JOURNAL DES MARCHES ET OPÉRATIONS DU

97e RÉGIMENT D’INFANTERIE TERRITORIALE

 

Le J.M.O. du 4e Bataillon, du 16 août au 11 novembre 1914, se trouve à la fin.

 

Pendant la campagne du 16 août 1914 au 29 août 1916.

Année 1914.

Le 16 août 1914, le Régiment, mobilisé à Riom, est constitué à 4 bataillons, quitte Riom, à destination de Lyon, pour les trois premiers bataillons, et Besançon pour le 4e.

Les trois premiers bataillons forment le régiment affecté à la défense de la Place de Lyon.

Arrivées à la gare de Lyon-Vaise, ils cantonnent près de celle-ci, quartier du marché aux bestiaux.

Le lendemain, le Régiment part de Vaise à 6 h. 30, et prend possession de ses cantonnements dans le 3e secteur de la Place, secteur Sud-Est, partagé en trois groupes de défense auxquels sont affectées les unités suivantes    :

1er Groupe de défense, partie Nord de la place, 2e Bataillon    : Etat-major du Bataillon et 5e Compagnie, à Genas, village    ; 6e Compagnie, à Genas, fort    ; 7e Compagnie, à Decines    ; 8e Compagnie, à Meyzieu.

2e Groupe de défense, centre du secteur, 3e Bataillon    : Etat-major du Bataillon, 9e Compagnie et demi 10e Compagnie, à Saint-Priest, village    ; Demi 10e Compagnie, à Saint-Priest, fort.

3e Groupe de défense, Sud du secteur, Etat-major du régiment et 1er Bataillon    : Etat-Major du Régiment, Compagnie H.R., 11e et 12e Compagnies, à Vénissieux    ; Etat-major du Bataillon, 1ère Compagnie, 3 Sections, à Corbas, village    ; 1ère Compagnie, 1 Section, à Corbas, fort    ; 2e Compagnie, à Feyzin, fort    ; 3e Compagnie, à La Tour    ; 4e Compagnie, à Beauregard.

 

Le 2e Bataillon est, comme troupe de défense, sous les ordres directs du Commandant du 3e Secteur, lequel est installé au fort de Bron, il reste sous les ordres du Lieutenant-Colonel Commandant le Régiment, pour la discipline, l’instruction et l’administration.

Il résulte du procès verbal d’organisation du Régiment, du 16 août 1914, que le corps est ainsi constitué    : Un Etat-major de Régiment    ; Une Section hors rang    ; Et seize Compagnies.

 

Tableau d’effectifs.

 

Etat-major

M. M. SIMON, Lieutenant-Colonel Commandant

GIROD, Chef de Bataillon

CHATELIN, Chef de Bataillon

KERN, Chef de Bataillon

GARNIER, Capitaine adjoint au Chef de Corps, 87e de Major

SAMPERS, Lieutenant chargé des détails

BAYONNE, second Lieutenant, Officier de détails au 4e Bataillon

D’AMARZIT, Lieutenant Officier d’approvisionnement

MARTIN, Lieutenant porte drapeau

BENECH, Médecin aide major de 1ère classe

POUZOL, Médecin aide major de 1ère classe

BARDET, Médecin aide major de 1ère classe

VÉSIGNIÉ, Médecin aide major de 1ère classe

FILLIOZA, Médecin aide major de 2e classe

 

 

 

1er Bataillon

MICHELChef de Bataillon

 

1ère compagnie

 

2e Compagnie

MICHEL

Capitaine

 

GABELLE

Lieutenant

ROUDET

Lieutenant

 

PROPHÉTE

S/Lieutenant

 

 

 

 

 

3e Compagnie

 

4e Compagnie

BASTIEN

Capitaine

 

MONASTIER

Capitaine

GRENIER

Lieutenant

 

DEFOURNOUX

Lieutenant

 

 

 

 

 

2e Bataillon

CHATELAINChef de Bataillon

 

