Extraits des JMO de la 25°DI et de la 26°DI.
Journée du 16 septembre 1914:
25° Division: 
01h30: Les avant-postes du 38° RI qui occupe la ferme de l'Ecouvillon sont fortement attaqués par de l'infanterie et/ou mitrailleuses.L'ennemi est repoussé.
03H30: En exécution de l'ordre du CA, la 50° brigade doit se diriger par le pont de Bailly sur la rive gauche de l'Oise pour appuyer la 37° DI.
04h30: En raison de l'attaque de nuit le division conserve sa mission primitive marché sur Noyon.La 26°DI fournit une brigade à la place de la 50° sur la rive gauche de l'Oise.Les troupes restent sur leurs emplacements et ordre leur est donné de résister.
08h00: La 50° brigade fait connaître qu'elle est peu engagée.Ribécourt ayant été évacué.La lisière sud de Chiry est occupé par l'ennemi, ainsi que la crête  boisée à l'est du bois de Hamel.
12H30: Le 98° reçoit l'ordre d'occuper avec 1 btln la croupe 500m est d'Hantoval.
13h25: L'ennemi aurait peu de force face au CA, ordre est donné de pousser énergiquement.En conséquence ordre est donné à la 49° de marcher sur Cannectancourt.1 btln du 98° sur la hauteur 500m est d'Hantoval.Aprés occupation de cette position la 50° se portera sur Noyon à cheval sur la grande route.
14h10: La 49° est engagée en face de l'Ecouvillon et de la ferme La Carmoye.
14h30: Ordre à la 50° de marcher sur Noyon soutenu par deux groupes de l'AD/25.
16h40: Le btln du 98° qui a pris pied sur la crête à l'est d'Hantoval étant contre-attaqué fortement.Ordre est donné à la 49° de masquer l'Ecouvillon et de se porter avec toutes ses forces sur la ferme de Hattiche, pour s'en emparer, s'y organiser et continuer l'offensive après.
16h50: La ferme de l'Ecouvillon est occupé vers 17h00 par le 86°, La Carmoye est entre nos mains aussi, la 49° va attaquer Hattiche.
18h40: en fin de journée la situation est la suivante: le 86° tient l'Ecouvillon avec 3cies, La Carmoye 1cie, La Cense 1cie.Hattiche a été violement cannoné mais n'a pu être pris. Le reste du régiment cantonne à 3cies à Montigny, 1 btln au Château de St-Amand.Le 38° à Machemont ainsi que l'EM de la 49° brigade.
La 50° stationne dans les conditions ci-après, EM à Ribécourt, 1btln du 98 idem, 2 btln sur la croupe est d'Hantoval.16°RI, 2 btln à Dreslincourt et un à Pimprez, Cie divionnaire du Génie à Ribécourt, AD/25 1 groupe avec la 49° brigade, 2 à Ribécourt et Béthancourt.1 gr de l'AC à disposion du Général de la DI à Thourotte, QG de la DI à Béthancourt.
La liaison est établie au pont de Bailly avec les élèments de la rive gauche de l'Oise par 1cie du 105°.
26° Division: Le 13° Corps se porte sur Noyon et les hauteurs à l'ouest pour couvrir l'armée qui continue sesattaques sur la rive gauche de l'Oise.La 26° DI se porte en avant en 2 colonnes. Le mouvement est en exécution, quand le Général de Division reçoit l'ordre de diriger une brigade et un groupe d'artillerie sur la rive gauche de l'Oise par le pont de Bailly.Le reste de la division doit venir à Chevincourt en soutien à la 25°DI.La 51° Brigade, avec le groupe Claudot (3° groupe du 16°RA), est désignée pour aller à Bailly.Peu après 07h00 nouveau contre-ordre, la 51° brigade est rappelée à Elincourt.Enfin à 08h30, un contre-ordre annule l'ordre précédent.La 51° Brigade toute entiere avec le groupe Claudot  est envoyée sur la rive gauche de l'Oise.Cette sucession d'ordres et de contre-ordres a fait faire à la 51° brigade des détours inutiles, a fatigué les hommes sans aucun profit et a en outre considérablement retardé son entrée en action vers Bailly.Pendant ce temps, la division est ainsi réparti 1 rgt (139°) avec un groupe de l'AD/26, aux ordres du Général Collas doit se porter par Elincourt et la Rue-des-Boucaudes sur Thiescourt.Le dernier rgt (92°) est maintenu en réserve à Chevincourt, 1 groupe AD/26 prend position au sud de Chevincourt, côte 101.Mais de son côté l'ennemi a repris l'Ecouvillon dans la matinée a poussé à travers le bois Thierscourt sur Elincourt, et orsque le 139° arrive au village, il est cannoné par de l'artillerie ennemie qui semble en batterie dans le ravin au nord-est d'Elincourt, ravin bien défilé par rapport à notre artillerie.Le groupe qui devait marcher avec le 139°, ne pouvant passer à Elincourt, se porte également au sud du ruisseau de Matz vers Vaugenlieu. Le 92° est reporté au sud de Chevincourt sur la croupe de Ramberlieu, côte 101 et la Croix-Ricard.Vers 16h00, la gauche de la 49° brigadeest repoussée sur le ruisseau de Matz; le 139 qui a occupé les lisières d'Elincourt, la croupe boisée au N-O du village (côte160), est attaqué à la fois par le N-E, le nord et le N-O, aprés un violent combat sous bois, au cours duquel sa gauche est débordée, il se replie par échelons sur Vandelicourt.Le rgt est trés éprouvé ainsi que la cie du Génie qui marchait avec lui et dont le capitaine est tué.A la nuit la situation est la suivante: le 139° tient Vandelicourt les avant-postes sur le ruisseau du Matz , le 92° tient le Zoët , Vaugenlieu, et la croupe 101, l'AD cantonne à  Giraumont, le QG va à Coudun.Quant à la 51° brigade, elle forme la réserve d'armée dans la région de Carlepont.
