Extraits des JMO des 25°, 26° et 120° division.
Journée du 16 Mars 1916:
25° division: La contre-attaque de nuits'est heurtée à des défenses accessoires et n'a pas abouti.Elle avait été d'ailleurs retardée par une erreur de direction, causée par la perte de l'officier, gradé qui avait pris part à la reconnaissance.
La matinée a été calme, le bombardement très ralenti augmentebrusquement d'intensité vers midi.L'ennemi arrose tout le secteur, comme le 14, particuliérement le Mort-Homme.Les forts de Bois-Bourrus et de Marre sont encore l'objet d'un bombardement de gros calibre (380).
Des renseignemnts de sources différentes (avions, ballons, observateurs 29°DI) annoncent que des mouvements importants d'infanterie ennemie se produisent devant notre front, dans le bois des Forges, dans le ravin des Forges et le bois des Corbeaux.Un régiment rassemblé au S. de Forges, une colonne de toutes armes arrive à Gercourt, tranchées ennemies pleines, etc.
L'artillerie ennemie accentue sa préparation sur le Mort-Homme, elle atteint son intensité maximale à 16h00, puis le tir s'allonge.
Mais notre artillerie avait dès les premiers renseignements dirigé un tir combiné au N. du Morthomme (tirs sur les voies d'accès, d'écrasement et à obus spéciaux dans les bois et sur les rassemblements, barrages violents et précis).L'artillerie du 1°CA et de la 29°DI prennent part à l'action.Des observateurs d'artillerie aperçoivent des groupes d'infanterie refluant vers l'Est sur le bois des Corbeaux, l'attaque a échoué.Vers 17h45 le bombardement diminue d'intensité puis cesse.Notre artillerie persiste au contraire faisant alterner un tir lent et continue avec des rafales d'attaque.A midi le Général Berthelot prend le commandement du sous-secteur Est.A 18h00 le Colonel Dillemann Cdt la 80°Bri remplace le Colonel Rous dans le commandement du demi-secteur Ouest.Au cours de la nuit, le groupe formé par des éléments éprouvés du 70°, des Tirailleurs et du 98° est relevé par le 150° (3 Btlns), sans incident.Les troupes relevées rejoignent le bois Bouchet.
Les travaux de la nuit sont activement poussés, le boyau N°1 atteint le pied du Morthomme, le boyau N°2 la 2eme position.
26° division: En raison de la situation qui reste confuse au Mort-Homme, les relèves prescrites dans le secteur de la 29°DI sont ajournées.
La division reçoit l'ordre d'assurer la défense de la jonction 309-310 (partie droite) et de la 3eme position.Le Colonel de l'AD/26 doit doubler le Colonel AD/29 à 309 pour assurer de concert avec lui la direction des barrages.Toute l'AD/26 doit prendre position pour y concourir.
A 15h00 le sous-groupement Alby donne l'ordre de mettre le 121) en entier et 2 Cies du 70°RIT à la disposition du Gal Cdt la 29°DI, ces forces sont destinées, non plus à relever les troupes de cette division, mais à occuper la région de Béthincourt, qui est passée à la 29°DI.Le mouvement doit se faire dans la nuit du 16 au 17 (ordre général d'opérations N°17 du sous-groupement Alby).On signale dans le cours de l'après-midi une attaque allemande sur le front Cumières-Béthincourt, la division est alertée.A 19h00 on apprend que l'attaque aurait été brisée par nos tirs de barrage.Bombardement intermittent sur la clairière de Verrières et 309-310.Pertes : 3 tués, 10 blessés. 
120° division: La répartition des troupes dans la zone de rafraichissement est la suivante :
EM 120°DI Stainville, QG idem, 65° Cie du Train idem.
303°Bri : EM Montiers-sur-Saulx, 408°RI Biencourt, EM Ribeaucourt, 409°RI Montiers-sur-Saulx.49°Bri : EM Stainville, 38°RI Dammarie (EM), Nant-le-Petit, Stainville, 86°RI Mesnil-sur-Saulx, Fouchères, Génie Cie 26/6 Cie 8/22 Villers, Cie 26/56 Fouchères, Santé Ambulances 2/13 et 206 Stainville, SH 206 et GDB idem, Cavalerie 2 Esc du 3°RCC Le Bouchon, Subsistances CVAD et RVF Couvertpuit.
 
Journée du 17 Mars 1916:
25° division: La matinée et calme avec bombardement peu nourri sur tout le secteur.Vers 13h00, les observateurs signalent une circulation intense entre le moulin de Raffécourt, au bois des Corbeaux et à la corne N-E. de ce bois.Un violent bombardement se déclanche de 13h00 à 14h30 entre Cumières et le Mort-Homme accompagnés de tir à obus lacrymogènes.Notre tir combiné s'effectue de nouveau.L'attaque d'infanterie ne se produit pas.4 18h30, l'ennemi au moyen de liquides enflammés et de grenades tente de pénétrer dans nos lignes à droite du 150°.Ils sont refoulés dans un combat à la grenade, au cours duquel le 150° prenant l'avantage rectifie sa ligne en la portant à la hauteur du 98° qui tient le N-E. du piton côte 295.Le 16° attaque également à la grenade, mais il est arrêté par un violent tir de barrage.Notre artillerie a poursuivi toute la journée ses tirs alternés (lents et continus d'attaque et de concentration) et ses tirs de contre-batterie.
Les 2 Btlns du 16° sont relevés par 2 Btlns du 161°, sans incident.Ils sont dirigés sur Sivry-la-Perche.Le 3eme Btln du 16° est mis en réserve de brigade.Un Btln de la 79°Bri est mise à la disposition du Gal Chapès à 1500m S-O. de 275.La garnison de Béthincourt est relevée par 5 Cies du 121°.Les 5 Cies de Tirailleurs relevées sont dirigées sur le bois Bouchet puis sur les bois des Clairs Chênes (Jouy).
26° division: En raison du départ du 121° la brigade Pallu doit être mise en mesure, avec ses éléments susceptibles de marcher immédiatement, de remplacerle 121° pour l'occupation et l'organisation du bois d'Esnes.Le Gal de Division décide, en conséquence que 2 Btlns du 139° et les 2 Cies de mitrailleuses du Rgt seront mis, à partir de 18 au soir à la disposition du Colonel Cdt la 51°Bri pour compléter l'organisation défensive du bois d'Esnes, ces troupes s'intalleront aux bivouacs du bois de Recicourt.Le 3°Btln du 139° restera à Recicourt. 
Bombardement violent au cours de la journée sur 309 1 tué, 7 blessés au 70°RIT.
120° division: Repos.L'artillerie et le 71°RIT n'ont pas encore rejoint (et vont restés à Verdun).
Pertes de la 120°DI pendant la bataille de Verdun.(JMO page 33-34)(Annexe page 36-37)

Journée du 18 Mars 1916:
25° division: Dans la nuit du 17 au 18, la ligne a été rectifiée autour du Mort-Homme et aussitôt fortifiée.Elle se relie à Béthincourt et investit le Morthomme.A 3h00, les Zouaves progressent vers le bois de Cumières et se retranchent avec une section et des mitrailleuses dans le petit bois dévasté.L'ennemi tire beaucoups de fusants sur les tranchées de face et d'enfilade (205-77).Le fort des Bois-Bourrus est bombardé pendant 10 heures avec du 210, les communications téléphoniques sont toutes la journée hachées et réparées.
A 16h00 le Gal Debeney remet le commandement au Gal Leconte Cdt la 40°DI.Il quitte le PC à 19h00 pour se rendre à Fromeréville.
26° division: Violent bombardement du boyau 5 pendant la nuit 5 tués, 3 blessés au 70°RIT.Une escadrille d'avions alemands lance des bombesdans la matinée sur Récicourt et le bois de Verrières.Dans la soirée un de nos avions de chasse abat un avion ennemi près de Montzeville.Le Colonel Lejeune Cdt le 276° est nommé au commandement du 92°.
120° division: Repos dans les cantonnements.