5e compagnie

 

6e Compagnie

MOREL

Lieutenant

 

COURTIAL

Capitaine

 

 

 

 

 

7e Compagnie

 

8e Compagnie

COTE

Capitaine

 

BECHON

Capitaine

IMBERT

Lieutenant

 

ROUBERT

Lieutenant

 

 

 

 

 

3e Bataillon

ROBERTChef de Bataillon

 

9e Compagnie

 

10e Compagnie

ROBERT

Capitaine

 

LENTREIN

Lieutenant

COHADE

S/Lieutenant

 

 

 

 

 

 

 

 

11e Compagnie

 

12e Compagnie

BRAISAUD

Capitaine

 

PIC

Capitaine

DESROCHE

Lieutenant

 

COURTIER

S/Lieutenant

 

 

 

 

 

4e Bataillon

BENOISTChef de Bataillon

 

13e Compagnie

 

14e Compagnie

BENOIST

Capitaine

 

CASTEL

Capitaine

BOATZ

S/Lieutenant

 

De RIBEROLLES

Lieutenant

 

 

 

 

 

15e Compagnie

 

16e Compagnie

LAVEIX

Lieutenant

 

TRIOULLIER

Capitaine

DUBOUSSET

Lieutenant

 

LEVADOUX

Lieutenant

 

 

 

 

 

Soit un effectif total de 43 officiers, 254 sous-officiers et 3859 caporaux et soldats.

 

Du 30 août au 9 septembre, le Régiment séjourne au camp de La Valbonne pour des manœuvres et des exercices de tir.

Le 10 septembre, il retourne dans les cantonnements du 3e Secteur de la place de Lyon. Il reçoit des renforts du dépôt de Riom et envoi des détachements au 63e R.I. de Limoges, au 138e R.I. de Magnac-Laval et au Bourget pour le 305e R.I.

Le 4 octobre, le Régiment est endivisionné    à la 96e Division Territoriale.

Le 9, le Régiment reçoit ses trains de combat et régimentaire (52 voitures, 109 chevaux et mulets). Deux jours après, il quitte le Secteur de la Place de Lyon, pour Montluel.

M. BELMON Henri, Lieutenant-colonel d’Infanterie Territoriale, rayé des cadres, rappelé sur sa demande, prend le commandement du Régiment pour la durée de la guerre, en exécution de l’ordre de mobilisation, de M. le Ministre de la guerre en date du 30 septembre 1914, en remplacement de M. le Colonel SIMON appelé à d’autres fonctions.

M. le Capitaine THERET, venu du dépôt du Régiment, prend le commandement de la 10e Compagnie.

Le 16, le Régiment comprenant 3 bataillons et la Compagnie H.R. quitte ses cantonnements de Montluel, La Boisse et Beynost. Et gagne    : l’Etat-major, les 1er et 2e Bataillons et la Compagnie H.R., Livry-sur-Vesle,  le 3e Bataillon, Les Grandes-Loges.

Le 21, le 97e est mis à la disposition de M. le Général Lieutenant de 24e Division. En conséquence il quitte ses cantonnements du 16 pour gagner Thuizy et Wez.

Le 1er Bataillon commandé par le Capitaine MICHEL, remplaçant le Colonel GIROD malade, occupe les tranchées en avant de Thuizy. Les 2e et 3e Bataillons garnissent celles en avant de Wez. L’Etat-major occupe Wez.

Le 25, le Colonel Commandant la 48e Brigade d’Infanterie, donne l’ordre de mettre deux Compagnies du Régiment à la disposition de chacun des deux régiments (les 100e et 126e) qui occupent, en avant de Thuizy et de Wez les tranchées de 1ère et de 2ème lignes, ces Compagnies devant être relevées toutes les 48 heures. En exécution de cet ordre, la 1ère Cie, Capitaine MICHEL, et la 2e Cie, Lt GABELLE, sont envoyées au 100e    ; Les 11e Cie, Lt DESROCHES, et 12e, Capitaine PIC, au 126e. Elles  quittent leurs cantonnements respectifs le 25 à 18 h. 30.