 
Journée du 17 septembre 1914:
25° Division: 
06h00: Le btln du 86 qui occupait la veille l'Ecouvillon s'étant reporté en arriére, reçoit l'ordre de reoccuper ce point.
08h00: Dreslincourt est bombardé par l'artillerie ennemie dpuis le matin.Une infiltration ennemie semble se produire venant de Chiry et se dirigeant sur Hattiche ordre est donné à la 49° brigade d'occuper cette ferme.2cies du 98° sont placés à Béthancourt aux ordre du Général de la division.Une colonne ennemie est signalée cherchant à déborder la 49° et la division par Machemont sur Béthancourt.
10h40: La 49° brigade fait connaître que l'ennemi à occuper Marchemont avec de l'infanterie et des mitrailleuses.Le 38° RI, 1btln du 86 et groupe AC ont l'ordre de reprendre ce village à tout prix.La 50° brigade est attaquée depuis 08h00 par une colonne débouchant et marchant sur Béthancourt pendant qu'elle même faisait face à Dreslincourt et Noyon, elle est obligéé de se replier sur le pont de Bailly en éprouvant de fortes pertes.
12h45: La 50° s'établit sur la rive gauche de l'Oise pour en défendre les ponts Bailly, Béthancourt (Belleville), Montmacq.Le 98) se reporte sur St-Léger-aux-Bois avec la mission de s'opposer au franchissement des ponts de Montmacq, Béthancourt.Le 16° se reforme à l'E de Bailly, 1cie du 105 garde le pont. La cie Div. du Génie se prépare à détruire le tablier du pont.L'AD/25 surveille la boucle de l'Oise entre Béthancourt, Pimprez, Bailly et les débouchés des ponts Béthancourt, Bailly.La liason est établit avec le 4° CA et la 37°DI.Pendant le combat autour de Béthancourt le Cdt Monthozon-Brachet est blessé grièvement.
En cas de retraite forcée, il est envisagé le repli sur les 3 lignes succéssives:
1) Bailly, St-léger-aux-Bois, carrefour du Puits d'Orléans et celui du Mont-des-Singes.
2) Bailly, Ollancourt, Tracy-le-Mont, Offémont.
3) Bailly, Tracy-le-Val, Bars-St-Marq, Ecafaud, Morenval.
18h30: La 25°DI (50° brigade et éléments rattachées genie, cavalerie, artillerie) est chargée par le Général Ebener cdt la gauche de l'armée de tenir coûte que coûte les ponts de l'Oise à Bailly, Béthancourt, Montmacq, 2° de s'opposer à tout mouvement de l'ennemi sur Compiégne par la grande route de la vallée de l'Oise.
La division stationne: La 49° brigade à Thourotte, Machemont, Mélicocq et la 50° à Bailly, St-Léger-aux-Bois, Montmacq en liaison à la Kenotrie, avec la 51° brigade (N-E de Bailly). Les ponts de l'Oise sont gardés par le 98°.
26° Division: La 25° DI continue d'attaquer sur Noyon (50°brigade) et sur Cannectancourt (49°). La 26° DI reçoit l'ordre d'arrêter l'ennemi sur la ligne Vignencourt, Vandelicourt, la Croix-Ricard, elle est renforcé par deux groupes AC/13.En conséquence le 139° est chargé de tenir Vandelicourt; le 92 poussant 2cie à Vignencourt pour couvrir la gauche de la division, de continuer à tenir la ligne Zoët, côte 82, pentes sud de Chevincourt jusqu'à la Croix-Ricard.L'AD à 1 groupe au S-O de Zoët, 1 à la côte 101. Les groupes de l'AC sont au S-O de Villers-sur-Coudun.
Les troupes ont pour mission de tenir leurs positions et s'y retranchent solidement.
Dans la matinée, l'ennemi ayant occupé Marest, le btln de droite du 139° qui occupait la croupe à l'E de Vandelicourt, voyant sa droite menacée, se replie entainant un mouvement du rgt sur Vignencourt.Mais ce mouvement de repli n'est que de courte durée et à 12h00 le 139° se reporte sur Vandelicourt et sur la croupe à l'E.Vers 18h00, une colonne de la 49° brigade avec un groupe de l'AC/13, ayant été tournée par l'ennemi au N du ruisseau de Matz replie sur Villers-sur-Coudun et se reforme en arrière de nos avant-postes.A la nuit la division s'installe en cantonnement d'alerte dans les mêmes conditions de la veille.L'ennemi qui comprend surtout de la cavalerie, semble avoir dégagé le front au N de Chevincourt.
                  
Journée du 18 septembre 1914:
25° Division: Les troupes du 13°CA qui sont sur la rive gauche de l'Oise sont placées sous le commandement du général Ebener
Missions:
1) Tenir les ponts de Bailly à Plessis-Brion inclus.
