Extraits des JMO des 25° et 26° division du 16 au 30 novembre 1914.

Journée du 16 Novembre 1914:
25° division: Rien à signaler pendant la nuit.Aucun incident important pendant la journée.Un ordre de l'Armée prescrit que les réserves du 16 et du 98 soient placées en dehors des bois.En consèquence le btln de réserve du 16 est dirigé sur Bus, celui du 98 sur La Poste, ces mouvements seront  terminés pour le 17 novembre au matin.Le 2° btln du 100° RIT (2 cies) cantonné à La Poste vient cantonner à Conchy-les-Pots avec l'EM du rgt où se trouve déjà une cie de ce btln.
26° division: Les derniéres opérations de la relève s'effectuent sans incident.Le 139 subit quelques pertes dans la journée du fait de l'insuffisance des tranchées laissées par les troupes anglaises et d'un assez vif bombardement de l'artillerie ennemie.La Cie du génie à réparer la route d'Ypres à Verlorenhoek, route qui est dans un état affreux et dont l'entretien prend une importance capitale du fait que c'est par cette seule voie que se fait tous les movements et les transports de la division, relève, ravitaillements en vivres et en munitions.Evacuation des blessés.  

Journée du 17 Novembre 1914:
25° division: Rien à signaler pendant la nuit.Aucun incident pendant la journée.Bombardement de Tilloloy de 15h30 à 16h30.cantonnemente et stationnement dans les mêmes que les jours précédents (1 btln du 16 à Bus, 1 btln mixte du 98 à La Poste). 
26° division: Matinée calme.Vers 16 heures, des fractions du 92, trés éprouvées par un bombardement intense d'obus de 105 tombant directement dans les tranchées, que les Allemands occupent à leur tour; mais aussitôt aprés, une vigoureuse contre-attaque du 2° btln du 92, appuyé par 2 Cies du 105, permet de reprendre les tranchées et de rejeter les Allemands sur les leurs en leur faisant subir des pertes sensibles.    
 
Journée du 18 Novembre 1914:
25° division: Nuit sans incident.Journée sans incident.Entre 18h et 19h l'artillerie lourde allemande bombarde Tilloloy et la région entre le Cessier et le Plessier. 
26° division: Bombardement violent sur tout le front. 

Journée du 19 Novembre 1914:
25° division: Nuit calme sans incident.Journée sans incident.L'artillerie allemande a bombardé plus activement que les jours précédents Tilloloy, Les Loges, Roye-sous-Matz, La Poste, Conchy. 
26° division: Les troupes continuent à travailler toute la nuit à l'amélioration des tranchées, qui laissaient fort à désirer.L'artillerie a achevé de régler ses tirs d'une façon parfaite, et surtout le front se trouve désormais réalisé (?) étroite liaison entre les deux armes.Le secteur attribué à la division est étendu au Nord jusquà 600m N. du carrefour de Broodseinde.

Journée du 20 Novembre 1914:
25° division: Nuit assez calme, léger bombardement du bois des Loges, de La Poste et du Plessier.Journée sans incident, toutefois l'artillerie ennemie a montré plus d'activité que d'habitude sur tout le front du secteur.
26° division: Nouvelle répartition des fronts.La 18° DI doit s'étendre jusqu' à la borne B5 (route de Passchendaele à Beselare), par contre la 26° DI doit prendre en compte le Bois du Polygone à la ferme Verbeek (1 km Sud-Est de Westhoek*).Les reléves nécessités par cette nouvelle répartition se fait progressiment dans les nuits du 20 au 21, du 21 au 22 et du 22 au 23.Rien de particulier dans la journée du 20, cannonade et fusillade par intermittence, surtout du côté du Bois du Polygone. * Vestiges 14-18

Journée du 21 Novembre 1914:
25° division: Rien à signaler sur le front du secteur pendant la nuit.Léger bombardement dans la région de Canny Roye-sous-Matz.dans la journée aucun évènement important à signaler.Vers 16h, l'AL (90) et une bie de 75 tirent sur les tranchées et les défenses accessoires allemandes du Sud de la Rue-de-l'Abbaye.L'infanterie allemande est forcée d'abandonner les tranchées sous le feu de notre infanterie.Dans le cours de la nuit, notre artillerie fait un tir systématique toutes les 1/2 heures de quelques obus sur Fresnière et Crapeaumesnil.rien à signaler sur le front du secteur.
26° division: Les reléves se font sans incident notable.L'artillerie démolit un avion allemand qui réussit toutefois à tomber dans les lignes ennemies. 