Journée du 19 Mars 1916:
25° division: La 25°DI laissant en place le 1°Zouaves, l'artillerie et les 2 Cies du Génie va se reformer en arrière du front.Le matin, elle occupe QG Fromeréville, Tirailleurs bois des Clairs Chênes, 16° Sivry-la-Perche, 98° Bois Bouchet.
Le Gal Chapès est relevé par le Colonel Tillemann (Cdt le 1er sous-secteur de gauche).A 10h00 le Gal Cdt la DI reçoit l'ordre de transporter ces éléments à Jubécourt et Ville-sur-Cousance à partir de midi.Le mouvement s'exécute sans incident.A 19h30 la DI occupe les emplacements suivants : 1°Zouaves, Artillerie en ligne, 2 Cies du Génie Germonville, QG + 50°Bri Jubécourt, Tirailleurs et escadron Ville-sur-Cousance, formations sanitaires Jouy. 
Le (page trouée) du Génie reste à Fromeréville en attendant la relève de ses deux compagnies.
Au cours des combats livrés dans le sous-secteur Est les pertes de la division ont été les suivantes :
Officiers tués 14, blessés 40, disparus 15 (69) ; Troupes tués 482 blessés 1743, disparus 778 (3003).
Le Colonel Garçon Cdt la 75°Bri à reçu une blessure qui met ses jours en danger.Le Lieutenant-colonel de Montluc a disparu les armes à la main.Le Lieutenant-colonel Frantz Cdt le 98° a reçu 4 blessures et a pu être évacué, son chef d'escadron adjoint le Cdt Doyen-Parigot (LH, MPLF) a été tué à ses côtés.Le Cdt Anis (MPLF) du 9° Tirailleurs a disparu les armes à la main, le Lieutenant-colonel Dubuisson (LH ?)et Cdt Claussat ont été blessés et évacués. En résumé les pertes s'élévent à (renseignements approximatifs ) à 64 officiers, 3025 hommes.
L'ordre général N° 103 du groupement de Bazelaire (ci-joint) récompense la 25°DI de ses efforts.
26° division: A la date du 19 la répartition des troupes de la 26°DI est la suivante :
52°Bri : 139°RI 2 Btlns au bois d'Esnes, 1 Btln Recicourt ; 92°RI Brocourt, bois des Fouchères.
51°Bri : 105°RI 5 Cies 1/2 à 310 et jonction, 2 Cies 1/2 au camp de Béthelainville, 1 Btln au bois de Verrières ; 121°RI 8 Cies aux tranchées de Bethincourt, 2 Cies à Esnes, 2 Cies au bois de Recicourt (Rgt à la disposition de la 29°DI).
70°RIT : 1 Btln dont 2 Cies à Alsace (29°DI), 2 Cies à Domsbale (13°CA), 1 Btln à 309, 1 Btln au camp de Béthelainville.
Journée relativement calme.Bombardement intermittent sur 309-310 et du camp militaire de Lamberchamp, 4 blessés.
120° division: Repos dans les cantonnements.

Journée du 20 Mars 1916:
25° division: Le Gal Cdt la DI reçoit l'ordre d'envoyer un Btln au bois de Fouchères puis successivement un 2eme puis au 3eme Btln à la disposition du groupement de Bazelaire.Le 16°RI va, en conséquence occuper les emplacements suivants : 1 Btln à Verrières, un à Récicourt et un avec l'EM du Rgt à la lisière N. du bois des Fouchères.Le 16°passe sous les ordres du Gal Pauffin de St-Morel Cdt la 26°DI.
26° division: Les allemands bombardent dès le lever du jour avec violence les organisations du bois de Malancourt.L'artillerie du groupement Alby riposte énergiquement.
A 09h00 la division est alertée, tous ses éléments doivent cesser le travail et occuper la 3eme position.Le Btln en réserve du CA doit se tenir prêt à marcher.Le Gal rend compte au groupement Alby : 
1°) qu'on ne peu compter comme réserve, en dernier ressort qu'un Btln de 540 fusils et 1 section de mitrailleuses de la Brigade Pallu.
2°) qu'aucune artillerie est disposée pour défendre la 3eme position, et que celle qui est à l'avant ne peut s'y reporter pour jouer ce rôle.Il serait nécessaire que les emplacements reconnus dans ce but par le Colonel AD/26 fussent occupés par une autre artillerie.
Le Gal met 2 Cies de mitrailleuses de la Brigade Pallu à la disposition de la 51°Bri pour renforcer la défense du bois d'Esnes.
A 15h00, après le bombardement d'une extrême violence, les allemands attaquent le bois de Malancourt en se servant de Flammenwerfer.Ils s'emparent en peu de temps, des deux premières lignes de défense et poussent jusqu'au réduit, organisé dans la partie Sud du bois, où ils entourent le PC du Général de Brigade.La plupart des défenseurs du bois sont faits prisonniers, le reste reflue dans nos lignes.Par suite de ce succès de l'ennemi, la position du bois d'Esne se trouve en 1ere ligne.
A 16h00, le Gal met à disposition du Colonel Le Rond, 2 Cies du 105° et 3 Cies du 70°RIT en réserve à Béthelainville.Le Colonel Le Rond dispose de : 2 Btlns du 139°, 2 Cies du 105°, 3 Cies du 70°RIT.En même temps le Gal de Division attire l'attention du Gal Alby sur le fait qu'il ne dispose d'aucune réserve, les 2 Btlns du 139° n'ont pas un effectif suffisant pour assurer la défense du bois d'Esnes.A la même heure le Btln De Bouchaud du 105°, réserve de CA, est mis par le Gal Alby à disposition de la 29°DI.Un Btln du 16°RI (Btln Thomas) est dirigé vers Recicourt et mis à disposition du Gal Cdt la 26°DI pour l'occupation de la forêt de Hesse, un 2eme Btln du 16° est également dirigé vers Recicourt à la disposition du Gal Alby.Le 1er Btln est poussé sur Verrières à la disposition du Colonel  Le Rond.
Le Gal Alby fait connaître à 17h40 l'ordre particulier N°4647 :
1°) que la 29°DI doit diriger une contre-attaquedans la direction du ravin de Rieux.
2°) qu'un Btln du 111°, soutenu par un Btln du 105° (Btln De Bouchaud), sous la direction du Cdt Verdet (EM 29°DI), dirigera une contre-attaque en direction des lisières S. et S-E. du bois d'Avocourt avec mission de dégager le réduit.
Un Btln (2 Cies 141° et 2 Cies 121°) sous les ordres du Cdt De La Pomélie (121°RI) doit contre-attaquer en direction des lisières Est et S-E. du bois d'Avocourt.
A 18h15, la division reçoit l'ordre de diriger sur Esnes, à la disposition du Gal Cdt la 29°DI, les 2 Cies du 121° qui sont stationnées dans le bois de Recicourt.
A 19h00, le 1°Gr AD/26 prend position à la carrière de Lambechamp.
Pertes : 8 tués, 70 blessés.
120° division: Repos dans les cantonnements.