2) Défendre Bailly face à la forêt d'Ourscamp liaison avec la 51° brigade vers la Kenotrie.La 50° ne devant évacuer le pont de Bailly qu'après avoir été relevée par d'autres éléments.
Le général cdt la 25°DI prendra le commandement des troupes du 13°CA qui se trouvent sur la rive gauche de l'Oise (50° et 51° brigade, artillerie, génie divisionnaire).
Ordre est donné par le général Ebener de défendre le front Bailly, Bois St-Mard avec la dernière énergie.La 50° brigade est chargée de défendre les ponts de Bailly jusqu'à la Kenotrie, la 51° de la Kenotrie au bois à l'O de Tracy-le-Val. Avant-postes sur le layon orienté est-ouest le plus au sud dans la forêt d'Ourscamp.Liaison est faîte avec la brigade marocaine à Nervaise.La réserve de la DI est constitué d'1btln du 98°RI au carrefour de Bailly.L'artillerie 1 groupe AD/25, 1 groupe 16 en batterie à Bailly.2 groupes au pont de Béthancourt-Montmacq.
17h00 Une attaque débouche de la forêt d'Ourscamp.Elle est arrêtée devant la Kenotrie.
18H00 Réception de l'ordre du CA prescrivant aux unités du 13° CA de repasser sur la rive droite pendant la nuit par le pont de Montmacq, après leur relève par la 3° brigade marocaine.Cette relève se fait entre 20h et 23h.Les éléments font mouvement, infanterie par St-Léger-au-Bois, Montmacq; l'artillerie par St-Léger-au-Bois, Choisy-au-Bac.Ils atteignent à 03h du matin les cantonnements suivants: QG de la 25°DI Longeuil, EM 50° Brigade Longeuil, 98°RI Montmacq-Thourotte, 16°RI et l'artillerie Longeuil.
26° Division: En vue d'une manoeuvre sur la rive droite de l'Oise, le 13° CA doit tenir sur la rive droite de l'Oise le front Vandelicourt-Melicocq (26°DI), Matz.En conséquence le 92 et le 139 conservent leurs positions; ainsi que l'artillerie.On se retranche et on envoie sur tout le front des patrouilles pour garder le contact.A 16h00, la 49° brigade reçoit l'ordre de s'emparer de la Cense, Montigny et la 26°DI de prendre Samson dés le soir. Cette opération est effectuée sans difficulté par 1 btln du 92 qui se porte de Chevincourt sur Samson, qu'il occupe sans rencontrer la moindre résistance.   

Journée du 19 septembre 1914:
25° Division: Dans la matinées les troupes se reposent.
10h00 Ouverture du feu par l'artillerie en position vers le Pont du Matz.
Avant que les troupes se portent en avant, réception de l'ordre 13°CA N°54. Le général cdt la 49° brigade prend le commandement de la division pour cette journée.
12h00 Le général de divison Demange prend le commandement  de la division en remplacement de Mr le général Chandezon appelé à un autre emploi.
14h00 La 50° brigade est placée en réserve générale du CA à l'ouest du bois de Mont du Caumont.Elle assure la garde des ponts de l'Oise de Montmacq à Plessis-Brion.La 49° renforcée de la cie divisionnaire du génie et une du corps, l'AD/25 et un groupe de l'AC reçoit la mission de tenir Bathancout, Cambronne, Montigny, ferme de La Cense.
Dans la journée les troupes sont au contact de l'ennemi et échangent une fusillade et une cannonade sans importance.La division stationne dans les conditions suivantes QG 25°DI Longeuil, la 49° brigade et éléments rattachées dans la zone Bethancourt, Machemont, Melicocq, Thourotte, Longeuil. La 50° Villers-sur-Coudun, Giraumont.
La garde des ponts de l'Oise est laissée au 6° groupe de divisions de réserve, mais les élément de la 25°DI ne reviendront que lorsqu'ils auront été relevés par ceux du 6° groupe e divisions de réserve.
26° Division: Le 13° Corps doit se porter dans la direction de Noyon par divisions accolées: la 26° doit attaquer dans la direction générale: l'Ecouvillon, Cannectancourt; 1° objectif: côte 166, la Cense, Montigny. Cette attaque exécutée par le 92 appuyé par l'artillerie, ne doit que commencer que sur ordre du CA; elle doit être couverte à gauche par un flanc-garde (139°, 1 groupe AD/26, 1esc du 3° Chasseurs) qui à pour mission de tenir solidement Elincourt, en poussant des éléments à la lisière des bois au S et à l'E de Mareuil.Plus à gauche encore le 3° Chasseurs marchera par Marquéglise sur Mareuil et reliera la 26°DI avec la 3°DC.Le mouvement de le flanc-garde s'exécute sans difficulté, le 139° se porte à 10h00 sur Elincourt où il s'installe poussant des postes à Mareuil, à la lisière N du bois d'Elincourt et à Bellinglise; des patrouilles signalent que la ferme St-Claude est occupée.Le 92 occupe solidement la croupe 166.Dans la soirée la 51° brigade relie la division à Villers-sur-Coudun: le 121° vers 13h00, le 105 vers 18h00.La brigade cantonne dans la zone Villers-sur-Coudun Vignemont Vandelicourt.Dans la période du  16 au 19 septembre, cette brigade a joué un rôle important dans les combats acharnés qui se sont livrés sur la rive gauche de l'Oise, en particulier à Carlepont; ses deux régiments y ont fait preuves de belles qualités militaires, ils y ont subi d'ailleurs des pertes sérieuses.