Le 26, l’artillerie ennemie commence le bombardement du village de Wez.

Le 27, en application de l’ordre du 25, la 3e Cie (Capitaine BASTIEN) et la 4e (Capitaine MONESTIER) relèvent la 1ère et la 2e    ; La 9e (Lt RONBERT) et la 10e (Capitaine THERET), les 11e et 12e.

Le 29, sont nommés sous-Lieutenants au corps à titre temporaire les sous-officiers du Régiment    : VALET François, adjudant-chef    ; BONABRY Camille, BOUSQUET Charles, adjudant-chef    ; BAISLE Louis Joseph Alfred, adjudant-chef    ; ROCHE François, adjudant-chef    ; BACHAUD François, adjudant-chef    ; GRAND Jean François, adjudant    ; SABOT Hippolyte, adjudant-chef    ; CHAMARET Blaise, adjudant-chef    ; BEAUDET Francisque, adjudant-chef    ; VALLEIX François, adjudant    ; GROSLIER Gilbert, adjudant    ; BRIDIER Stéphane, adjudant    ; SIMON Michel, adjudant    ; BAUDONNAT Emile, adjudant    ; FOUREAU Lucien, adjudant    ; COHENDY Jean, sergent    ; SIMONNET Emile, adjudant    ; MANDON Antoine, adjudant-chef    ; MAROTTE Francisque, sergent.

Le 31, la 5e Cie (Lt MOREL) et la 6e (Cap. COURTIAL), relèvent les 3e et 4e    ; La 7e Cie (Lt IMBERT) et 8e (Cap. BECHON), relèvent la 9e et 10e.

 

A partir du 3 novembre, en exécution de l’ordre du Colonel MERIC, Commandant la 48e Brigade, 6 compagnies du 97e remplacent à l’avenir 3 Cies du 100e et 3 Cies du 126e    ; La durée du séjour aux tranchées sera de 4 jours. En conséquence, le 4 au soir, les 3 premières Cies du 1er Bataillon prennent le service de tranchée au 100e, les 3 dernières Cies du 3e Bataillon  au 126e.

Le 5, l’Etat-major du Régiment, l’Etat-major et le 2e Bataillon, le T.G., seront cantonnés à Beaumont. Les 4e et 9e Cies restant à Thuizy. Le lendemain, l’artillerie ennemie commence le bombardement de Beaumont.

Le 8, les 4e, 5e et 6e Cies relèvent les Cies de tranchée au 100e, les 7e, 8e et 9e au 126e. L’Etat-major du 1er Bataillon, les 1ère, 2e, 3e et 10e Cies cantonnent à Beaumont.

Le 13, en exécution de la note de service du 12 novembre du Colonel MERIC, Commandant la 48e Brigade, le Régiment est ainsi fractionné    : Le 3e Bataillon aux tranchées du 126e    ; Le 1er Bataillon à Wez-Thuizy    ; Le 2e Bataillon et l’Etat-Major du Régiment à Beaumont    ; le train de combat aux Petites Loges. Ce dispositif est a réalisé entre le 13 novembre à 17 h. et le 14 à 7h.

 

Tableau des relèves entre le 13 novembre 1914 et le 31 janvier 1915

 

Relèves

Wez-Thuizy

Beaumont

Les Marquises

Verzy

Ptes-Loges

13/11

1er Bataillon

2e Bataillon

3e Bataillon

 

 

16/11

2e Bataillon

3e Bataillon

1er Bataillon

 

 

20/11

3e Bataillon

1er Bataillon

2e Bataillon

 

 

24/11

1er Bataillon

2e Bataillon

3e Bataillon

 

 

28/11

2e Bataillon

3e Bataillon

1er Bataillon

 

 

02/12

3e Bataillon

1er Bataillon

2e Bataillon

 

 