Journée du 21 Mars 1916:
25° division: Dans la nuit du 20 au 21 le 1°Zouaves est relevés par les éléments de la 79°Bri et va stationner au bois de Sivry-la-Perche en réserve de groupement.
26° division: A 24h00, le Gal reçoit du 13°CA, l'ordre suivant : 
"En vue de permettre l'organisation ses attaques à effectuer pour reprendre entierement le bois de Malancourt, le Gal Cdt la 29°DI reste chargé  d'agir dans la zone limitée à l'Ouest par le boyau de la Garoupe inclus, la côte 299 et la côte 309.Il disposera en plus des éléments déjà sous vos ordres, des Cies disponibles du 105° stationnées au bois de Bethelainville."
Le détachement VERDET (1 Btln du 111° et 1 Btln du 105°) passe sous le commandement du Gal Cdt la 26°DI.
Le Gal Cdt la 26°DI qui reste chargé de la garde de toute la 3eme position, a pour mission d'agir à l'Ouest de la limite exclue définie ci-dessus.Il dispose des Btlns de la 25°DI et du détachement Verdet déjà mis à sa disposition.
Artillerie : Le Gal Cdt la 26°DI prend sous ses ordres les 2 groupes AD/26 Ducoux (moins 1 Bie) et Rayne, et le groupe Laugier du 55° ( en lisière du bois d'Esnes).Rien de changé pour le moment dans l'organisation de l'AL courte, qui devra déférer si il y a lieu aux demandes du Gal Cdt la 26°DI pour les actions à effectuer dansle bois de Malancourt.
Pour assurer l'exécution de la nouvelle mission qui le lui est confié par l'ordre ci-dessus, le Gal de Division donne à 02h00 les ordres suivants :
Le Btln Garnier du 70°RIT relèvera cette nuit les 5 Cies 1/2 du 105° à 310 et à la jonction.Le Colonel  Simond Cdt le 70°RIT prendra le commandement de la position 309-310 et de la jonction XY.Après la relève, le Btln de Longeville du 105° se rendra à Esnes où il sera à la disposition du Gal Cdt la 29°DI.Le Colonel Camors Cdt le 105° se portera avec 1 Cie 1/2 du Btln Lacroix, la CHR et les 2 Cies de Mitrailleuses du Rgt à la ferme de Verrières, où il sera à la disposition du colonel Cdt la 51°Bri.Le 16°RI sera mis à la dispositionde la 26°DI, le dernier Btln de ce Rgt rejoindra à Recicourt le Btln qui s'y trouve déjà.
En même temps le Gal Alby donnait à 01h30 un ordre d'attaque (N°4665) règlant l'exécution des contre-attaques de la 29°DI et du détachement Verdet.Aux termes de cette ordre ces contre-attaques doivent s'exécuter à 04h30.
a) le détachement de la 29°DI doit attaquer la lisière Est du bois de Malancourt, la droite à l'ouvrage Martin, et ultérieurement au barrage.
b) le détachement VERDET doit attaquer par la lisière Sud, la gauche s'appuyant sur l'ouvrage des Rieux, en liaison avec le détachement de la 29°DI  qui attaque par l'ouvrage des Rieux, couvrant le détachement Verdet contre les attaques venant du Nord.
L'artillerie doit, à 04h30, effectuer des barrages intensifs sur toute l'ancienne 1ere ligne ennemie du bois de Malancourt.
Le Gal de Division en transmettant cet ordre au Cdt Verdet, lui prescrit de régler  les détails de l'attaque dont il est chargé, de se relier avec le Colonel Cdt la 51°Bri à la ferme Verrières, avec le Btln Petin du 91°RI qui doit attaquer à sa gauche, et avec le détachement de la 29°DI qui doit attaquer à sa droite.En outre, le Cdt Verdet rendra compte du moment où il estime que les tirs de barrage devront être modifiés.
Le Cdt Verdet avait quitté la veille à 18h00 le camp civil de avec le Btln De Bouchaud du 105°.Il avait reçu tout d'abord directement du Gal Alby l'ordre verbal de coordonner une contre-attaque entre ce Btln et un Btln du 111° dans le but de dégager le Colonel Brumm cerné dans le réduit d'Avocourt.Arrivé avec le Btln dans le ravin de la Noué, il avait aussitôt détaché des patrouilles de liaison par les boyaux jusqu'aux lisières du bois pour reconnaître la situation et chercher la liaison avec les voisins.
A ce moment, lui était arrivé du groupement Alby, l'ordre de n'engager que le Btln du 111° et de réserver le 105° jusqu'à plus ample informe.Il était allé alors reconnaître la lisière par le boyau d'Antibes, était entré en contact avec le Btln du 111° parvenu à la lisière du bois, mais n'avait obtenu qu'une vague liaison avec le Cdt Petin du 91°, qui ignorait l'heure et l'objectif de son attaque.Il avait décidé alors, dans l'ignorance de la situation  su côté S-O. du bois :
1°) d'appuyer l'attaque qui avait réussi au S-E.
2°) de partir avant le jour pour brusquer l'attaque et éviter les barrages.
Le Cdt Verdet, laissant une Cie du 105° à l'ouvrage 12, pour couvrir son flanc gauche, pousse le gros du Btln en avant, à cheval sur les boyaux d'Antibes et de la Garoupe.Le Btln atteint ainsi la lisière du bois à 03h30, se reliant à droite au Btln du 111° qui s'y trouvait depuis déjà la veille au soir.A 04h30, il donne l'ordre d'attaque, les Cies progressent jusqu'au réseau de fil de fer établit à l'intérieur du bois.
Entre temps , le Gal Alby avait téléphoné à 04h00 pour contremander l'opération, mais le contre-ordre n'avait pu toucher le Cdt Verdet que quelques minutes après l'attaque.Lorsque le Gal Alby apprit que le détachement Verdet avait pénétré dans le bois, il lui donne l'ordre de décrocher le plus tôt possible, pour permettre à l'artillerie d'exécuter des tirs de destruction sur les réseaux et d'occuper les ouvragesentre le bois d'Avocourt et le bois d'Esnes.Mais ce mouvement très délicat ne pourra s'exécuter qu'à la nuit,et, pendant toute la journée, le Btln du 105° devra rester au contact avec l'ennemi, sans organisation, etsubissant desz pertes sensibles.A 05h15 le Gal Cdt la 26°DI reçoit une note du groupement Alby (N°4669), lui prescrivant de se cramponner au terrain face au bois de Malancourt, en établissant une ligne, autant que possible continue depuis l'ouvrage de Rieux (liaison avec la 19°DI) jusqu'à l'ouvrage 12, s'appuyant à droite par la liaison des boyaux d'Antibes et de la Garoupe à la 29°DI.
La position ainsi occupée et soutenue en arrière par les organisations de 304 et du bois d'Esnes devra être maintenue par tous les moyens, la 2eme ligne  indiquée ci-dessus sera complété d'urgence par l'organisation des boyaux 3 et 5, dont la liaison devra être assurée au moyen d'un ouvrage sur la croupe 295.Le Gal de Division met alorsle détachement Verdet sous les ordres du Colonel Le Rond et prescrit à ce dernier d'organiser, avec les éléments à sa disposition 2 Btlns 139°, 1 Btln 105° (Lacroix), 1 Btln 16°, Cies 13/2 et 13/52 du Génie, 1 Btln 70°RIT, la défense méthodique de la 3eme position dans le secteur bois d'Esnes-côte 309, et les travaux prescrits par la note ci-dessus.
Le Colonel Simond disposant de 6 Cies 70°RIT et la Cie 13/2 Génie, reste chargé de l'organisation de la position 310-jonction.
Le Colonel Cdt le 16°RI reste provisoirement à Recicourt avec 2 Btlns, à la disposition du Gal de Division.
Le Colonel Le Rond met le détachement Verdet sous les ordres du Colonel Mienville Cdt le 139°, puis peu après, vers 07h30, sous les ordres du Colonel Camors Cdt le 105°, qu'il charge d'organiser avec le Btln Lacroix et le détachement Verdet, la nouvelle position entre le bois d'Avocourt et le bois d'Esnes.
15h00 la journée est marquée par un violent bombardement sur Haucourt, le Gal Cdt la 29°DI s'attend à une attaque dans cette direction, toute l'artillerie se tient prête à agir.
16h00 le Gal de Division met un nouveau Btln du 16° avec le colonel à la disposition du Colonel Le Rond.Ce Btln est dirigé sur le camp de Verrières.
17h35 le Gal Alby renouvelle l'ordre de faire reporter en arrières les unités du détachement Verdet.Ce dernier, après avoir reformé ses troupes, se mettre à la disposition du Colonel Colin Cdt la 89°Bri, qui est chargé de préparer une attaque ayant pour objet la reprise du bois de Malancourt.
18h00  le bombardement d'Haucourt se ralentit, tout rentre dans le calme.L'attaque qui semblait se dessiner a été empêché par nos tirs de barrage préventifs.  
A la nuit, le détachement Verdet parvient enfin à décrocher et vient occuper l'ouvrage 12, étendant sa droite jusqu'au boyau de la Garoupe, où il se relie étroitement au Btln mixte La Pomelie (121°-141°) qui tient l'ouvrage 14.Le Btln De Bouchaud est renforcé à gauche par le Btln Lacroix.
L'artillerie peut entamer la destruction des fils de fer.
Le combat livré dans la matinée, a causé des pertes assez sensibles, nos hommes séparés de l'ennemi par le réseau de fil de fer, ont combattu toute la journée à coup de fusil et de grenades.On compte au Btln De Bouchaud 6 officiers hors de combat et 58 hommes tués blessés ou disparus.
19h00 le Gal reçoit l'ordre 4697 du groupement Alby de pousser en 1ere urgence les travaux suivants :
1°) jonction Avocourt-Corne N. du bois d'Esnes, par 254 et la contre-pente N. du ravin de la Noué.
2°) jonction corne N-E. du bois d'Esnes, ouvrage 295 (Est du mont Favry)
Le Colonel Le Rond est chargé de diriger ses travaux.
120° division: Dans la matinée et le commencement de l'après-midi la division se porte dans la zone St-Dizier, Chancenay, Cousancelles, Savonnières, Juvigny, Brauvilliers, Bienville, Eurville, Marnaval.Répartition des cantonnements :
EM et services de la division St-Dizier, 65°Cie du Train St-Dizier, 49°Bri : EM St-Dizier, 38°RI EM 2 Btlns St-Dizier, 1 Btln Chamouilley, 86°RI EM 2Btlns Ancerville, 1 Btln Chancenay, 303°Bri : EM Eurville, 408°RI EM 1 Btln Brauvilliers, 1 Btln Juvigny, 1 Btln Savonnières et ferme Clairfontaines, 409°RI EM 2 Cies Eurville, 1 Btln et 1 Cie Bienville, 1 Btln et 1 Cie (?)rez , Génie Marnaval, Cavalerie Chamouilley, Santé Villers-en-Lieu et St-Dizier, CVAD Bettancourt.

