisionnaire Libermont.
PAD/120 EM et 2 SMA Ollezy, 1 SMI Flavy-le-Melrieux, EMR Grécourt.
CVAD et TR Eechen, RVF Ham.

Journée du 14 Avril 1917:
25° division: Au cours de la nuit le Btln du 105° de Castres remplace en 1ere ligne le Btln Ferrard.Organisation sommaire.Tir d'artillerie ennemie ssez violent sur Castres.Minen en avant du saillant de Rocourt.
Journée relativement calme.Activité de notre artillerie, de l'artillerie ennemie sur certains points.Dix obus lacrymogènes ou même toxiques ont du être tirés par l'ennemi dans la direction des batteries.Activité des deux aviations.
Pertes : 23 blessés au Rgt Lclerc, 3 blessés au Rgt de gauche, 1 blessé au 70°RIT.
Les pertes du 13 en hommes sont un peu moins sévères que l'on ne le craignait en hommes.Une section du génie disparue a rejoint peu à peu.
Les pertes se répartissent comme suit :
16°RI 63 tués, 241 blessés, 141 disparus.
98°RI 32 tués, 168 blessés, 286 disparus.
70°RIT 5 tués, 13 blessés.
Génie 5 tués, 8 blessés (13/1), 1 blessé (13/51), 3 disparus.
Cavalerie et artillerie : 2 tués, 7 blessés.
Total 107 tués, 438 blessés, 433 disparus.
26° division: L'ordre a été donné au 35°CA d'attaquer à notre droite la position Hindenburg pour 08h00.En raison de l'insuffisance des destructions, le contre-ordre est donné.Le 13°CA se maintiendra sur les positions conquises et continuera sa préparation d'artillerie (ordre N° 3150/3).La 26°DI remettra de l'ordre dans ses unités.
Le maintien du terrain conquis sera facilité par la réduction des ilôts qui subsistent encore dans la ligne ennemie.La 26°DI donne l'ordre d'opérer dans ce sens à la grenade.Le colonel Poignon en conséquence donne l'ordre au Btln de la Pomélie de réduire l'ilôt de Piré-Aller, au Cdt d'Oullenbourg de progresser dans les boyaux jusqu'à se qu'il attaque la tranchée Euphrate.L'AC prépara les destructions nécessaire après reconnaissance (ordre N°2712/I).L'ordre d'opérations de l'artillerie comporte des barrages, la continuation des brèches, le bombardement de la tranche du Tourniquet et de Neuville-St-Amand.
09h25, le colonel Cdt le 121° rend compte que les ilôts du Piré-Aller sont occupés sérieusement et qu'en outre ils ont conservés leurs communications vers l'arrière sans doute par souterrains,.En conséquence il donne l'otdre au cdt de la Pomélie de construire une tranchée les contournant.
10h45, la liaison avec les éléments de gauche (98°) se fait a environ 100m à l'Ouest de la voie ferrée 1Km Nord de la côte 77.Deux Cies et 2 secrions de mitrailleuses du Btln Runacher assurent la liaison entre le 121° et le 98°.Le reste du Btln Runacher resté dans les tranchées de départ assure la liaison avec les éléments de la 2eme ligne.
Le colonel Poignon demande au Gal Cdt la DI de relevé le 139° et l'extension du front de la 25+DI jusqu'à 250m à l'Est de la voie ferrée pour soulager les éléments de la 26°DIIl ne dispose plus de raturé Btln 1/2 d'infanterie.2 Cies du Btln Weisse servent de garnison à la tranchée de départ avec les derniers éléments du Btln Runacher à gauche.
12h55, le lieutenant Mège du 121° rend compte qu'il a réussi de progresser de 100m dans la tranchée de Brandebourg.L'ennemi résiste maintenant dans une tranchée perpendiculaire à la tranchée de Brandebourg.Il aperçoit au N-E. de la route nationale au point 0649 des casques bleues dans une tranchée.Le boyau 1347 et 1251 est tenu.Les travaux sont prescrits sur tout le front de la position, 4 boyaux relieront la 1ere à l'ancienne 1ere ligne.Dans la nuit du 13 au 14, les boyaux ont déjà été commencés iles seront poursuivis dans la nuit du 14 au 15.Le colonel Poignon dispose pour ces travaux de 5 Cies du 71°RIT, 2 Cies du 22°RI.La position 103-109 sous la direction du capitaine Durand Cdt la 13/2 sera organisé par 2 Btlns du 30°RI.Les 2 Btlns du 22°RI cantonnent l'un à Artemps, l'autre à Grand-Séraucourt.