Journée du 20 septembre 1914:
25° Division: Rien de particulier dans la matinée.
13h30 Conformément à l'ordre du CA concernant la garde des ponts de l'Oise.Le btln du 98 réserve générale de la division est dirigé immédiatement sur les ponts de l'Oise de Mélicocq à Plessis-Brion.Le CA met à la place de ce btln, un autre btln de la réserve générale du CA, à la disposition du général cdt la 25°DI.Ce btln est dirigé sur Thourotte où il sera en réserve en vue de la défense des ponts.L'artillerie disponible près du Mont de Caumont est prête à coopérer à la défense des ponts.L'attaque sur Hattiche est différée en raison de l'emploi nouveau de la réserve générale.Cette attaque se fera à 17h30 par le 38°, le 98° cherchera à prendre pied à Ribécourt et hauteurs d'Hantoval. Etant donné les renseignements reçus sur la situation de la rive gauche de l'Oise. Le btln du 16°RI est mis en réserve générale de division à Melicocq puis dirigé vers St-Amand pour coopérer à l'attaque de la ferme d'Attiche.
Le 38° après avoir tenté de s'établr à Ribécourtet sur la hauteur d'Hantoval a été vivement contre-attaqué et à dû se replier sur Béthancourt et Cambronne.Le 86° a réoccupé la ferme La Carmoye, mais a dû s'arrêter à la nuit devant la ferme Attiche.
Un troisiéme btln de réserve générale du CA est mis à disposition de la 25°DI.Ce btln est mis en réserve générale à Mélicocq.
La division stationne sur place, QG de la DI à Giraumont avec poste de commandement à Mélicocq. 
26° Division: Le 13° CA reprend son mouvement offensif direction générale , tout en maintenant le barrage de la vallée de l'Oise et du massif boisé du Thiescourt.Ce barrage doit être assuré à droite par le 25°DI (49° brigade) entre l'Oise et La Cense-Montigny, à gauche avec le 92° avec 1 peloton de cavalerie qui doit tenir Chevincourt-Samson et la croupe 166.Le groupe AD/26 de Zoët est mis jusqu'à nouvel ordre aux ordres du Colonel du 92°.Le gros de la division (105°, 1 groupe de l'AC, 1 peloton de cavalerie) aux ordres du Colonel de Laporte doit se porter par Margny, Mareuil sur la ferme St-Claude et attaquer le parc de Plessier-de-Roye et Lassigny.Le 121° doit se former au Plessier.Les 2 groupes restant de l'AD/26 sont chargés d'appuyer la 51° brigade, des positions de Margny et au N-O de Mareuil.Le 92° formant flanc-garde à droite, doit marcher sur l'Ecouvillon, tout en tenant Chevincourt par 1btln.Enfin le 139° conservera ses positions jusqu'à nouvel ordre et se reliant au 92 dans le bois de Thiescourt.A gauche de la 26° DI, la brigade marocaine doit se porter par Gury sur Canny.Le 3° Chasseurs se porte sur Canny, Fresnieres, Candor et éclaire sur le front du CA.
Le 105 progresse facilement jusqu'à Mareuil.La ferme St-Claude paraissant tenue par l'ennemi, le rgt se forme pour l'attaquer.St-Claude étant tenue seulement par des cavaliers, est prise vers 11h00.Le 105 continue à marcher sur les Bocages et le parc de Plessier-de-Roye.Pour couvrir cette attaque à droite, le 139° pousse 1btln d'Elincourt par 167 et 162 sur la Rue-des-Boucaudes.Le reste du 139 doit remette en état de défense la ferme St-Claude et les lisières avoisinantes.
Le 121 se porte en réserve dans le vallon au S-E de Mareuil. Pendant ce temps le 92 a occupé l'Ecouvillon sans rencontrer de résistance.Quant à la brigade marocaine elle débouche de Gury et marche sur Canny.Continuant sa progression le 105 attaque Belval et le parc de Plessier-de-Roye, appuyé par le groupe AC/13 en position vers St-Claude, couvert à droite par le 139, 2btln du 121 sont dirigés à gauche du 105 sur le parc, Belval est occupé à 16h00, le 105 parvient rapidement jusqu'au mur du parc qui n'est pas défendu, mais le débouché de Belval sur Plessier-de-Roye est difficile car l'ennemi tient solidement le mamelon 1Km S-O de Plémont, où il a construit des tranchées.Enfin, grâce à l'obscurité, le 105 parvient à passer devant ces tranchées sans subir trop de pertes et pénètre dans Plessier-de-Roye, que l'ennemi, d'ailleurs de faible effectif évacue pour se replier sur Lassigny.La 51° brigade essaie de pousser sur Lassigny, mais en débouchant de Plessier-de-Roye ses premiers éléments sont reçus par une violente fusillade venant des tranchées allemandes installées au S de la lisière.On ne peut songer à aller plus loin ce jour là.Les troupes passent la nuit sur leurs positions couvertes par des avant-postes de combat: 105 et 2btln du 121 à Plessier-de-Roye et Belval, le 139 à les Bocages et la Rue-des-Boucaudes, l'artillerie va cantonner à Mareuil avec le QG, 1btln du 121 en réserve à la ferme St-Claude.