06/12

1er Bataillon

2e Bataillon

3e Bataillon

 

8e Cie

14/12

2e Bataillon

9e et 10e Cies

1er Bataillon

11e Cie

12e Cie

23/12

3e Bataillon

3e et 4e Cies

2e Bataillon

2e Cie

1ère Cie

30/12

1er Bataillon

6e et 8e Cies

3e Bataillon

5e Cie

7e Cie

08/01

2e Bataillon

11e et 12e Cies

1er Bataillon

9e Cie

10e Cie

16/01

3e Bataillon

1ère et 2e Cies

2e Bataillon

4e Cie

3e Cie

24/01

1er Bataillon

5e et 7e Cies

3e Bataillon

8e Cie

6e Cie

31/01

2e Bataillon

9e et 10e Cies

1er Bataillon

12e Cie

11e Cie

Par décision ministérielle du 30 octobre 1914, le 4e Bataillon du 97e forme avec les 4e et 5e Bataillons du 98e Territorial, un Régiment de marche au complet de guerre des troupes de campagne (personnel et matériel). Ce Régiment est rattaché au dépôt commun du 121e, 321e et 98e Territorial à Montluçon, à cette date. Par décision du Général Commandant le 7e Corps d’Armée    : le Commandant KERN du 97e Territorial est nommé au commandement provisoire de ce Régiment. Le Sous-Lieutenant ROCHE, qui n’avait pas encore rejoint la position principale du 97e à cette date, passe au Régiment de marche, ainsi formé.

Par décision du Général ROQUES, Commandant le 12e C.A. sont nommés par délégation, à titre temporaire et pour la durée de la guerre, à la date du 13 novembre 1914, au grade de Capitaine, les lieutenants du 97e Territorial    : DEFOURNOUX Jean-Baptiste, en remplacement du Capitaine BRESSAIN, évacué    ; MOREL François Désirée Eugène, emploi vacant à la mobilisation    ; D’AMARZIT Mathieu François Robert, en remplacement du Capitaine COTE, évacué. Le 15, M. le Capitaine DEFOURNOUX, nouveau promu, prend le commandement de la 4e Compagnie. M. le Capitaine MOREL, nouveau promu, prend le commandement de la 5e Compagnie.

Le 16 novembre, suite au bombardement de Wez, sept militaires de la 4e Cie ont été blessés. Ce sont    : CHOSSIERE Vincent, décédé le 16 des suites de ses blessures,    (Matricule 590 au recrutement de Riom, né à Thiers (63), le 15/09/1876) ; BONY Jean-Baptiste, caporal    ; LEONARD Gervais    ; GORCE Louis    ; MIOCHE Antoine, décédé le 18, à Villers-Marmery (51), des suites de ses blessures,    (Matricule 1010 au recrutement de Riom, né à Saint-Georges-de-Mons (63), le 02/01/1879) ; GARDARIN Marien    ; GOILLEUR Charles.

Le 17, à 3 heures, le soldat MOINEAU Jean, de la 3e Cie, en sentinelle en avant des tranchées des Marquises, est tué d’une balle à la tête, (Matricule 25 au recrutement de Riom, né à Riom (63), le 20 mars 1878).

Le 21, le soldat RAYNAUD Pierre est blessé aux Marquises.

Du 23 au 25, plusieurs renforts arrivent du dépôt de Riom et du 104e Territorial.

Le 25, reprise des bombardements de Beaumont. L’Adjudant TESSARGE, le Sergent DOUIN et le Soldat PERRIÉRE, de la 7e Cie, sont blessés. Aux Marquises le Caporal SAUZEDE Jean, de la 12e Cie, est blessé légèrement par un éclat d’obus.

Le Capitaine ROBERT, commandant la 9e Cie, prend le commandement du 3e Bataillon et le Capitaine MICHEL, commandant la 1ère Cie, celui du 1er.

Le 28, pendant la relève, le Sgt JALLUT, de la 11e Cie, est blessé d’une balle au bras.