Journée du 22 Novembre 1914:
25° division: Journée calme sur le front Tilloloy-Les Loges.rien à signaler sur le front de la brigade marocaine.L'artillerie allemande a montré de ce côté d'une recrudescence d'activité pour un bombardement de Canny et de Roye-sous-Matz.Notre artillerie a tiré assez vivement l'après-midi sur la Rue-de-l'Abbaye et Crapeaumesnil.
26° division: Violente cannonade sur le Bois du Polygone occupé par le 121.L'ennemi montre dans cette région une activité constante, ses mitrailleuses toujours aux aguets rendent trés difficiles toute les opérations même celles qui se font à l'intérieur du bois.

Journée du 23 Novembre 1914:
25° division: Nuit sans incident.L'ordre général N° 189 du 13° CA fixe les nouvelles limites du CA et par suite celle de gauche du secteur Nord, cette ligne passe par les localités incluses Les Loges, Conchy-les-Pots (La Poste et le Plessier au 4° CA) Mortemer, Tricot, Saint-Just-en-Chaussée (exclus), Etouy.Rien de particulier à signaler pendant la journée, bombardement habituel peu intense sur le front du secteur Nord.
A 19h40, un ordre de l'Armée que les 8° et 12° btln sénégalais du Maroc du 2° rgt mixte colonial seront dirigés d'urgence sur Marseille.L'embarquement doit se faire le 24 novembre vers 15h.Pour combler le vide produit par les sénégalais.Un compagnie 1/2 d'infanterie coloniale prises sur les réserves partielles est portée pendant la nuit dans les tranchées.
26° division: Dans la nuit du 22 au 23, le 92 et 1 btln 1/2 du 105 sont relevés par la 18° DI. Le 92 va stationné à Mamertinghe (?), le 105 dans les casemates d'Ypres.Journée assez calme, cannonade et fusillade par intermittence surtout la nuit.La 43° DI qui était jusqu'à présent sous les ordres du 9° CA passe en réserve d'armée et le 9°CA reçoit l'ordre de tenir avec ses trois divisions (18, 17, 26) le front qu'il occupait avec quatre.Par suite la 26° DI tout en conservant la limite Ouest (chemin de la ferme Verbeek) jusqu'à 400 m au Sud du carrefour de Broodseinde.Les reléves nécessités par cette nouvelle répartition doivent se faire progressivement dans les nuits du 23 au 24 et du 24 au 25.

Journée du 24 Novembre 1914:
25° division: Nuit sans incident.Pendant la journée bombardement des tranchées de Canny et de Roye-sur-Matz.La région du Cessier Tilloloyun peu plus intense que les jours précédents.Comme con sèquence l'ordre de l'Armée prescrivant une modification dans les zones affectées temporairemant aux 13° et 4° CA, l'ordre particulier de la 25°DI ordonne l'évacuation de Bus et de Boulogne pour la journée du 25/11 par les éléments de 25°DI qui s'y trouvent cantonnés.Stationnement dans les mêmes conditions. 
26° division: Dans la nuit, 1 btln du 105 reléve les troupes de la 18° DI au Sud de Broodseinde.A sa droite le 139 s'étend jusqu'au Bois du Polygone exclus, le 121 tient ce bois et s'étend jusqu'au chemin de la ferme Verbeek.Les réserves du secteur sont constitués des deux btln restants du 105, savoir 1/2 btln derriére le 121, 1/2 bltn à Westhoeck, 1 btln à Potijze.La journée est caractérisée par une vive fusillade.Le Château de Potijze est sérieusement bombardé.Le Général Hallouin est nommé Commandant d'Armes d'Ypres, il désigne le Lieutenant-colonel Lauth (LH) du 16° RA comme Major de la Garnison.Deux Cies territoriales sont mise à la disposition de la Division pour la réfection des routes et l'exécution des travaux des 2° et 3° ligne.