Journée du 22 Mars 1916:
25° division: La DI reçoit l'ordre particulier N°76 du groupement de Bazelaire d'après lequel elle sera progressivement retirée et reconstituée dans la zone Vroil, Rancourt, Rensennecourt, Sermaize, Maurupt-le-Montoy, St-Vrain, Heiltz-le-Hutier, Haussigémont, Dompremy, Brusson-sur-Saulx, Heiltz-l'Évêque, Sogny-en-l'Angle (toutes ces localités incluses).
Le transport des troupes sera fait par autos-camions service assuré par la Commission Autorégulatrice de Bar-le-Duc.Les éléments faisant route par voie de terre, groupés et encadrés stationneront le 23 à Lisle-en-Barrois  et Villotte-devant-Louppy.L'Artillerie et les 2 Cies du Génie sont maintenus en ligne.
26° division: L'attaque que la Bri Colin devait exécuter le 22 au matin sur le bois d'Avocourt est renvoyèe à une date ultérieure.Toutefois l'artillerie poursuit sa préparation sur ce bois.La Division a pour mission de réaliser la continuité du nouveau front au N. du bois d'Esnes et d'empêcher l'ennemi de déboucher du bois d'Avocourt.
La nuit est marquée par un bombardement assez violent sur Montzeville, le boyau 5, et la nouvelle position au N. du bois d'Esnes.Néanmoins, on travaille sans arrêts à l'organisation de la nouvelle ligne de circonvallation.
Le Gal Cdt la 29°DI est autorisé à se servir du Btln De Longeville (105°)  pour relever les unités occupant les ouvrages Vaucluse-Martin.
Le Btln du 111° du détachement Verdet doit être renvoyé en arrière au camp civil.
A partir de 08h00 les allemands recommencent à bombarder violemment le front Vauclause-mamelon d'Haucourt.
Vers 15h00, ils prononcent sur le front une forte attaque, qui réussit à prendre pied dans les ouvarges de 1ere ligne.
Vers 17h00, les allemandssortent du bois d'Avocourt et cherchent à progresser vers la droite du Colonel Camors, mais nos tirs de barrage et de mitrailleuses les rejettent vivement dans le bois.
La croupe 309 est violemment bombardée toute l'après-midi.
A 18h20, un Btln du 157° est mis à la disposition du Colonel Camors pour assurer coûte que coûte l'occupation de sa position.
Le dernier Btln du 16° est mis à dispostion du Colonel Le Rond et diriger vers la ferme Verrières.
A 21h00, on reçoit du groupement Alby, un message faisant connaître que le Gal Pétain prescrit de terminer les travaux reliant 254 ux ouvrages 12 et 14, ainsi qu'à la corne N. du bois d'Esnes.des ordres sont immédiatement donnés dans ce sens au Colonel Le Rond.
120° division: Repos. Reconstitution de la Division.