Le 30, GUILLOT, soldat de 2e Classe, 10e Cie, est blessé d’une balle, sans gravité.

Le 3 décembre 1914, le soldat SIMONIN Pierre est légèrement blessé, aux Marquises.

Le 4, la promotion au grade de Capitaine --    : Sont nommés par délégation, à titre temporaire et pour la durée de la guerre à la date du 2 décembre 1914, au grade de Capitaines    : CHAUMARTIN Bernard Jean-Baptiste, Lt le 10/02/1908 au 112e Territorial, en remplacement du Capitaine ROBERT, promu. MARTIN Léon Gilbert, Lt le 01/05/1908 au 97e Territorial, emploi vacant à la mobilisation. TAURELLE Marie célestin Adrien, Lt le 27/06/1913 au 117e Territorial, en remplacement du Capitaine MICHEL, promu. ROUBERT Noël, Lt le 18/02/1908 au 97e Territorial, en remplacement du Capitaine PIC, évacué. IMBERT Marie Alexis, Lt le 17/04/1910 au 97e Territorial, en remplacement du Capitaine MONASTIER, évacué.

Sont affectés    : MM. CHAUMARTIN à la 12e Cie    ; MARTIN à la 1ère    ; TAURELLE à la 2e    ; ROUBERT à la 9e    ; IMBERT à la 7e.

Le 5, le soldat de 2e classe BOURNAUD Joseph Gilbert, 8e Cie, est tué d’une balle, aux Marquises, (Matricule 1749 au recrutement de Riom, né à Charensat (63), le 08/01/1873).

A partir du 6 décembre, par note de service du Lieutenant-Colonel Commandant la 48e Brigade, le Bataillon de Beaumont, détachera, à l’avenir, une Compagnie aux Petites Loges auprès du  Q.G. de la 24e D.I. et le Train de Combat cantonnera à Villers-Marmery. La durée de séjour aux tranchées des Marquises sera de 7 jours. En conséquence le 2e Bataillon  à son arrivée à Beaumont, détache la 8e Cie aux Petites Loges. Dans la soirée et la nuit du 6, le mouvement terminé, le 3e Bataillon est aux tranchées, le 2e à Beaumont, le 1er à Wez, le Train de Combat à Villers-Marmery.

Le 18, le Capitaine CORNULIER, venu du dépôt sur sa demande, arrivé dans la journée du 17 à Wez, est affecté à la 2e Cie, en remplacement du Capitaine TAURELLE, qui n’a pas rejoint.

Le 20, le soldat TIXERONT Simon, de la 3e Cie, est tué d’une balle, aux tranchées des Marquises, (Matricule 1138 au recrutement de Riom, né à Bromont-Lamothe (63), le 24/08/1879).

Le 21, le soldat SAUZEDDE Guillaume, de la 2e Cie, est tué d’une balle à la tête, aux tranchées en avant de la ferme des Marquises, (Matricule 751 au recrutement de Riom, né à Thiers (63), le 16/05/1873).

Le 23 décembre, M. le Médecin aide major de 1ère classe THIRIET du 112e territorial, affecté, par décision du 21/12 de M. le Gal Cdt la 96e Division Territoriale, au Régiment, rejoint dans l’après-midi du 23 le 3e Bataillon.

Le 25, le soldat ASTIER François, est tué aux tranchées de 1ère ligne des Marquises, (Matricule 1566 au recrutement de Riom, né à Saint-Georges-de-Mons (63), le 27/02/1873).

Le 28, le Capitaine COURTIAL, commandant la 6e Cie, est blessé à la main gauche par un éclat de grenade    ; Il surveillait, en avant des tranchées de 1ère ligne des Marquises, la pose de fils de fer par des groupes de sa Compagnie. Sur rapport du Commandant de Bataillon du 126e, il est proposé pour la croix d’officier.