Le Btln Weiss reçoit l'ordre de se porter au bivouac de Grand-Séraucourt.Le Btln Duplouy occupe la côte 103-108 où il relèvera les élèments du Btln Molitor, le mouvement sera terminé à 22h00.
Pertes de la journée du 13 : 92°RI 3 officiers blessés, 8 hommes tués et 53 blessés ; 121°RI 5 officiers tués, 2 officiers disparus, 62 hommes tués, 157 blessés et 25 disparus. 
Pertes de la journée du 14 : 92°RI 18 hommes blessés ; 121+RI 1 officier blessé, 4 hommes tués et 28 blessés.
120° division: Toute les unités de la division reçoivent l'ordre de rester alertées dans leurs cantonnements.Dans la soirée la 120°DI reçoit l'ordre de relever la 25°DI dans le secteur qu'elle occupait.La reléve commencera dans la nuit du 15 au 16. 

Journée du 15 Avril 1917:
25° division: Relève dans la nuit au sous-secteur de gauche des Btlns du 16° par les deux derniers Btlns du 105° sans incident.Le Btln Thomas se rend à Happemont, Btln Debenedetti et EM à Aubigny.Les Btlns Lyet et Ferrard du 98° s'installent momentanément à Villers-St-Christophe, pour gagner Ham dans la soirée. 
Dans le sous-secteur de droite, reconnaissance d'officiers en vue d'assurer la liaison effective avec la gauche de la 26°DI, le long du chemin de terre passage à niveau Est de Gauchy, saillant de Moulin de Doux Vents.
Matinée calme, après-midi et soirée marquées par une grande activité des deux artilleries.
Bombardement ennemi violent dans la soirée (obus toxiques 210 vers Epine de Dallon et front anglais).Riposte : tir d'enfilade sur les tranchées boches, entre la route du Fayet et celle de Châlons/Marne.Tirs de 75, de 155C et d'ALL sur la partie Sud du champ de manœuvre de St-Quentin.
Aviation ennemie active dans la matinée.
Pertes : 15 blessés dont un officier lieutenant Bordel et un homme du 38°.
26° division: Un élément du 105° qui devait relever pendant la nuit les éléments du Btln Runacher à l'Est de la voie ferrée, n'ont pu que relever partiellement surpris par le jour.Après enquête, 230m de tranchées allemandes restent aux mains des allemands, c'est le seul ilôt non réduit.Il est à l'Est du Piré-Aller.
La situation du régiment Bourg est donc la suivante : le Btln Krempp va de la liaison de la 25°DI à 100m Ouest du Piré-Aller.Le Btln de la Pomélie à droire en 1347.
Un élément Bastiani est à contre-pente un peu arrière du chemin Gauchy-Tous Vents assure la liaison entre la 25°DI et le Btln Krempp.Une Cie et 2 sections de mitrailleuses sont dans la tranchée de départ.Le Btln Runacher est tout entier dans la tranchée de dpart aux ordres du colonel Bourg le 15 au matin.
Des obus français de gros calibres sont tombés sur le 121°.L'artillerie a été prévenue de suite.AU 92° la ligne occupée n'a pas changé la gauche du Btln d'Oullenbourg en liaison avec le Btln de la Pomélie, et à droite le Btln Sévin en liaison avec la 92°Bri à la ferme Le Pontchu.
Le Btln Rappenne est dans la tranchée de départ.
On a fait un état récapitulatif des pertes dans les corps : 92°RI 7 officiers et 317 hommes hors de combat depuis le 1er avril, au 121°RI 15 officiers et 455 hommes, au 139° 3 officiers et 131 hommes.