Journée du 25 Novembre 1914:
25° division: Nuit sans incident.En exécution de l'ordre particulier du 24. Les btln du 16 et 98 stationnés respectivement à Bus et La Poste viennent cantonnés à Conchy-les-Pots.Le btln du 100° RIT cantonné à Conchy-les-Pots, le QG de la division, l'escadron de Chasseurs d'Afrique cantonnés à Boulogne-la-Grasse ainsi que l'Ambulance N° 13 et le groupe de brancardiers divisionnaire vont cantonnés à Orvillers et Sorel.L'Ambulance N° 6 va de Orvillers à Biermont.
26° division: Le 105 procéde à la rlève du 139.Désormais le 51° Brigade reconstituée tient tout le front assigner à la division le 105 de 400m au S. de Broodseinde jusqu'au saillant N-E. du bois du Polygone, 121 de ce saillant au chemin de la ferme Verbeeck.La division fournit un régiment de réserve de secteur et un de réserve de Corps d'Armée à Mamertinghe.L'artillerie de la Division est renforcée par un groupe d'artillerie de corps du 9°CA.

Journée du 26 Novembre 1914:
25° division: Nuit sans incident.La relève du 16 par le 103 s'est effectué sans incident.Le 16 après la relève vient cantonner à Conchy-les-Pots et la Berliére.L'Etat-Major de la 50° Brigade est transféré à Roye-sur-Matz.Le 16 doit effectuer dans la nuit la relève du 26 au 27 de la Brigade marocaine.La Cie marocaine du génie est mise à disposition du secteur Nord en remplacement de la compagnie 13/3 qui reçoit une nouvelle affectation.Cette Cie marocaine du génie est mise à disposition de la 50° Brigade et cantonne à Roye-sur-Matz.Dans le cour de la journée les allemands travaillent à une grande tranchée à 600m de la corne S-E du Bois des Loges, et à un autre ouvrage entre la corne 101 et le Buvier.L'artillerie tire sur ces tranchées pour en gêner les travailleurs.Le groupement Nord stationne suivant les conditions finées par l'ordre général des opérations N°228.Le 16 stationne à Conchy-les-Pots et la Berliére en attendant le moment de la relève de la Brigade marocaine.
26° division: La journée est marquée par une trés violente cannonade, particuliérement sur le fronr du 121.Des travaux de contre-sape de ce côté sont entrepris pour combattre un boyau de sape que l'ennemi construit dans la direction des tranchées occupées par le 121 à la lisiére Sud du Bois du Polygone.Le Général du 9° CA adresse ses félicitations aux régiments de la Division pour l'activité qu'il ne cessent de déployer et les nombreux renseignements interressants sur l'ennemi qu'ils ont réussi à se procurer depuis leur installation dans cette région. 

Journée du 27 Novembre 1914:
25° division: Nuit sans incident.La relève de la Brigade marocaine par le 16 s'est faite sans incident.Les Allemands ont continué à travailler avec activité à leur nouvelle tranchée à l'Ouest de Fresnières.Notre artillerie tire de temps à autre pour gêner le travail.Dans la journée rien de particulier à signaler, les Allemands ont continué à travailler à leurs retranchements.L'artillerie lourde allemande a montré plus d'activité que les jours précédents.Même stationnement.
26° division: Journée particulièrement chaude.
1) sur le front du 121, bombardement continu par canons lourds et de campagne.Le régiment continue néanmoins ses travaux de contre-sape.
2) sur le front du 105, violent bombardement à partir de 10 heures avec projectiles de tous calibres; ce bombardement, qui atteint son maximum d'intensité de 12H à 14H, endommage sérieusement les tranchées et nous cause des pertes sensibles, mais personne ne songe à abandonner son poste, et la défense n'en est nullement ébranlée.En même temps le bombardement fouille tous les abris et couverts en arriére, causant des pertes aux troupes abritées dans les tranchées de 2° ligne.A 14H45 l'artillerie ennemie allonge son tir, et une attaque se produit sur nos tranchées sur le front : 400m N. et 400m S. de la borne B5 (route de Passchendaele à Beselare).
Une ligne dense de tirailleurs ennemis surgit brusquement des tranchées et se lance bravement en avant.Tandis que des réserves les remplacent dans leurs tranchées; mais nos tirailleurs ouvrent immédiatement sur les assaillants un bien ajusté, une section de mitailleuses les arroses sans interruption, et leur élan est aussitôt brisé; quelques parviennent néanmoins jusqu'à nos tranchées et se font tirer sur le parapet.
Une partie des réserves essaie également de pousser de l'avant, ces nouvelles troupes ont le même sort que les premiéres, d'autant plus que notre artillerie entre en action à son tour et acheve le travail commencé par l'infanterie.
L'ennemi parait avoir prononcé son effort avec un effectif d'environ un Rgt ( fraction du 241° de réserve, des 25 et 26 bataillons de Chasseurs).Il a subi de grosses pertes dans cette affaire; on a évalué à 150 le nombre d'hommes tués. 
De notre côté le 3° btln du 105 attaqué a fait preuve d'un calme, d'un sang froid et d'une énergie remarquables; certains hommes, trouvant que les créneaux ne leur permettaient pas de tirer commodément, montérent sur le parapet pour mieux voir l'ennemi.On a essayé de poursuivre sur plusieurs points, mais le feu violent venant des tranchées ennemies non évacuées n'a pas permis de continuer.
En tout cas l'effort de l'ennemi fut entierement brisé, il ne fut pas renouvelé par la suite.Ce combat; où tous les officiers et soldats, firent magnifiquement leur devoir, coûta au 105, 35 tués dont 1 sous-officier, et 61 blessés dont trois officiers capitaine de Dinechin (LH), lieutenants Gimet (LH) et Rouzaud) 