Journée du 21 septembre 1914:
25° Division: Pendant la nuit le 38°RI a fait occupé la côte 113 (nord d'Hantoval)  par 1cie.L'attaque de la ferme d'Attiche est reprise.La forêt de Laigne étant occupé par des fractions de la 3° brigade marocaine et la situation paraissant calme de ce côté, un des deux groupes qui faisait face à l'Oise et rappelé à Melicocq à la disposition du général de division.
11h00: La ferme Attiche est enlevée et occupée par 3cies du 86 qui s'y retranche. Le 92 est à l'Ecouvillon.La ferme Carmoy est encore aux allemands.Le 38° occupé Ribécourt par 1cie appuyée par 3 autres qui vont s'y porter.Le 38 relèvera au pont de Ribécourt les cies de la 6° Armée qui s'y trouvent.
15h00: L'ennemi fait des retours offensifs pour reprendre la ferme Attiche, sans résultat.
La préparation de la destruction des ponts de l'Oise est envisagée et faite par le génie du corps.
Il est prescrit au groupement Gerber de ne pas abandonner le front Cambronne Béthancourt s'il venait à être forcé d'abandonner Ribécourt Hantoval.
A la fin de la journée la division tient le front Ribécourt, côte 113, ferme Attiche, ferme Carmoyse reliant à l'Ecouvillon à la 26°DI, front occupé par la 49° brigade.La 50° a 2btln en réserve de division l'un à Mélicocq (16°RI), l'autre (98°RI) tient les ponts de l'Oise, le reste est en réserve de CA à Elincourt, Marest.
26° Division: Le 13°CA a l'ordre de reprendre son mouvement offensif dans la direction de Noyon, dont il doit se rendre maître en vue de dégager la gauche de la 6° Armée.La 25°DI doit attaquer sur Noyon à droite de la ligne Samson, l'Ecouvillon, Cannectancourt.A sa gauche la 26°DI doit attaquer par brigades acccolés dans la direction générale de Porquericourt, la 51° brigade à gauche sur Lassigny, Plémont, la 51° (139°RI) à droite sur La Rue-Mélique, Thiescourt.Restent en réserve à la ferme St-Claude 1btln du 121, la cie du génie et l'escadron divisionnaire.Le 92 passe sous les ordres de la 25°DI.
A partir de 06h00 une vive fusillade s'engage sur tout le front de la 51° brigade contre de l'infanterie ennemie qui occupe fortement le mamelon boisé de Plémont et les lisières de Lassigny.L aprogression est trés lente d'autant plus que l'artillerie en batterie sur le plateau de la ferme de St-Claude, ne peut pas battre efficacement les tranchées ennemies du plateau de Plémont.
A gauche la brigade marocaine attaque à cheval sur la grande route Roye, Lassigny, la lisière ouest du village; son artillerie reçoit l'ordre d'appuyer l'attaque de la 51°. A droite le 139° se tient prêt sur La Rue-Mélique, dès que le 105° sera maître du mamelon de Plémont.
Devant la résistance de l'ennemi qui occupe de profondes tranchées, construites au bas des pentes et par suite difficilement battues par l'artillerie, on pousse des piéces isolées à l'avant, jusqu'à 1000m de ces tranchées, malgré cela  l'attaque progresse à peine, et les pertes sont importantes. De son côté la brigade marocaine qui devait déborder Lassigny par le nord, seul moyen de faire tomber la résistance opposée au front par l'ennemi, ne parvient pas à exécuter ce mouvement débordant.
Vers 18h00 la 51° brigade est arrêté entre Plessis-Roye et Lassigny (121°) et au bas du plateau de Plémont (105°), ordre lui est donnée de poursuivre l'attaque de nuit de concert avec la brigade marocaine. A 23h00 cette ordre est annulé. La division passe la nuit dans les mêmes condtions que la veille.
  
Journée du 22 septembre 1914:
25° Division: Dans la nuit une violente attaque a été faite par l'ennemi sur la ferme Attiche, il a été repoussé (force ennemi 1 btln du 75 rgt, 17° division, 9° CA de réserve).
La division doit attaquer sur Dreslincourt, côte 141 (nord de la ferme Attiche).Ordre est donné à un groupe d'artillerie (réserve de division) de se mettre à disposition à la disposition de la 49° brigade ( groupement d'Infreville).
10h00: Le 13° CA donne l'ordre de remettre à sa disposition toute la 50° brigade et le groupe AC dont disposait la 25°DI pour reconstituer la réserve générale du CA à Mareuil-Lamotte.La 25°DI conserve la 49° brigade, l'AD, l'escadron et la cie du génie divisionnaire.La garde des ponts de l'oise sera assurée par la 6° Armée. En conséquence le groupe AD/25 remplace le groupe AC qui est engagé.Le groupement Infreville au lieu de procéder à une attaque sur 141, s'efforcera de progresser par infiltration vers le carrefour à 500m N-O de la ferme Attiche, pendant que les btln du 92 chercheront à gagner les hauteurs 131.La cie du génie du corps chargée de la destruction des ponts de l'Oise assurera la garde de ces ponts jusqu'à l'arrivée des troupes de la 6° Armée.
Le mouvement des btln du 92 s'est heurté à 2btln ennemis appuyès par de l'artillerie.L'attaque n'a pu progresser.
La situation au soir reste la même que celle du matin sur tout le front.La division ne dispose comme réserve que de 2cies du 38 à Mélicocq et Machemont.