Le 29, le Caporal ARCHIMBAUD (5e Cie) a la joue perforée par une balle et aussitôt pansé reprend son service. Il est nommé Sergent. Le soldat OJARDIAS (7e Cie) est évacué, contusion par éclat d’obus (Aux Marquises).

Le 30, à 4 h. 45, prise d’armes pour alerte, forte fusillade et canonnade du côté de Prunay. La 12e Cie occupe la redoute de Cie, les 3 autres Compagnies du Bataillon garnissent les ouvrages en avant de Wez. Pas d’engagement. Les Compagnies quittent les tranchées à 7 h. pour regagner le cantonnement.

Le 31, sur ordre du Gal Cdt la 96e D.T., la section de mitrailleuses (Lt CLAVERLE), mise à la disposition du Régiment, rejoint son corps (135e Territorial).

 

1915.

Le 1er janvier, aux Marquises, le soldat VITELET est blessé d’une balle, le soldat LEGAY est blessé à la tête d’un éclat d’obus.

Sont nommés S/Lt à titre temporaire pour prendre date du 1er janvier et affectés    : PASSERET affecté à la 2e Cie    ; GEREST à la 3e    ; GIDON à la 7e    ; POUZIER à la C.H.R.    ; GIRARD à la 12e    ; DARD à la 10e    ; RODDIER à la 9e    ; MARCHAND à la 8e    ; AYAT à la 4e    ; MEURY à la 5e.

Une section de mitrailleuses Puteaux (type alpin) affectée au Régiment, rejoint le 2e Bataillon.

Le 4, le soldat TOURNILHAS James Marie François, 10e Cie, est tué d’une balle, à la ferme des Marquises, (Matricule 1206 au recrutement de Riom, né à Vollore-Ville (63), le 23/02/1874).

Le 6, une 3e section de mitrailleuses Puteaux (type mixte) rejoint le Régiment et affectée au 3e Bataillon.

Le 11, évacuation du Capitaine DEFOURNOUX, commandant la 4e Cie. Arrivée d’un détachement venant du dépôt commun et composé de M. PERROT, s/Lt, 2 sous-officiers, 4 caporaux et 78 hommes. M. le S/Lt PERROT est affecté à la 6e Compagnie.

Le 14, le soldat JOLY est blessé peu grièvement, aux Marquises.

Le 16, M. le S/Lt PROPHETE prend le commandement de la 4e Compagnie.

Le 23, aux Marquises, le soldat TRILLON est légèrement blessé d’une balle.

Le 24, aux marquises, le Caporal VILLEVAUD Michel, est tué par une bombe, aux tranchées en avant de la ferme des Marquises, (Matricule 2357 au recrutement de Riom, né à Clermont-Ferrand (63), le 25/12/1873).

Le 26, à la ferme des Marquises, le soldat RONZIER Jean, de la 5e Cie, est blessé par une balle. Il décède le 27 janvier à la ferme des Marquises, (Matricule 600 au recrutement de Riom, né à Orléat (63), le 03/05/1873).

Le 27, le soldat CHAPUT est blessé par une balle, à la ferme des Marquises.

Le 28, un ordre du Général de Brigade (48e) prescrit de mettre à la disposition du 126e, les sections de mitrailleuses du Régiment, mais les mitrailleuses Puteaux ne peuvent être utilisées aux tranchées, l’ordre modifié verbalement. Les deux sections Châtellerault s’y rendent seules dans la soirée du 28.

Le 30,  aux Marquises, le soldat NEBOUX est blessé. Le 31, c’est le soldat LEBLANC.

Le 1er février, le soldat  ANDRIEUX Gilbert est blessé aux Marquises.

Le 4, suite à la note de service de la 24e division transmise par la 48e Brigade, l’Etat-Major du 97e va de Wez à Prosnes    ; Le 2e Bataillon va de Wez à Sept-Saulx    ; La C.H.R., moins le petit état-major, va de Wez à Villers-Marmery (ordre du Gal Cdt la 192e B.T.).