Journée du 28 Novembre 1914:
25° division: Nuit calme.Journée sans incident important.Entre 17H et 18H l'artillerie allemande 19-77 bombarde les tranchées de la région de Canny, Les Loges, le Bois des Loges et la région du Cessier.Stationnement dans les mêmes conditions.
26° division: Le Général a reçu le 27 l'ordre d'exécuter une opération offensive dans la partie du secteur au Sud du carrefour de Broodseinde, de manière à occuper la crête à l'Est de la route Passchendaele à Beselare, tenue et organisée par l'ennemi entre la borne B9 et la borne B5.
Les troupes d'infanteries misent à disposition du Colonel commandant la 52° Brigade, chargé de diriger l'attaque, comprennent indépendamment des troupes occupant les tranchées : 3 Cie du 114 (réserve partielle de la 17° DI à Zonnbecke); 5 Cie du 92, dont une en réserve partielle à Molenaarelst Hoek et 4 prélevées sur les réserves de la Division.L'Artillerie chargée d'appuyer  l'attaque est composées de 7 batteries AD17, de l'AD26 et d'un groupe d'AL.
La journée du 28 est employée à terminer les reconnaisances commencées la veille. 
L'étude du terrain montre que les attaques devraient porter sur la parti du front ennemi compris entre le carrefour de Broodseinde et un point situé à 400m de la borne B5, dans cette région en effet la ligne ennemi pénétre en saillant à l'intérieur de la courbe formée par nos tranchées.
On décide en conséquence que deux attaques seront faites sur cette partie du front : l'une sur la hauteur B6 au S. du carrefour l'autre sur la hauteur au N. de B5.
- 2 Cie du 92, 1/2 Cie franche du 92, 3 Cie du 114 sont affectées à l'attaque du Nord.
- 2 Cie du 92, l'autre peloton de la Cie franche du 92 sont chargées de l'attaque du Sud.
La préparation de l'attaque par l'artillerie commence dans la journée du 28, 5 groupes se répartissent le terrain des attaques, les uns exécutent sur les tranchées un tir d'écrasement, les autres forment barrage au delà.La batterie de 95 fait des tirs de démolition sur les parties du saillant ennemi organisé en ouvrage pour mitrailleuses.Le tir est continué pendant toute la journée et donne quelques résultats sur les tranchées du Sud, moins puissante que celle du Nord. 