Journée du 23 Mars 1916:
25° division: Le 98°RI et le 9°Tir sont enlevés en autos et cantonnent le soir même 98°RI-EM Alliancelles, Ance (1 Btln), Vroil, Rancourt, Rensennecourt.Le 9°Tir à Haussigémont avec l'EM de la 75°Bri, St-Vrain, Heiltz-le-Hutier et Scrupt.
26° division: L'ordre général d'opérations du Gal de Bazelaire apprend que l'ennemi a pris l'ouvrage Martin et une partie de Vaucluse, ainsi que les tranchées avancées du mamelon d'Haucourt.Même mission de résistance à tout prix.L'attaque ayant pour but de reprendre le bois d'Avocourt sera exécutée dès que les circonstances le permettront.
Pour le moment, l'important est d'assurer la continuité du front, entre l'ouvrage 14 et Avocourt, et de se consolider sur cette ligne, d'où doivent partir les attaques à diriger ultérieurement sur le bois.
L'artillerie doit continuerà exécuter un bombardement systématique sur le bois d'Avocourt-Malancourt.Un ordre particulier du sous-groupement Alby à l'artillerie prescrit de détruire les fils de fer sur les faces E., S-E. et S. du bois entre l'ouvrage Martin et l'ouvrage des Rieux.
Pendant toute la nuit, l'artillerie allemande exécute un violent bombardement sur la nouvelle position au N. du bois d'Esnes, ainsi que la croupe 310 et le village de Montzeville.
Malgrè les difficultés causées par ce bombardement et les pertes subies, toutes les troupes disponibles travaillent toute la nuit avec la plus grande activité et parviennent à exécuter de de 254 jusqu'à Favry (ouvrage 295), par le bois d'Esnes, et de 254 à l'ouvrage 12 une ligne d'ouvrages précédés de réseaux Brun.
Le 157°RI (3 Btlns) stationner au camps des travailleurs civils en prévision de l'attaque qui doit avoir lieu la nuit suivante.
La 26°DI distribue à ce Rgt tout le matériel qui lui est nécessaire pour cette attaque (cartouches, grenades, sacs de terrre, outils, etc...).
A 16h00 le colonel Cdt l'AD/26 reçoit l'ordre du colonel Cdt l'artillerie du 13°CA de mettre le plus de batteries possible sur les brêches de la lisière S-E. du bois, l'attaque prévue devant avoir lieu sur le réduit du bois d'Avocourt.Le colonel AD/26 dispose pour celà de 3 groupes environ (2 AD/26, 1 AD/76), les allocations ne sont pas limitées.De 19h00 à 21h00 le tir des batteries devra être allongé de 400m pour permettre aux patrouilles d'aller voir les destructions faites.
Au cours de la journée, les allemands continuent à arroser la position avancée du bois d'Esnes et bombardent avec obus lacrymogènes la clairière de Verrières, et tous les chemins d'accès, rendant la circulation très difficile.Le bombardement sur 309-310 se poursuit avec la violence habituelle (4 tués, 5 blessés au 70°RIT).
A 17h00, le Gal Alby envoie l'ordre de relever par le Btln du 157° mis à la disposition du Colonel Camors, les unités du 16°RI en 1re ligne et de diriger tout le 16°RI sur Brocourt.
A 19h00, une vive fusillade éclate subitement sur la lisiére S-E. du bois d'Avocourt, nos tirs de barrage sont déclenchés, mais aucune attaque ne se produit.
A 19h30, la Division reçoit l'ordre N°25 du sous-groupement Alby pour l'attaque du 24 mars.Aux termes de cette ordres le Colonel Colin Cdt la 89°Bri doit attaquer le bois d'Avocourt avec : 3 Btlns 157°, 1 Btln 210°, 1/2 Cie 13/3 Génie, 1 Cie Génie 76°DI.
Le Btln du 157° du Colonel Camors doit exécuter au début de la nuit une parrallèle de départ entre l'ouvrage 12 et 254 et remplacer le 16°RI dans les tranchées de 1ere ligne.L'attaque doit se déclencher à 05h00.La Division a pour mission (mots illisibles) d'asurer l'occupation solide du front contre toute fluctuation du combat.
Pertes de la journée : 36 tués, 79 blessés.
A 23h45, le Gal Alby prescrit d'ajourner l'exécution de l'attaque, mais de continuer la préparation d'artillerie et de reprendre immédiatement les travaux d'organisation de la nouvelle position.
120° division: Repos. Reconstitution de la Division.

Journée du 24 Mars 1916:
25° division: Le 1°Zouaves, le GDB et le 16°RI sont enlevés en autos et prennent le soir même leurs cantonnements.Le 1°Z EM et 1 Btln Pargny, Sermaize, Maurupt-le-Montoy, Etrepy.Le 16°RI Heiltz-le-Maurupt, Villers-le-Sec (EM du Rgt et EM 50°Bri), Sogny-en-l'Angle et Jussécourt.Le GDB à Blesme.QG St-Lumier-la-Populeuse.
26° division: Au cours de la nuit bombardement continu sur 309-310.Les travaux s'en trouvent ralentis.
Le 16°RI est retiré du front sans incident.Le 24 au matin, la répartition des forces est la suivante dans le secteur de la 51°Bri : 
Position avancée : Colonel Camors, 2 Btlns 105°, 1btln 157°, 2 Cies 139°, et 2 Cies 139° en réserve à la coupure.
2eme position : Colonel Mienville, bois d'Esnes 2 Cies 139°, 309 1 Btln 70°RIT.
A notre droite la 29°DI a été relevé pendant la nuit par la 76°DI.Les reconnaissances envoyées sur Vaucluse et Martin rendent compte que ces deux ouvrages sont entre les mains de l'ennemi.
Le Gal Cdt la 2°Armée prescrit de préparer la résistance à tout prix sur le front : thalweig 234 (S. d'Avocourt), corne N. du bois d'Esnes, Esnes, etc....La Division est chargée de l'organisation de la position entre 234 et la corne N. du bos d'Esnes inclus, à l'Est de ce point, le travail sera fait par la 11°DI en réserve d'armée, chargée de la défense éventuelle de cette position.On doit poursuivre en même temps l'établissement de la ligne passant par la rive Sud du ravin de la Noué.
La matinée est assez calme, mais à partir de 11h00 et jusqu'à 14h00, l'artillerie lourde allemande bombarde avec violence nos positions au N. du bois d'Esnes, ainsi que la croupe 309-310.Au cours de ce bombardement le Capitaine Turenne du 70°RIT est tué et de nombreux soldats sont tués au 105° et au 70°RIT.
A 15h00, le Gal Alby met un 2eme Btln du 157° à la disposition du Gal Cdt la 26°DI pour relever le Btln du 105° en 1ere ligne, qui est très fatigué et permettre le regroupement du 105° en arrière.Plus tard un 3eme Btln du 157° est mis comme travailleurs à la disposition de la Division, sous la réserve que ces travailleurs seront rentrés dans le bois au point du jour.Le 4°eme Btln reste en réserve de groupement au camp des travailleurs civils.Pertes de la journée : 6 tués, 20 blessés.
120° division: Repos. Reconstitution de la Division.