Le 7, il est prévu les mouvements suivants pour    : Le 1er Bataillon des Marquises va à Sept-Saulx    ; Le 2e Bataillon de Sept-Saulx aux tranchées de Prosnes    ; Le 3e Bataillon de Beaumont et Verzy aux tranchées de Prosnes    ; Les sections de mitrailleuses aux tranchées de Prosnes. Le secteur de Prosnes est placé sous l’autorité du Lieutenant-Colonel BELMON du 97e Territorial. Outre les 3 Bataillons de son Régiment, il a sous ses ordres un Bataillon du 117e et 600 cavaliers à Pied.

Le 5,  à la ferme des Marquises, le soldat SOUCHEYRE Louis, est tué    ; (Matricule 1818 au recrutement de Riom, né à Gelles (63), le 04/07/1875).

Du 6 au 16 février, bombardement de Prosnes, sans résultat.

Le 17, bombardement intense des tranchées et du village. 4 militaires du 117e sont blessés assez grièvement  - fusillade.  Ils sont transportés à l’ambulance de la Division. (JMO du 117e    : Ils sont du 2e Bataillon, 5e Compagnie du Capitaine FRANCHI. Blessés par éclats d’obus dans les tranchées du secteur G    : RASCALON Fernand, BLANC Elie, LAVIE Eugène et CARREL Henry).

Du 18 au 22, bombardement des tranchées et du village – Fusillade.

Le 23 février, parvient au corps la décision ministérielle nommant à la date du 17 février    ; Capitaine, le Lieutenant TREYVE, affecté à la 3e Cie    ; Lieutenants, les Sous-Lieutenants POURTIER, à la 6e et PROPHETE, à la 4e    ; Sous-Lieutenants, les Adjudants SOUBRE (2e), LEMPEREUR de GUERNY (10e) et GRELICHE (9e).

 

Tableau des relèves entre le 7 février 1915 et le 8 juin 1915

 

Relèves

Sept-Saulx

Prosnes G

Prosnes H

Ptes-Loges

Villers

07/02

1er Bataillon

2e Bataillon

3e Bataillon

 

 

15/02

2e Bataillon

1er Bataillon

 

7e Cie

3e Bataillon

23/02

1er Bataillon

2e Bataillon

3e Bataillon

 

 

03/03

2e Bataillon

1er Bataillon

 

7e Cie

3e Bataillon

11/03

1er Bataillon

3e Bataillon

2e Bataillon

2e Cie

 

19/03

2e Bataillon

 

1er Bataillon

7e Cie

3e Bataillon

27/03

1er Bataillon

3e Bataillon

2e Bataillon

2e Cie

 

05/04

2e Bataillon

 

1er Bataillon

 

3e Bataillon

13/04

1er Bataillon

3e Bataillon

2e Bataillon

 

 

21/04

2e Bataillon

 

1er Bataillon

 

3e Bataillon

28/04

1er Bataillon

3e Bataillon

2e Bataillon

 

 

07/05

2e Bataillon

 

1er Bataillon

 

3e Bataillon

15/05

 

9e et 10e Cies

2e Bataillon

 

5e et 6e Cies

17/05

 

11e et 12e Cies

 

 

 

23/05

 

 

1er Bataillon

 

 

25/05

 

9e et 10e Cies

 

 

 

31/05

 

 

2e Bataillon

 

 

02/06

 

11e et 12e Cies

 

 

 

08/06

 

 

1er Bataillon

 

 

 

Le 24, le Soldat MATHIEU Georges est blessé d’un éclat d’obus (aux tranchées).

Le 26, les Sergents GERVAIS Jean-Baptiste (Matricule 30 au recrutement de Riom, né à Malintrat (63), le 23/03/1877) et De TOURNEMIRE Etienne Modeste René (Matricule 942 au recrutement d’Aurillac, né à Mauriac (15), le 28/10/1873), tous deux de la 6e Cie, sont tués par un obus de 77, tombé dans leur abri (2e ligne C.E.).

Février 1915

Mars 1915