Journée du 29 Novembre 1914:
25° division: Nuit calme.Journée calme.Bombardement intermittent dans la région de Canny, Roye-sur-Matz.Les jeunes soldats sont rtirés de la première ligne est groupé avec les bataillons de réserve de chacun des régiments à La Berlière et à Conchy-les-Pots.Stationnement dans les mêmes conditions.
26° division: Dans la nuit du 28 au 29, les batteries ouvrent à deux reprises différentes le feu sur les tranchées ennemies.Ce bombardement cesse par extinction lente à 1 heure, afin de laisser croire à l'ennemi que tout est terminé pour cette nuit là. 
L'attaque se déclenche à trois heures du matin.
Au Nord : Le peloton franc, suivi d'1 Cie du 92 parvient à s'avancer de 60 à 80m.Une Cie du 114 vient peu après la prolonger à droite.Mais les obstacles du terrain (fossés et anciens boyaux de communication remplis d'eau) rendent la marche trés difficile, et l'ennemi, ayant son attention attirée de ce côté, dirige sur cette troupe une violente fusillade.Bientôt malgré le renforcemment par une Cie du 114, l'attaque doit s'arrêter et mettre tous ses efforts à se maintenir sous le feu dominant des tranchées ennemies, de ce côté elle est maintenant paralysée.
Au Sud : Le peloton franc du Capitaine Frédéric, parvient en rampant aux premiéres tranchées allemandes, s'emparent de trois d'entre elles à l'Est et près du point où elles traversent la route de Becelaere, et y fait 20 prisonniers.A ce moment l'alerte est donnée du côté de l'ennemi et la fusillade devient trés vive.Le Capitaine Frédéric cherche alors à se rabattre à gauche de maniére à prendre à revers les tranchées ennemies qui le sépare de l'attaque au Nord.Malgré lles difficultés que présentent le terrain, il parvient à dépasser la route, suivi du Capitaine Runacher, qui entraîne la 7° Cie;mais fusillé sur son flanc droit par des tranchées échelonnées, il fait de fortes pertes et doit s'accrocher au terrain.
La lutte continue sur ce point à coup de fusil et de baïonnette dans les boyaux de communications.La 3° Cie étant venue à son tour renforcer, un nouvel effort est tenté, et des hommes parviennent dans  leur élan, jusqu'aux tranchées de 2° ligne allemandes, mais ils y sont décîmés ou pris, malgré une lutte désespérée soutenue par tous les moyens.
A ce moment, 9 heures, le Général de la Division, informé par le Colonel Dubois, que les troupes d'attaque se maintiennent avec peine, intervient pour donner l'ordre de tenir le terrain à tout prix; en outre, craignant que les seules réserves partielles ne permettent pas d'obtenir ce résultat, il donne l'ordre à 2 Cie de réserve de la Division de ce porter à Molenaarelst Hoek, à la disposition du Colonel Cdt le 105, pour soutenir les troupes d'attaque.
Mais ces troupes en butte à de violentes contre-attaques, fusillés de toutes parts, sont rejetés sur les premières lignes du 105, les fractions accrochées aux tranchées conquises si font détruire ou prendre, plutôt que de les abandonner.
L'artillerie ennemie soumet à un bombardement intense tout le front d'où est partie l'attaque, de nombreuses troupes de réserve sont portées par les allemands dans leurs tranchées de 2° ligne, prête à repousser une nouvelle attaque.
D'ailleurs cette attaque ne se produit pas.Le coup de main projeté n'a pas réussi, malgré les efforts répétés qui en étaient chargées, l'ennemi est maintenant sur ses gardes, et une nouvelle tentative n'aurait aucune chance de réussir.L'opération est terminée.Elle avait coûtée : 2 officiers tués, 3 blessés et une centaine hommes tués ou disparus.
Dans la journée, après un bombardement particulerement violent, les allemands tentent à leur tour une attaque sur les tranchées du 105; mais notre artillerie les prend à parti et les arrêtent facilement, un groupe peu important parvient tout près des tranchées, mais une fraction du 105 sort de la tranchée et exécute une contre-attaque à la baïonnette trés brillante.Les allemands n'attendent pas le choc et refluent en désordre dans leurs tranchées, poursuivis par le feu de notre artillerie et laissant sur le terrain de nombreux cadavres.
La fin de la journée est calme.Des deux côtés on reconstitue les unités engagées; seuls les deux artilleries continuent à tirer sur les tranchées par intermittence, pour prévenir toute nouvelle  tentative d'attaque.

Journée du 30 Novembre 1914:
25° division: Nuit calme.Journée sans incident, léger bombardement.
26° division: La journée est marquée par une violente cannonade sur tout le front de la Division.La 43° DI reçoit l'ordre de relever la 26° DI.