Journée du 25 Mars 1916:
25° division: Les éléments ayants fait route par voie de terre rejoignent leurs cantonnements respectifs, le CVAD et GDB à Blesme.
26° division: Les travaux sont poussés activement pendant la nuit qui est relativement calme.Les ouvrages construits entre 254 et l'ouvrage 12 et entre 254 et le bois d'Esnes sont approfondis et aménagés, les réseaux de fil de fer sont renforcés.Les boyaux 5 et 8 sont approfondis et prolongés.On répare les réseaux, tranchées et boyaux boulerversés par le violent bombardement de la journée précédente.
Le Btln De Bouchaud du 105° est relevé en 1ere ligne par un Btln du 157°, et ce porte au camp civil.Le Btln Lacroix du 105° est maintenu provisoirement sur la position, pour ne pas affaiblir la défense du front.
La journée est marquée par un violent bombardement de 309-310 par des obus de gros calibre.Pertes : 7 tués, 33 blessés.
Les débris du Btln de Longeville du 105° rejoignent la 26°DI et viennent stationner à Recicourt.
L'ordre d'opérations  N°84 de la 2°Armée, reçu par la division dans la nuit du 24 au 25,prescrit de retirer progressivement les 25° et 26°DI et de les reconstituer dans la zone (Possesse, Charmont, Vroil, Sermaize, Hallignicourt, Domrémy, Vavray-le-Grand, Vanault-les-Dames).
Le Gal Nicolas Cdt la 120°DI, exercera le commandement du groupement formé par les éléments du 13°CA stationnés dans cette zone (QG St-Dizier).
En conséquence, l'EM de la 52°Bri, les 92° et 139°RI seront embarqués en auto le 25 mars à 18h00, le 139° et l'EM de Bri à Recicourt, LE 92) entre Dombasle et Blécourt.Les points de débarquement sont Raucourt pour le 139°, Alliancelles pour le 92°.La 52°Bri stationnera ensuitedans la zone Vroil, Bettancourt-la-Longue, Villers-le-Sec, Alliancelles, Raucourt.
Les équipages font mouvement par voir de terre et vont cantonner le 25 à Charmontois, Belval.
Après le départ de la 52°Bri, le Colonel Cdt la 51°Bri disposera pour la défense de son secteur des unités ci-après 1 btln 70°RIT, 2 Btlns 157°, 2 Btlns 105° et de 6 Cies de Mitrailleuses. 
L'ordre d'opérations N° (blanc) du groupement Alby, reçu à 24h00 insiste sur la nécessité de pousser les travaux d'organisation avec la grande activité pour donner à la nouvelle ligne la valeur défensive nécessaire. L'artillerie doit continuer la préparation les attaques d'après les ordres donnés par le Colonel Cdt l'arillerie du 13°CA.
Résumé des opérations auxquelles a pris part le Bataillon de Longeville du 21 mars au 25 mars (page 84 et 85 du JMO)
120° division: Ordre de départ en chemin de fer.L'embarquement commence à 18h00 et est effectué dans les conditions suivantes dans les 3 gares de St-Eulien, St-Dizier, Ancerville. Tableau des conditions.

Journée du 26 Mars 1916:
25° division: La 50°Bri dégage la partie N° de la 25°DI pour faire place à des éléments de la 26°DI.Elle se porte : 16°RI et l'EM du Rgt à Hallignecourt, Ambrières, Laneuville-au-Pont.Le 98° à Perthes (EM du Rgt et EM 50°Bri), Voulliers, Sapignicourt.
Les renforts reçus par la DI se décompose comme suit 1°Z néant, 9°Tir 753 hommes et 6 officiers, 16°RI 342, 98° 234.
26° division: Conformément aux ordres donnés, les travaux sont poursuivis avec ardeur tant sur la nouvelle position (aménagement de la 1ere ligne, construction de la paralléle de départ, continuation de la 2eme ligne) que sur la position 309-310-jonction.les hommes sont extrêmement fatigués, surtout au 70°RIT qui travaille jour et nuit sans arrêt depuis plus de 3 semaines, le bombardement qui ne cesse pas un instant, leur fait chaque jour  des pertes sensibles, mais chacun se rend compte de la nécessité  pressante qu'il y a de rendre cette 3eme position très solide et soutient sans faillir un effort remarquable.
A gauche, le Btln Lacroix du 105° relevé par le 157°, est retiré du front est rejoint le Btln de Bouchaud dans le bois de Verrières.
Dans la matinée la clairière de Verrières  est violemment bombardée.Vers 12h00, le bombardement s'étend à la position N. du bois d'Esnes.Notre artillerie riposte énergiquement et poursuit sans relâche sa préparation sur le bois d'Avocourt.Pertes: 5 tués, 18 blessés.
A 15h30, le groupement Alby fait savoir que le 121°RI qui est depuis le 15 mars à la disposition de la 29°DI, puis de la 76°DI, sera relevé dans la nuit.Le Btln de la Pomélie restera dans le bois de Bethelainville, où il se trouve en réserve, les 2 autres Btlns viendront cantonner à Recicourt.
L'ordre d'opérations N°29 apporte certaines modifications dans l'organisation du commandement et la répartition des troupes.
Le 59°RI doit arrivé le 28 à Dombasleet stationner après débarquementau camp Sud de Verrières.
Le Gal Cdt la 26°DI est chargé de la défense de la forêt de Hesse (boyau de la Garoupe exclu), ainsi que de l'occupation de la position 309-310 et dispose à cet effet de 105°RI, 1 Btln 121°, 70°RIT, 2 Btlns du 157° lesquels seront relevés le 27 au soir par 2 Btlns du 59°.
Le Colonel Colin Cdt la 89°Bri conserve à sa disposition exclusive pour les travaux d'approche et ultérieurement pour l'attaque, les 2 Btlns du 157° au camp civil et les 2 autres Btlns de ce Rgt après relève par le 59°.Seront en réserve de CA : les 2 Btlns du 121° relevés à Recicourt  et 1 Btln du 59° au camp Sud de Verrières.
En exécution des prescriptions de cet ordre le Gal de Division organise de la façon suivantela défense du secteur à pertir du 27 au matin :
1°) le Colonel Cdt de la 51°Bri est chargé de défendre la forêt de Hesse et la croupe 309 avec 2 Btlns 157° (relevés le 27 au soir par 2 Btlns  59°), 2 Btlns 105°, 1 Btln 121°, 1 Btln 70°RIT, Cies 13/2 et 13/52 du Génie.   
2°) le Colonel du 70°RIT est chargé de défendre la croupe 310 et la jonction.Il dispose de 2 Btlns 70°RIT, 1/2 Cie 13/3 Génie.Les 2 Cies du 70°RIT qui étaient dans l'ouvrage Alsace à la disposition de la 76°DI sont rendus à la Division le 27 et viennent après relève au camp de Bethelainville.
Le Colonel Pallu Cdt la 52°Bri rend compte que l'EM de la 52°Bri va cantonner à Villers-le-Sec. 
120° division: Aucune annotation.