La 26°DI envoie l'ordre d'organiser la position (ordre 1317/G).On aura pour but un échelonnement en profondeur.Une 1ere ligne de sentinelles, une 2eme de petits postes, une 3eme de grand-gardes, une de réserve.De forts réseaux de fils de fer et de tranchées soigneusement orientés compléteront la force du système.L'application de ces instructions , un ordre de travaux est établi.Les troupes construisent leurs tranchées en 1ere ligne sous la direction de deux Cies du Génie 13/2 et 13/52.
Les boyaux sont construits par la Cie 13/4, les éléments du 22°RI et 71°RIT.
La tranchée de contre-attaque est constuite par les  éléments du 22°RI.
La position 103-108 est organisée par le Cdt du génie avec 2 Btlns du 99° qui remplacent les Btlns du 31°RI.Ces travaus sont sous la direction du génie.
La relève du 121° est ordonnée.Le 139°RI le relèvera le soir, le Btln Duplouy relèvera le Btln Krempp et la Cie du Btln Bastiani en liaison avec la 25°DI.Le Btln Weiss relèvera le Btln de la Pomélie et la Cie du Btln Bastiani qui l'appuyait.Le Btln Runacher relèvera le Btln Bastiani.Après relève le Rgt Bourg occupera les emplacements suivants  EM, CHR, Btln Krempp et de la Pomélie Grand-Séraucourt ; Btln Bastiani côte 103-108.
Les Cies de mitrailleuses relèveront dans la nuit du 16 au 17 (ordre N°2724/I).
La journée comme les précédentes a été très agitée.De nombreux tirs de l'artillerie ennemie, nous répondons par des tirs de contre-préparation.
Le temps est toujours rude et les hommes sont très éprouvés par les intempéries et les fatigues résultant des efforts des journées passées.
09h30, des avions ayant fair connaître au colonel Boquillon Cdt l'AD/26 que des rassemblements ennemis se formaient devant le régiment Bourg, un tir d'artillerie a été déclenché.
10h07, nos 155 exécutent des tirs devant le front du Btln de la Pomélie, leur tir est mal réglé faute d'avions, le Cdt de la Pomélie le signale trop court.Ce Btln est bombardé au Piré-Aller par des obus de gros calibre allemands.
10h35, des précisions parviennent sur la situation du 92°RI.Sur la ligne Pontchu-Beaulieu à 2 Cies en arrière entre la grand'route et le chemin creux, une Cie (1°Btln).De beaulieu au point 1845 une section du 2°Btln, 3 autres sections face au Nord.A la gauche pour boucher un trou : une section.Une Cie dans la tranchée de Brandebourg conquise.En arrière 3 sections.Dans la tranchée de départ le Btln Rappenne.
14h55, un bombardement par obus toxiques est signalé sur l'artillerie.L'artillerie allemande reste très active toute la journée sur nos 1eres lignes et sur les batteries d'artillerie placées en plein champ dans le ravin Castres-Urvillers.
18h00, en raison de cette activité qui nous cause quelques pertes, le colonel Poignon donne l'ordre à l'ALL d'exécuter un tir de contre-batterie.Il fait également exécuter un tir de contre préparation sur les batteries de Neuville-St-Amand et Itancourt.le bombardement sur le Btln de droite du 92° cesse après ces représailles.
19h45, tir allemand dans le ravin de Grugies, devant le front de gauche de 121°.Immédiatement un tir de contre préparation est exécuté sur les lignes allemandes face au Btln de gauche.
20h00, le colonel de Certain rend compte qu'il est au PC de Grugies pour relever le colonel Bourg.On continue à signaler des tirs courts de notre artillerie par de nombreuses fusées et des signaux optiques.
Pertes de la journée : 92°RI 2 tués et 4 blessés, 139°RI 2 tués et 20 blessés, 121°RI 6 blessés. 
120° division: Les reconnaissances du secteur sont faites dans la soirée.
Dans la nuit du 15 au 16, le 38°RI relève 2 Btlns du 105° en 1ere ligne au Nord du canal.1 Btln du 16°RI en 2eme ligne à Fontaine-lès-Clercs.
La Cie 26/3 relève en secteur la Cie 13/51.