23h00: Une attaque de nuit se produit sur Ribécourt venant de Dreslincourt, elle est arrêtée par l'artillerie.
23h30: Une deuxiéme attaque se produit de la même façon, et est arrêtée de même.Rien du côté d'Attiche.
26° Division: même ordres que la veille. La 51° brigade doit attaquer le front Lassigny (partie S-O), mamelon de Plémont (partie Nord) La 52° brigade le front mamelon de Plémont (partie Sud), Thiescourt.L'artillerie appuiera ces attaques du plateau de St-Claude (2 groupes AD/26), de la croupe 165 (1 groupe AC/13) et de la croupe au N de Gury (1 groupe AD/26).1btln du 121°RI se formera en réserve à la ferme St-Claude.A gauche la brigade marocaine avec  2 groupes de l'AC/13 doit participer à l'attaque de Lassigny en débordant le village par le nord.
L'artillerie ouvrira le feu à 06h00, la 51° brigade commencera son mouvement sur lassigny et progessera lentement sous le feu de l'artillerie et de l'infanterie qui est abritée dans de profondes tranchées.Du côté de Plémont, la progression est encore plus difficile, les tranchées ennemies  étant dissimulées sous bois.    
La présence de cette situation défavorable, le général cdt le CA de monter dans le courant de la journée une attaque générale, avec le concour de la brigade marocaine. A cet effet une nouvelle répartition de l'artillerie est faite 2 groupes de l'AD/26 sont envoyés entre Gury et Canny et sont actionnés directement par le colonel Cdt l'artillerie du CA.Le général de division n'a plus  sous ses ordres directs que 2 groupes, le groupe Claudot (AD/26) qui est mis à la disposition de la 51° brigade au N de Gury et le groupe Wetsch (AC/18) qui est ala disposition de la 52° vers le Marais.
A 14h00 le Btln Bastiani du 92 venant de l'Ecouvillon est remis à disposition du général de division et se forme en réserve de la 52° brigade entre St-Claude et le Marais.
A 15h00, on reçoit l'ordre du CA d'attaquer à 16h00. L'attaque est préparée par une violente cannonade.Sous la protection de toute l'artillerie du CA en batterie sur le front Canny, Gury, le Marais.L'attaque progresse; le combat est particulierement violent aux lisières S et S-O de Lassigny, que le 121° est prêt d'atteindre à 18h00 et où il subit un trés fort bombardement d'obusiers; à sa droite le 105° fait face au mamelon de Plémont d'où débouche de violents contre-attaques.A gauche la brigade marocaine avance également sur Lassigny, mais sans pouvoir arriver jusqu'à la lisière O fortement organisée.
A droite le 139° renouvelle ses attaques sur le mamelon boisé de Plémont, il avance avec une extrême difficulté par suite des obstacles accumulés et du feu de l'ennemi.
A 20h00, le 121° est parvenu jusqu'au talus de la voie ferrée au S de Lassigny, mais ne peut s'en emparer, malgré tous ses efforts, à l'E de Plessis-Roye le 105° tient tête aux contre-attaques ennemis.
L'ordre vient de stationner sur les positions conquises, les éléments en 1° ligne se fortifient sur place, les réserves sont en cantonnement d'alerte en arrière, prêtes à occuper une 2° ligne, l'artillerie bivouaque sur place. Le QG vient à Gury avec l'escadron divisionnaire.
Le Capitaine Tessart, malade, est remplacé dans ses fonctions de Chef d'EM par le capitaine de Witkowski.

Journée du 23 septembre 1914:
25° Division: Rien de particulier à signaler sur le front.L'artillerie ennemie a bombardé assez fortement la ferme attiche en fin de journée.L'artillerie des groupements Gerber et d'Infreville a tiré sur des rassemblements signalés à Pimprez et Dreslincourt.La division stationne le soir dans les mêmes conditions.
26° Division: Dans la nuit les fractions avancées du 121 se reportent en arrière, sur ordre du CA sur le front Plessis-Roye, Belval, les Bocages, la Rue-des-Boucaudes.
L'ordre pour le 23 prescrit au CA d'adopter une attitude agressive, pour retenir devant lui le plus de forces ennemies possible. 
Pour se conformer à cet ordre le général de division fait reprendre les attaques dans la journée, la 52° brigade doit attaquer Plémont, la 51° Lassigny.Mais, comme dans les tentatives précédentes, la 52° est arrêtée par le tir de l'infanterie allemande enterrée dans ses tranchées, bien appuyée par des mitailleuses et de l'artillerie en caponnière qui enfile les fons de la Brayette.Le général prend alors la décision dexécuter une attaque de nuit sur Lassigny.Cette attaque imédiatement préparée, se fera de la façon suivante: le colonel de Laporte avec 5btln et le groupe Claudot attaquera les lisières S et S-O de Lassigny, avec effort principal à gauche.Le général Collas prononcera en même temps avec le 139 et 2cies du 92, une attaque sur le mamelon de Plémont, appuyée par le groupe Wetsch.

Journée du 24 septembre 1914:
25° Division: Défensive pour la CA, mais attitude active et menace d'agression.Rien à signaler d'important.Un btln du 92) de la ferme de l'Ecouvillon part pour Gury à la disposion du général cdt le CA.Dans la nuit à 20h, puis à 22h la ferme Attiche est attaquée sans résultat.De 22h20 à 23h30 une rafale violente de feu d'infanterie est dirigée sur l'Ecouvillon.