Journée du 27 Mars 1916:
25° division: L'ordre général N°61 de la 2°Armée fait connaître la composition du groupement Debeney (QG St-Lumier-la-Populeuse) comprenant les 25° et 26°DI et les éléments non endivisionnés du 13°CA.Il relévera directement de la 2°Armée et assurera la liaison avec Souilly par l'intermédiaire du groupement Maistre à Vavincourt.
26° division: Le bombardement continue assez violent pendant la nuit, en particulier sur 309-310.
Les travaux sont poussés activement.On entreprend des abris sur la nouvelle position au N. du bois d'Esnes et on améliore les différentes lignes.
La matinée du 27 est assez calme, à partir de 12h00 la canonnade reprend violente de part et d'autre.Pertes : 1 tué, 8 blessés.
Un lorrain nommé Maurice Paul, se rend à nos 1eres lignes au N. du bois d'Esnes.Cet homme appartient au 193°R (192°Bri), qui occupe le bois d'Avocourt depuis le 23 mars.
Le 59° débarque à 10h00 et va stationner au camp Sud de Verrières.Les reconnaissances sont exécutées immédiatement, en vue de la relève qui doit avoir lieu dans la nuit.
A 18h00 la Division est prévenue que les 105° et 121° doivent se tenir prêts à être embarqués le 28 en auto.
Le Colonel Le Rond conserve provisoirement le commandement de son secteur, il disposera de 2 Btlns 1/2 59°, 1 Btln 70°RIT, Cies 13/2 et 13/52 du Génie zet des Cies de Mitrailleuses des 51° et 52°Bri qui resteront en place jusqu'à nouvel ordre.
Dans la soirée arrive l'ordre d'embarquement des 105° et 121°RI.Le 105° doit être embarquer à Recicourt le 28 à 10h30 et être transporter à Bettancourt-la-Ferrée (EM, 1 Btln), Chancenay (1 Btln), Ancerville (1 Btln).Le 121° doir embarquer à Dombasle et être transporté à Ancerville (EM, 2 Btlns), Roches-sur-Marne (1 Btln).
120° division: Le 27 à 05h00 le QG est débarqué à la Verberie (Oise).Les débarquements des divers éléments sont effectués au 3 gares de Verberie, Béthesy, Ourroy-Glaignes.Par ordre particulier N°1055 du 25 mars de la 6°Armée, la Division doit cantonner dans la zone Verberie, Rhuis, Roberval, Villeneuve, Raray, Verrines, Rocquemont, Sery, Morcourt, Fresnoy, Morienval, Champlieu, St-Sauveur.
La répartition des cantonnements et la suivante :
QG de la DI Verberie.
EM 49°Bri Château de la Motte.
38°RI : 3°Btln EM Gilocourt, 1°Btln Fresnoy, 2°Btln Morienval Elincourt, 2 Cies de Mit du Rgt Bellival, 1 Cie de Mit de Bri Rocquigny.
86°RI : 2°Btln EM Béthisy-St-Martin, 3°Btln Ourroy, 2°Btln Bethancourt, 2 Cies de Mit du Rgt Champlieu Ourroy, 1 Cie de Mit de Bri Bethancourt.
EM 303°Bri Verberie.
408°RI : 1 Btln Saindines (EM) La Mabonnerie La Plaine, 1 Btln Béthisy-St-Pierre, 1 Btln St-Sauveur Courcelles  Le Chêne, 2 Cies de Mit du Rgt Vaucelle, 1 Cie de Mit de Bri Ferme de Fay ou de Laboissière.
409°RI : 1 Btln Roberval (EM) Bacouel Guidon Noël-St-Martin, 1 Btln Verberie (1 Cie) St-Germain-les-Verberie Rhuis, 1 Btln Villeneuve-sur-Verberies , 3 Cies de Mit Raray.
Cavalerie : Séry.
Génie : Cie 26/6M Cie 26/56M Rocquemont, Cie 8/22 Verrines.
Santé : GDB Verrines, 2 ambulances SSA SHos Nery.
Intendance CVAD Glaines Plessis  Chatelain, RVF Verberie.
La DI dépend de l'armée de Noailles.Elle est ravitaillée par la 6°Armée (Clermont).

Journée du 28 Mars 1916:
25° division: Page manquante jusqu'au 17 avril.
26° division: Nuit assez calme sur la 1ere ligne.Bombardement actif sur le bois d'Esnes et la Clairière de Verrières, ainsi que sur la position 309-310.Notre artillerie poursuit son action sur le bois d'Avocourt. 
La relève du 157° par le 59° a lieu sans incident.Malgrè la relève, les travaux sont activement poursuivis.Les 105° et 121° sont embarqués en autos dans les conditions indiquées plus haut.
L'EM de la 68°Bri et le 88° débarquent vers 11h00 à Recicourt.le 88° est dirigé vers le camp de Verrières.Le Colonel Cdt la 68°Bri (Colonel Velly) qui doit relevé le Colonel Cdt la 51°Bri est mis à la disposition du Gal Cdt la 26°DI, pour prendre auprès du Colonel Le Rond tous renseignements utiles  et les consignes nécessaires au commandement de la zone dont ce dernier est actuellement chargé.
Le 142°RIT débarque en autos à Dombasle à 12h00, et se dirige vers le camp de Bethelainville, il est mis à disposition de la 26°DI pour relever dans la nuit le 70°RIT.
A 18h00, la Division reçoit du groupement Alby l'ordre N°31 réglant l'attaque du bois d'Avocourt.Cette attaque doit avoir lieu le 29 mars à 04h30 dans les conditions suivantes :
Objectif : Partie S-E. du bois, comprenant l'ancien réduit du bois de Malancourt.
Troupes : aux ordres du Colin Cdt la 89°Bri, 210°RI (Esnes et bois d'Esnes), 2 Btlns 157° (bois d'Esnes), 1 Cie Génie 76°DI, 1/2 Cie 13/3 Génie.
Exécution de l'attaque : L'attaque sera déclenchée à 04h30.Attaque principale sur les faces S et S-E. du réduit avec 2 attaques secondaires débordantes aux ailes.
Réserves à la disposition du Gal Alby : 2 Btlns du 157°, l'un prêt à marcher au camp civil, l'autre fournissant les corvées de ravitaillement.
Des diversions seront faites simultanément à la grenade :
a) du côté de l'ouvrage des Rieux, par les troupes d'occupation de la 29°DI.
b) du côté des ouvrages Martin et Vaucluse par les éléments disponibles du Rgt de la 76°DI qui occupe cette partie du front.
Occupation du front : Les 76° et 26° DI assureront la surveilance et l'occupation du front, suivront de près les phases de l'attaque et renseigneront le Gal Cdt le groupement.
Artillerie : L'artillerie doit préparer et appuyer d'après les ordres donnés par le Colonel Malesset, Cdt l'artillerie du 13°CA.
Ravitaillement en munitions et matériel des troupes d'attaque sera assuré par la 26°DI, en ce qui concerne le 157°RI.
PC du Colonel Colin au camp civil.
Le Colonel Cdt la 51°Bri est chargé d'assurer la liaison entre de dépôt de matériel du camp civil et les corvées de ravitaillement du 157°.
L'après-midi est marquée par une violente canonnade réciproque sur tout le front Avocourt-Bethincourt.Pertes : 5 tués, 7 blessés.
La 76°DI fait connaître que les allemands auraient attaqué vers 15h00 dans la direction d'Haucourt, mais que leurs attaques auraient été repoussées.
Le groupement Alby met 2 Cies (13/3bis, 13/4bis) à la disposition de la 26°DI, la Cie 13/3bis  est donné au Colonel Le Rond, la Cie 13/4bis au Cdt du Génie pour les travaux de route.
La Division reçoit à 21h30 l'ordre d'opérations N°32 du groupement Alby.Aux termes de cet ordre, les troupes doivent rester alertées, tout en continuant à renforcer leurs organisations défensives.
Le 88°RI arrivé dans la journée au camp Sud de Verrières, reste à la disposition du Gal Cdt le groupement.
Le 142°RIT doit relever dans la nuit le 70°RIT qui viendra à Recicourt après relève.Ce Rgt embarquera le 28 à Dombasle à 11h30 et seratransportés en autos à Perthes, dans la zone de regroupement de la 26°DI à laquelle il reste rattaché.
Le Colonel Pallu rend compte que la 52°Bri a fait mouvement le 28 et stationne dans la zone St-Dizier (EM, 92°), Villers-le-Sec (92°), Sermaize (139°).    
120° division: Réorganisation.