26° Division: Les attaques débouchants à 03h30.La progression est lente; à la gauche de la 52° brigade, 2cies du 92 parviennent jusqu'à 50m des tranchées ennemies, mais là, soumises à un feu meurtrier de fusils et de mitrailleuses, arrêtées par les fils de fer, elles sont raménées en arrière aprés avoir subi des pertes sérieuses.
De son côté la 51° brigade poursuit pendant toute la journée son mouvement sur Lassigny; la progression est lente, on n'avance que la pioche à la main, il faut plusieurs heures pour gagner 50m.Les troupes stationnent à la nuit sur leurs positions.2btln du 121 sont dirigés sur Canny et Gury en réserve de CA.
Vers 21h00 les allemands prononcent sur Plessis-Roye et Belval deux attaques qui sont repoussées.

Journée du 25 septembre 1914:
25° Division: Aucun incident à signaler.la division reçoit l'ordre de diriger un groupe d'artillerie sur Gury à la disposition du CA.
Etant donné la situation générale la division reçoit l'ordre de se maintenir sur la défensive absolue.Un groupe du 36°RA par pour Gury dans la nuit.A la fin de la journée, situation sans changement, stationnement dans les mêmes conditions.  
26° Division: Les attaques sont reprises à 05h00, la 52° brigade doit gagner du terrain sur le mamelon de Plémont, en se couvrant face à la Rue-Melique, la 51° doit continuer ses approches sur Lassigny en se couvrant face à Plémont.
2cies du 92 en réserve à la ferme St-Claude commencent l'organisation d'une seconde ligne de défense.
La progression se poursuit toujours lentement et avec les plus grandes difficultés; on gagne du terrain pied à pied, à la sape et on organise fur et à mesure le terrain conquis.
A 16h00 le général cdt la 52° brigade reçoit l'ordre de se porter à Tilloloy pour prendre le commandement de la réserve d'armée.Cette réserve comprendra 2 btln du 121, deux du 92, et un du 98 (25°DI).
1btln du 92 (btln Bastiani) est dirigé sur Tilloloy, 1 btln du 105 sur Gury en réserve du CA. 
Le général de division n'a plus que sous ses ordres le 139° (3btln) sur le front Belval la Rue-des-Boucaudes, la 51° brigade (2btln du 105, 1 du 121) à Plessis-Roye, soit 6 btln et la cie divsionnaire du génie.
Les brigades ainsi diminuées doivent cesser les attaques, se retrancher à fond et prendre toutes les dispositions pour résister par leurs seuls moyens à une attaque enemie.
Le général de division ne garde en réserve que la cie du génie à la ferme St-Claude.Les brigades stationnent sur place comme les jours précédents, de 23 à 24h00 la fusillade se développe sur le front Plessis-Roye, Belval. Mais il n'y a pas vraiment d'attaque. 

Journée du 26 septembre 1914:
25° Division: Rien à signaler d'important.Le 86° et Le 38° progresse lentement vers le Hamel et Dreslincourt.L'artillerie tire des obus spéciaux sur Noyon et sur le chemin de fer à voie étroite de la vallée de la Divette.L'artillerie appuie l'attaque de la 3° brigade marocaine sur Bailly.
Stationnement dans les mêmes conditions.
26° Division: La division réduite à 6btln, ayant à opérer sur un front de 6 Km, ne peut plus désormais prendre l'offensive, surtout face à un ennemi aussi fortement retranché.Il ne s'agit que pour elle de tenir ses positions, tout en conservant une attitude agressive, de façon à tenir devant elle les forces ennemies opposées.
La période qui commence le 26 va ressembler par bien des points à celle qui s'est écoulée du 1° au 10 septembre à Rambervillers.on verra de nouveau, deux adversaires fortement retranchés, se surveillant et se fixant l'un l'autre.Sans que l'un d'eux puisse passer à l'offensive avec des chances de succès; la seule différence que l'on puisse noter, c'est qu'ici les deux lignes extrêmes sont bien plus rapprochées; sur certains points nos tranchées sont poussées peu à peu jusqu'à 200m, 100m même des tranchées ennemies.
L'organisation défensive est poussée à partir du 26 avec une nouvelle activité sur tout le front: Plessis-Roye, Belval, les Bocages, la Rue-des-Boucaudes et la croupe à l'est.Elle comprend de trés nombreuses tranchées trés profondes et étroites, munies de traverses et de toits, en avant desquelles on installe pendant la nuit des réseaux de fils de fer; l'organisation des murs, le barrage des chemins au moyen de solides barricades; des abatis passifs  reliant les tranchées en arrière des tranchées avancées et reliés à celles-ci par des boyaux de communication bien défilés, d'autres tranchées construites sur les mêmes principes, permettent de faire reposer les hommes dans les moments d'accalmie, pendant que quelques guetteurs restent seules dans les tranchées avancées.La ligne est flanquée au moyen de mitrailleuses en certains points, des piéces d'artillerie isolées sont poussées le plus en avant possible, de façon à pouvoir battre de façon efficacement les tranchées ennemies du fond de la Brayette qui sont en angle mort par rapport aux batteries.
Enfin les réserves partielles elles-mêmes sont installées dans des tranchées plus en arrière de façon à être à l'abri des bombardements.
Les PC des deux commandants de secteur: le Marais (139°) et Château de Plessis (51° brigade) sont reliés téléphoniquement au PC du général de division à la ferme St-Claude qui est lui-même relié au QG de la DI et au PC du CA.Les commandants de secteur sont en liaison direct avec les groupes d'artillerie qui leur sont affectés, si bien que la coopération entre les deux armes se fait dans de bonnes conditions.
En face de nos positions, l'ennemi s'est organisé défenseivement de maniére analogue, utilisant à plein toutes les ressources d'un terrain couvert et tourmenté; il a en particulier sur tout le mamelon de Plémont un systéme de tranchées étagées trés complet, celles des bas des pentes étant trés difficiles à battre, les autres étant parfaitement dissimulées sous bois.Au sud de Lassigny, il afait du talus de la voie ferrée un retranchement extrêmement fort, devant lequel viendront se briser toutes les attaques; de l'artillerie de campagne masquée derrière le mamelon de Plémont, prend d'enfilade celles de nos tranchées qui font face à Lassigny, d'autres batteries installées vers Thiescourt, gênent fort les défenseurs de la Rue-des-Boucaudes, dont elles incendient les maisons, des obusiers en batterie dans la région de Cuy bombardent par intermittance Plessis-Roye, le parc du château, le Marais ainsi que nos positions de batterie vers Gury et la côte 178.
En résumé, d'un côté comme de l'autre, tous les moyens de défense sont mis en action, tandis que l'ennemi reste sur la défensive, chez nous par contre se manifeste sans cesse une certaine activité qui fixe l'ennemi et le maintenant sous la menace d'une attaque, l'empêche de dégarnir son front pour porter des forces dans une autre région.
Comme à Rambervillers, c'est encore la guerre de siége; mais ici l'ennemi est bien nettement l'assiégé.

Journée du 27 septembre 1914:
25° Division: Même mission pour la division, tenir sur place, même disposition.Rien à signaler dans la matinée.
Le général Demange reçoit de venir prendre le commandement du groupement du Nord, comprenant la 50 brigade et de la 4° brigade marocaine (composée du 8° régiment de tirailleurs algériens, d'un régiment mixte colonial (1btln français, 2btln sénégalais, 2 escadrons de Chasseurs d'Afrique, 1cie du génie).Il passe le commandemeant du secteur Sud du CA au général d'Infreville qui disposera de la 49° brigade, 2 groupes d'artillerie (1 de l'AD, 1 de l'AC), de l'escadron et de la cie du génie divisionnaire.
Le QG de la 25° DI est stationné à la Berlière, le PC à Roye-sur-Matz.
26° Division: Pas de changement appéciable sur le front.Dans l'après-midi, la 51° brigade gagne un peu de terrain aux deux extrêmités de son secteur.Pendant la nuit l'artillerie tire de temps à autre sur les routes par où arrivent les voitures de ravitaillement de l'ennemi. 

Journée du 28 septembre 1914:
25° Division: Matinée sans incident.
Le btln du 98° en réserve d'armée est remis à disposition de la 25°DI à Beuvraignes pour agir évenuellement au rofit du 4°CA.Il sera dirigé le soir sur Roye-sur-Matz s'il n'est pas engagé.
Aucun incident à signaler sur le front pendant la journée.Le groupement du Nord stationne dans les conditions fixées par l'ordre N°82.
26° Division: Situation inchangée.on poursuit l'organisation défensive, la cie du génie travaille à la 2° ligne (plateau de la ferme St-Claude).
Le btln du 92, en réserve de CA à Gury, se porte à Tilloloy en réserve d'armée.

Journée du 29 septembre 1914:
25° Division: Pendant la nuit reconnaissance offensive d'une cie de tirailleurs sénégalais sur la ferme Liembrune.On trouve des bavarois dans les bois avoisinants.Rien à signaler pendant la journée.
Des mesures sont prises pour reconstituer les unités organiques mélangées par suite des circonstances et des combats précédents, et faire les déplacements pendant la nuit entre groupements et entre régiments.
26° Division: Rien de nouveau; les reconnaissances envoyées sur le front sont accueillies immédiatement par un feu violent, qui démontre que l'ennemi tient toujours dans ses tranchées.

Journée du 30 septembre 1914:
25° Division: Le 4° CA ayant abandonné Verpilliéres et Amy dans la journée du 29.La brigade provisoire Pentel est obligée de faire face à ce dernier village en établissant de nouvelles tranchées face à ce point.Pendant la nuit elle fait occuper le hameau de la Rue-de-l'Abbaye pour flanquer Crapeauménil.
Aucun incident à signaler sur tout le front du secteur Nord.Les reconnaissances font connaître que l'infanterie ennemie est entrée dans Amy dans le courant de l'après-midi et que des tranchées ennemies sont en construction devant tout le front du groupement.Le stationnement s'effectue dans les mêmes conditions qu'hier tout en poursuivant la reconstitution des unités. 
26° Division: Le btln qui était en réserve de CA à Gury (btln Beranger du 121) est dirigé sur Roye-sur-Matz.Le général de division reçoit l'ordre de reformer une réserve, il raméne en conséquence 2cies du 105 à la ferme St-Claude, ces 2 cies poursuivent les travaux de défense de la 20 ligne, vers la ferme St-Claude et vers Gury (lisière nord et croupe à l'est).La batterie Gounard, en position au sud du parc de Plessis est bombardée par des obusiers allemands, une batterie de campagne allemande met le feu à Belval.