Journée du 29 Mars 1916:
25° division: 
26° division: La nuit est assez calme.Notre artillerie achève sa préparation.L'artillerie ennemie riposte peu.Les reconnaissances constate la destruction des réseaux de fil de fer.La relève du 70°RIT par le 142°RIT s'effectue sans incident.
Attaque du bois d'Avocourt (page 93 à 95 du JMO)
120° division: Réorganisation.

Journée du 30 Mars 1916:
25° division:
26° division: Au cours de la nuit, les allemands prononcent plusieurs contre-attaques sur le réduit du bois d'Avocourt, nos barrages d'artillerie les arrêtent facilement.Le bois d'Esnes est violemment bombardé par du 210 au petit jour.
Le 30 au matin, les troupes sont répartiees ainsi qu'il suit en arrière du réduit tenu par la 89°Bri. 
1°) Ligne de résistance au N. du Bois d'Esnes.
- à l'E. du boyau 3 (secteur passant à la 89°Bri): 1 Btln du 59°RI, 5 sections de mitrailleuses.
- à l'O. du boyau 3 (secteur restant à la 68°Bri) : 1Btln du 59°RI, 8 sections de mitrailleuses en position et 3 en réserve.
2°) Lisières du bois d'Esnes.
- à l'E. du boyau 3 : 1 Cie du 59°RI, 3 sections de mitrailleuses.
- à l'O. du boyau 3 : 1 Cie du 59°RI, 1 section de mitrailleuses.
3°) Position 309.
- 1 Btln 142°RIT, 1 Cie de mitrailleuses.
4°) Au bivouac.
- camp Sud de Verrières : 2 cies du 59°RI, Cie 13/2, Cie de mitrailleuses 52°Bri.
- camp de Béthelainville : Cie 13/52, Cie 13/3bis.
A 12h00, 2 Btlns du 209°avec l'EM arrivent à Recicourt et sont dirigés sur le camp de Verrières.
L'ordre N°5012 du groupement Albymat à la dispositin du Gal Cdt la 26°DI les éléments restants de la 34°DI, à l'exception du dernier Rgt débarqué qui restera à Recicourt à la disposition du Gal Cdt la 2°Armée.En conséquence le 209RI° et le 88° (1 Btln) sont poussés dans la forêt de Hesse.
Le Colonel Cdt la 67°Bri est adjoint au Colonel Cdt la 89°Bri en vue de prendre dès que possible le commandement de son secteur.
Le Gal Cdt la 34°DI est adjoint au Gal Cdt la 26°DI et s'installe à Recicourt.
Les éléments de la 89°Bri seront rassemblés par les soins de la 74°DI dans la zone bois du Faye-Brocourt.
La 34°DI assurera la défense de la 1ere position par brigades acccolées, la 74°DI se reconstituant à l'arrière.
L'ordre N°424/G de la 26°DI fixe la nouvelle répartition des troupes, qui sera réalisé le 30 au soir.La défense sera organisée par brigades accolées, de la façon suivante : 
Zone Ouest : (de l'ouvrage des Rieux exclu à la délimitation prévue par l'ordre N°405/G du 29 mars).
Colonel Velly Cdt la 68°Bri (PC à Verrières), disposant de 7 Cies 59°RI, 1Btln 88°RI, Cie 13/52 et 13/3bis Génie.
Zone Est : Colonel Colin Cdt la 89°Bri (Colonel Grégoire Cdt la 67°Bri adjoint) PCc camp des travailleurs civils, disposant de 5 Cies 59°DI, 1 Btln 88°RI, 1 Btln 227°RI, 2 Btlns 209°RI (remplaçant les unités de la 89°Bri à relevés), 1 Btln 88°RI (chargé du ravitaillement), Cie 13/2 et 13/3 Génie.
Le Colonel Colin conserve la même mission assurer la défense du réduit.La position 309-310 cesse de faire partie du secteur de la Division à 12h00.Le Colonel Le Rond remet à 12h00 le commandement du secteur au Colonel Velly Cdt la 68°Bri et vient cantonner avec son EM à Recicourt.
Au cours de la journée l'artillerie de campagne et lourde continue à bombarder le bois de Malancourt de manière à empêcher tout travail de l part de l'ennemi.
8 prisonniers (5 du 193°Rgt, 3 d'un détachement de minenwerfer) sont amenés à Recicourt.Ils s'accordent à reconnaître les effets terribles du bombardement exécuté par notre artillerie sur le bois de Malancourt.
L'ordre N°35 du Gal Alby fixe les limites du secteur de la 26°DI à la date du 30 mars à 12h00.
Limite Est : Corne S-E. du bois d'Avocourt.Boyau corne Est du bois de Labechamp, 1km Est de Verrières route Dombasles-Brocourt-Jubécourt.
Limite Ouest : sans modification.
Les 1° et 2° groupe AD/26 sont relevés le 30 au soir par l'AD/34.Ils doivent aller cantonner le 1er avril à Rembercourt-aux-Pots, le 2 à Andernay.   
120° division: Réorganisation.Débarquement de la 25°DI à Crépy.

Journée du 31 Mars 1916:
25° division:
26° division: Nuit assez calme, tir intermittent d'artillerie.Deux attaques de grenadiers allemands sur le réduit d'Avocourt sont facilement repoussés.Tous les éléments de la 89°Bri sont relevés sans incident par les troupes de la 34°DI.Le réduit est tenu par 4 Btlns (2 du 209°, 1 du 88°, 1 du 227°).Les travaux d'organisation sont poussés activement tant dans le réduit d'Avocourt que sur la position au N. du bois d'Esnes.On continue la construction de boyaux et de PC.
L'ordre N°5024 du Gal Alby prescrit au Gal Cdt la 26°DI de préparer la liaison avec les Rieux en faisant exécuter toutes les reconnaissances nécessaires.Les travaux de liaison par boyaux avec l'arrière en particulier la création du boyau 1, doivent être exécuter en 1ere urgence. 
Toutes les troupes de la 34°DI sont mises à disposition de la 26°DI pour les trvaux ainsi que pour la relève des derniers éléments de la 76°DI qui doit avoir lieu le 31 mars au soir (le 83°RI est dirigé sur Verrières à la disposition du Colonel Cdt la 67°Bri).
La 76°DI en voie de réorganistion, constituera le réserve du Gal Cdt le groupement,  la brigade Lagger sera chargée de continuer de l'organisation de la 3eme position et des boyaux qui la relient à la 2eme.
Les Cies du Génie 13/2 et 13/52 sont relevées par les Cies du Génie de la 34°DI et viennent cantonner à Recicourt.
L'EM de la 51°Bri est transporté en auto de Recicourt à Ancerville, où il cantonne.
120° division: Par message N°1579 le Gal Nicolas reçoit l'ordre d'assurer le commandement de tous éléments du 13°CA débarqués.